Vis ma vie de festivalière bretonne, ou comment je n’ai pas vu Elmer Foot Beat en concert (part 1)

Me voilà de retour, après un périple bretonnant fort animé. Chose promise, chose due, un petit récit de ces 5 jours de rock’n’roll.

Day 1 : Lyon Jean Macé / Dinan sans clim’ mais avec un I’pod, ça forme la jeunesse

Le bon Marco passe me prendre à 10h30, direction Dinan. Son magnifique véhicule Wagon R n’est pas climatisé, mais avec son I’pod, on commence à réviser nos classiques en vue du festival. Arrivée à 18h30 à Dinan, nous prenons nos quartiers d’été, et explorons la petite cité coquette aux célèbres remparts. Nous prenons finalement racine dans un établissement local fort sympathique, « a la truye qui file », et découvrons la Coreff Brune, une vraie bonne trouvaille.

Day 2 : De grandes désillusions, mais une nuit boueuse digne de Woodstock

Au petit matin, nous découvrons la Bretagne sous son jour le plus courant : la pluie. Comme Marco a décidé de revisiter les chansons de Daho, nous voilà partis pour St Lunaire. Il est le seul à se baigner ou presque, les bretons sont pas fous, eux. Moi je reste au bord de l’eau ….

A midi, alors que nous nous attablons avec Ouest France, la nouvelle tombe, comme un couperet : Elmer Foot Beat a annulé sa participation au Festival, 2 jours avant ! La terre se met à tourner autour de moi, je tremble de tous mes membres et m’effondre … BORDEL de MERDE. 3 mois, que dis-je, 6 mois quasiment que je gonfle la terre entière avec mon concert d’Elmer. Je me fade 850 km aller puis retour en 5 jours, je prends 3 jours de congés, et ces ENC….. annulent !! Je vois rouge.
Sachant que le groupe est remplacé par …. DICK RIVERS ! Marco est mort de rire. Je vais voir Dick à la place d’Elmer, je devrais être rassurée, dans tous les cas, ça va causer de queue, ah ah ah ….

C’est donc le coeur gros (ouais, parfaitement, le coeur gros !) que je me présente à l’entrée du festival avec Marco. Sous la pluie, qui ne cesse de tomber. C’est là qu’on est très contents d’avoir investi dans des capes de pluie, et de porter des gros godillots. L’ambiance est bien sympa, très jeune (une majorité de moins de 25 ans, je dirais même plutôt entre 18 et 21 … bonjour le coup de vieux), un peu à la roots (2 km à travers champs pour accéder au site, des tentes de partout, beaucoup de babas, et des festivaliers déjà bien imbibés d’alcool ou de substances douteuses), c’est mon 1er festival !

On commence en douceur, avec Bénabar, dont je connais les chansons mais que je n’avais jamais vu en concert. Les gonzesses présentes sont déchaînées, et c’est vrai qu’il a une bonne présence sur scène, sautant de partout, dansant. Bonne mise en jambes.

Après on passe aux choses sérieuses. Sur la grande scène (40.000 personnes se déplacent par jour au Festival), Indochine met le feu. Comme d’hab (je les avait vus à Vienne il y a 2 ans), Nicolas S. est à côté de ses pompes, et braille régulièrement « Putain de conceeeert, Putain de public », ça fait hurler les gonzesses, très efficace. Exécution de quelques chansons du dernier album et surtout reprise de vieux tubes. 20.000 personnes qui hurlent sous la pluie « est ce que tu veux faire du seeeeeeeexe avec moooa », ça vaut son pesant de cacahouètes.

Photos empruntées sur ce très bon site.

Nicolas accueille alors un invité surprise, Didier Wampas (dont le set est prévu juste après), avec lequel il entame un duo improbable « faire l’amour en Corée du Nord » (décidemment). Nicolas & Didier miment une copulation devant le public déchaîné. L’ambiance est donnée. Dans le public, on patauge gaiement dans la boue …. et ce n’est que le début.

