Une grosse écrevisse ébouillantée

30 janvier 2006
par Sasa

Voilà à quoi je ressemble à l’isssue de ce WE martiniquais, le + reposant que j’aie passé depuis bien longtemps. Hier, j’étais aux Anses d’Arlet, ma plage préférée, au sud de l’ïle, après la Pointe du Bout. L’après-midi, à dormir la bouche ouverte dans le sable, puis ensuite à bouquiner, jusqu’au coucher de soleil, superbe. Un peu dur parfois d’être seule dans ces moments de plénitude. La soirée, diner au Ponton, à la Pointe du Bout, ti punch et poisson cru (une très bonne table que je vous recommande).

Aujourd’hui, je suis restée à la plage privée de mon hôtel, toute la journée, de 10h à 18h …. Raaaah. Sans crème solaire bien évidemment. La journée a été marquée par quelques petites averses (rien à voir avec les gros bouillons que j’ai essuyé en Guyane), qui en fait ont apaisé ma peau en train de cuire.

J’ai lu dans la journée « une vie française », de Jean-Paul Dubois, très bon. J’aime les romans écrits à la 1ère personne, surtout par des hommes. J’ai toujours l’impression que ça va m’aider à décoder ces bêtes curieuses au fonctionnement parfois incompréhensible que sont les hommes. Comme dans « Portnoy et son complexe » de Philip Roth, que je vous avez recommandé il y a quelques temps, il y a certains passages savoureux sur le passage douloureux de l’adolescent pour le mâle de base.

Une petite citation, ça m’a fait hurler de rire.
« Ce dimanche divin. Cette fois là, au bout de l’érection – mécaniste simpliste dont je percevais parfaitement les lois – , se produisit ce phénomène brutal, archangélique et mystérieux : l’éjaculation. Avec sa fulgurante émission de liqueur et cette terrifiante et radieuse sensation de douce électrocution. Tel un pélerin transfiguré, j’eu alors la révélation que je ne vivrais plus désormais que pour connaître et connaître encore ce frisson, que c’est après lui que le monde courait, qu’il faisait tourner la tête, qu’il engendrait des famines, suscitait des guerres, qu’il était le vrai moteur de la survie de l’espèce, que les séismes délicieux de ces glandes pendulaires pouvaient à eux seuls justifier notre existence et nous encourager à reculer sans cesse l’heure de notre mort. »

J’adore.

Allez, une chtite photo que j’ai prise, je suis assez contente de moi sur ce coup …

Partager/Marquer
4 Réponses En laisser une →
  1. janvier 30, 2006

    Comment ça, tu t’es dorée au soleil toute seule ? Où sont donc tous ces légionnaires en short ?! ;-)

  2. l'Epoux permalien
    janvier 30, 2006

    Grrrrr… Grrrr… Grrrrr… Ralphy fais attention, y’a pas besoin d’être passé par la légion pour savoir péter les rotules! ;p

  3. janvier 30, 2006

    tu as bien de la chance car ici il fait froid…

  4. janvier 31, 2006

    Euh… Cher l’Epoux, je me disais que puisqu’ils se promènent en short, les légionnaires auraient un peu de crème solaire écran total pour protéger la peau de l’Epouse ! ;-)

Laisser un commentaire

Note: Vous pouvez utiliser du HTML dans vos commentaires. Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

S'abonner aux commentaires de ce billet par RSS

Links:sac lancel pas cherchristian louboutincasque beats pas cherair jordan femmebeats by dre pas cherair max pas cherair jordan pas cherchristian louboutinchaussures louboutinsac longchamp pas cherabercrombie pas cherabercrombie and fitchcasque beats pas chersac longchamp pas cherstylo mont blancair max one pas cherair jordan pas cherabercrombie pas cherstylo montblancair max pas cherstylo mont blanc