La honte internationale

J’ai découvert dans le répertoire de mon téléphone portable professionnel un numéro que je ne connais pas, que je ne me rappelle pas avoir enregistré. Le trou noir. Complet.

Je suis une merde. J’espère que ça n’a rien à voir avec cette soirée, là, où je n’étais pas toute fraîche sur la fin. C’est ennuyeux, tout de même, sur un téléphone qui est censé être exclusivement à usage pro.

Si tu t’appelles Constantin (en + vraiment, ce prénom, ça ne me dit rien du tout), que ton numéro commence par 06 18 24 …. dis moi d’où on se connaît (Chéri, je peux tout t’expliquer).

(Oui je sais, je pourrais l’appeler, mais pour lui dire quoi : « salut, tu es dans mon répertoire, et je ne sais pas si tu es un client ou un gars dont j’ai enregistré le numéro pour m’en débarasser« .)

Pour ce soir, les filles (les gars, couchés !) je vous ai trouvé une bombe virile en slip, vous m’en donnerez des nouvelles, de quoi réveiller un mort (ça tombe bien, demain c’est Toussaint).

5 réponses sur “La honte internationale”

  1. Salut, c’est moi.
    Ouais. C’est vrai : t’étais pas fraîche fraîche. D’ailleurs tu m’as appelé Con pendant toute la soirée en prétendant que c’était plus court.
    Ton réalisme m’a touché.
    Appelle moi.

    Ton Con.

  2. MaLaloute… Tu ne te rappelles pas la ham party dans la piscine du Waldorf Astoria avec mon cousin Raymond et les jumelles nymphomanes siamoises ukainiennes ?
    Constantin

  3. c’est bon la honte, venez vous confessez demain a l’église de saint fons, pour me reconnaitre je porterai une soutane rouge et un pins "sex pistols"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.