La soirée s’achève avec le concert des Wampas. Alors que la pluie avait fait une trève pendant la prestation d’Indochine, elle reprend de plus belle. Didier arrive en costume moulant à paillettes, pour finir très rapidement en petit slip moule paquet. Il a décidé de la jouer provoc’ jusqu’au boutiste, on est pas déçus du voyage. Il se met de la boue sur le corps, et commence à hurler « bande de bretons dégonflés, vous êtes même pas capable de vous mettre nus dans la boue, alleeeez, tous tous nus dans la boue ». Entre 2 pogos dans la boue et sous la pluie, des festivaliers s’exécutent. Rapidement, ça dérape et commence une bataille de boue, des mottes entières traversent la scène, je m’en prends 2 en plein poire, Marco aucune, il fait rien qu’à rigoler bêtement.

Ci dessous un témoignage filmé par un festivalier, pour ceux qui ne me croiraient pas …


Didier Wampas à Bobital
Vidéo envoyée par goudie

Pendant ce temps, Didier se jette dans la foule, manque de se faire arracher son slip par des fans à la libido débridée. Le guitariste du groupe, débordé et les cordes de son instrument pleines de boue, jette l’éponge (et en profite pour lancer des doigts vengeurs). Il est 2 heures du mat quand le concert s’achève sur le tube « Petite fille » (oui oui, un tube des Wampas), et nous regagnons difficilement l’hôtel. J’ai une tronche à faire peur, et mets environ 30 minutes pour rattraper mes godasses. Fin d’une bonne première journée.

La suite au prochain épisode ….

Publié par

SABRINA

Lecteur égaré (ou pas), je te souhaite la bienvenue chez Sabrina, blogueuse lyonnaise assidue depuis 10 mars 2005 (oui, tout ça). Ici point d'ambition éditoriale majeure (comment ça, on s'en était rendu compte ?), pas de recherche de monétisation de mes modestes et insignifiants écrits, ou de gloire wharolienne ... Juste un modeste journal de bord, tenue par une honorable mère de famille (oui, parfaitement, honorable), qui apprécie (dans le désordre) les jolis garçons (surtout s'ils pratiquent le rugby), l'auto-dérision, l'Epoux et ses taz, la mauvaise foi féminine (qu'elle pratique assidûment), la télé réalité, et la légèreté en toute chose, autant que faire se peut. Bonne lecture.

10 réflexions au sujet de « Vis ma vie de festivalière bretonne, ou comment je n’ai pas vu Elmer Foot Beat en concert (part 1) »

  1. Hou la gadoue, la gadoue, la gadoue…

    C’est du propre ça !

    Par contre Indochine… franchement, fallait pas les inviter ! Et pire encore, fallait pas aller les voir !!

  2. Rien a voir ma chere Sasa, quoique… mais souviens-toi que nous sommes le 13 juillet… et qu’y-a-t-il le 13 juillet? Le bal des pompiers!!!!!!!!!!!!!
    Je compte sur toi pour honorer dignement ces chers representants du service public et louer leur courage, alors pourquoi pas une bonne biere, un cornet de frites et colle-serre avec quelques jeunes hommes en uniforme? Allez, c’est le 13 juillet!!!!!!!!!!!!!

  3. J’ai une tronche à faire peur : meeuuuh non !
    C’est dur ces groupes qui annulent au dernier moment. Cake nous avait déjà fait deux fois le coup ! On se réjouit de la suite !

  4. > XavZ : j’assume à 200%, j’adore Indochine !

    > Tatiana : keske tu crois, bien sûr que je me suis prévu un bal des pompiers, je vous raconte ça en début de semaine prochaine

    > Jack : tout vient à qui sait attendre …

  5. Quand j’habitais en bretagne je n’étais pas très loin du festival… eh ben j’y ait jamais mis les pieds! toutes mes félicitations à toi qui a eu le courage de traverser la france!

  6. Alors tu as loupé The Organ :(((
    Dommage…

    Merci pour ce review en tout cas… On a un peu l’impression d’avoir été avec toi à ce festi ! c’est sympa 🙂

  7. A noter le nouveau single des Wampas sur… Pantani le cycliste et pharmacie sur pattes qui s’est fini à la coke à… Rimini. C’est le titre du morceau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *