Fluent in english, mon oeil !

The feurme où que je travaille se targue de recruter uniquement des gens « fluent » en angliche. J’avais quelques doutes sur la véracité de ce point, dans la mesure où je suis assez bien placée pour savoir que certains collaborateurs (de valeur pourtant, hé hé hé) sont loin de maîtriser les nuances de la langue anglaise.

A l’occasion de la formation que je suis ces jours ci (ce soir, ferais-je remarquer à l’occasion, je n’ai bu que deux bières, saaaage, pas question de retapisser une 2ème fois la salle de bain en marbre de l’hôtel, ça va finir par manquer de distinction tout ça), 680 personnes des bureaux français, italiens, espagnols, portugais, chypriotes, roumains, bulgares, turcs, sont rassemblées. La langue de ralliement, bien évidemment, est l’anglais.

Autant dire que je sentais hyper moyen de suivre 3 jours de formation complètement avinée en langue anglaise de A à Z, et encore moins de prendre la parole pour exprimer un avis quelconque (ce qui pour une bavarde impétinente comme moi est un comble). Et bien contre toute attente, j’ai été surprise de découvrir :

:: que y’avait des burnes en anglais bien pires que moi, à commencer par les partners, nos chefs bien aimés (y’en a quand même un qui nous a causé sans rougir de « rapidity » des process, très classe), surtout français, qui parlent l’anglais comme moi le serbo croate.

:: que je comprends tout ce que l’on me dit quand on me cause dans le poste, et c’est un certain soulagement de me dire que je peux suivre autre chose que « Desesperate Housewives » en VO non sous-titrée.

:: que je suis capable de me faire comprendre par mes pairs, même avec quelques approximations et barbarismes.

Par contre, ce qui est certain, c’est que les champions des langues étrangères sont les gens des pays de l’Est, qui parlent fluent et avec un joli accent. La lanterne rouge est ….. la France, et arrivent vraiment pas loin derrière les espagnols, et les italiens. Au-delà des facilités des uns et des autres en langues, il est assez étonnant de voir combien les clichés sur les nationalités ont la vie dure. Les français râlent et critiquent tout le temps, les italiens sont des braillards, bordéliques et tout le temps en retard, comme les espagnols, les pays de l’Est sont hyper professionnels et disciplinés …. Autre source de différenciation et de mise en caricature, l’habit. A la soirée de gala hier, on reconnaissait tout de suite les nationalités des filles à leur tenue : les italiennes très sapées et maquillées, les filles de l’Est natures et un peu has been dans leurs vêtements, les françaises super élégantes moins sapées que les italiennes mais plus distinguées, etc.

Finalement, dans cette Tour de Babel, ce n’est qu’autour d’un verre et sur une piste de danse que les différences tendent un peu à s’estomper.

D’ailleurs, en parlant de verre, ci-dessous la prochaine campagne de sensibilisation contre l’acoolisme mondain et dans le cadre professionnel. Avant et après (enfin pendant, parce que l’après n’est pas montrable). Tu t’es vu quand t’as bu ….

11 réponses sur “Fluent in english, mon oeil !”

  1. Regarder des séries télé en VO non sous-titrée, ou alors sous-titrée en VO, est un excellent moyen de réviser les langues étrangères. C’est du moins le meilleur moyen que j’ai trouvé pour garder un niveau un tant soit peu potable (comment ça, j’ai marqué "trilingue français-anglais-polonais" sur mon CV ?!?! 😉 )

    Cela étant, le pays étonnamment la moins douée pour les langues étrangères semble être la Grande Bretagne. En effet, m’avait expliqué mon coloc de stage au RU, un soir, le problème de nos amis britaniques est que comme tout le monde parle anglais (ou du moins est sensé le faire), et qu’en plus, ils sont coupés du monde par la mer, ils ne font pas d’efforts pour apprendre les langues étrangères. D’ailleurs, les autres pays, ils sont "oversea", c’est dire qu’ils n’y mettront jamais les pieds ! 😉

    Allez, amuse-toi… euh… travaille bien ! 😉

  2. Les kick off… cela a toujours été du grand n’importe quoi. Elles sont où les photos du tapissage de la salle de bain en marbre tout çà ?…

  3. J’ai assisté aussi à des réunions mémorables en anglais. Et pourtant les gens qui y participaient travaillaient dans un grand groupe international.
    C’est vrai qu’en France on est pas doué pour les langues.

  4. Ben nous les partners ils nous ont sorti des trucs du style: you are the clef de voute, you are the premiers
    etc…bref des mots / expressions français(es) négligemment glissés dans les phrases qui n’étaient déjà pas bien compréhensibles. On attend le debrief et les photos!

  5. Me, I am totali flouent about ze anglish and this is bicoze I have a powerfoul method to apprender languages. I go to a contri and I sit in a corner. The people they come to spic to me and I lissen, lissen and lissen. In ze ande, I know how to spic.

  6. on doit pas bosser dans la même firme, moi j’ai jamais de séminaire où les gens parlent anglais comme des bites (y’a que moi et Letartre qui parlons franglais,enfin surtout lui :-), les autres sont bilingues total) et on ne se murge pas, à peine un ch’ti verre à l’apéro et encore. Faut dire y’a bcp d’almerloques, c’est peut être the reason why???
    Je veux changer de service.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.