Le dimanche c’est permis, rinçons nous l’oeil avec Justin

Comme la semaine prochaine mon activité blog risque d’être plus que limitée (puisque figurez vous que je pars en formation « new managers » à Barcelone, tout le début de la semaine, et que je serais à Paris ensuite, et à La Rochelle pour le W-E, ayé j’ai tout dit de mon tour du monde d’Europe hebdomadaire), on va s’offrir une petite dose de Justin, pour la route ….

Y’a pas à tortiller, y’a comme qui dirait un virage dans la carrière de Justin. Brit’ est maintenant loin derrière lui, l’affaire du téton à l’air de Janet est oubliée (ou assimilée dirons nous plutôt alors), maintenant Justin rentre dans une ère carrément plus smooth et sexy de sa carrière. Et c’est ma foi plutôt plaisant …

Sexy Back (où décidemment il est confirmé que y’en a qui s’éclatent carrément plus que moi à l’hôtel, avis à ceux qui seraient logés au Princesa Sofia à compter de dimanche, moi aussi je veux faire l’amour sur du verre pilé rencontrer des jeunes gens plein d’avenir avec de beaux costards).

My love, un peu plus bluette, mais pas mal non plus.

Bon, si je peux, depuis mon hôtel 5 étoiles avé piscine (ouééé), entre deux mojitos études de cas financières en anglais auxquelles je ne vais rien paner (ça fait 6 ans que je suis dans cette boîte, ils ont toujours pas compris que quand on fait du conseil, on fait pas de l’audit, et que par conséquent ce n’est pas GRAVE que je ne sache pas tout sur les règlementations SOX), je vous ferais quelques petits posts. PROMIS ! (alors les iouaye girls du fond là bas, on ne se pend pas avec son fil de téléphone pendant que Tata Sasa est pas là …)

De l’autodétermination des escargots, ou les dégâts de l’interventionnisme excessif des forts sur les faibles

Ce matin, pour compenser les litres verres de rouge enfilés la veille (soirée sympathique où j’ai rencontré …. un bloggeur, que je ne connaissais pas, je suis allée voir son blog, c’est là et ça m’a l’air rigolo), je suis allée faire un footing. Il faudra que je m’en vante j’en reparle, ça fait partie de mes bonnes résolutions de l’été 2006 : je cours, et je prends des cours de danse orientale.

Donc sur les quais de Rhône, ipod nano en mode aléatoire (oué, c’est la classe, l’Epoux m’en a offert un), accroché au bras grâce à un ingénieux brassard (payé 30 euros, je vous ferai une photo, c’est bien foutu ces bricoles), je cours d’une foulée douce et régulière en soufflant comme un phoque, cheveux en vrac, et joues en feu.

Et là, en plein milieu du chemin du joggeur motivé (à 10 heures du mat’ un samedi, c’est à la limite du masochisme) une apparition, un escargot tout baveux, présentant les plus grandes difficultés du monde à traverser le chemin. Faisant fi de mon rythme de croisière, je m’arrête, saisis délicatement la bête, et la déplace en dehors du chemin, sur un petit tas de terre, proche de l’eau. Et je repars, soulagée, telle une Brigitte Bardot au petit pied, persuadée d’avoir sauvé la bête d’une mort certaine (rapport à la fréquentation du chemin par de nombreux vélos).

Puis un doute m’étreint. Qui suis-je pour avoir ainsi perturbé le cours de la vie de cet escargot ??? Si ça se trouve, il venait d’en baver grave (et ça c’est sûr que oui, y’en avait partout sur le chemin), pour quitter … le côté où je l’ai ramené de manière intempestive ! Et en ce moment, il doit encore me maudire, pour – en voulant lui rendre service – avoir allongé son temps de pérégrination. Et l’autodétermination des escargots, je m’assois dessus !

J’ai esquisé un geste pour faire demi tour, et le mettre de l’autre côté, ou le remettre à sa  »place, au milieu du chemin, malgré les menaces des vélos et des joggeurs au pied lourd. Un putain de cas de conscience. Finalement je n’en ai rien fait, j’ai continué à courir, accablée par mon comportement de dominatrice, persuadée de faire le bien des autres, contre leur avis, ou du moins sans. Mais comment demander son avis à un escargot … Qu’il me pardonne !

PS : que ceux qui voudraient voir dans cette aventure animalière une méthaphore de mes rapports avec certains de mes frères humains ne se fourvoient pas totalement …

Edit : oupse, j’ai oublié de mettre le lien vers le blog que j’ai découvert hier, hop hop hop, c’est par là, Boulet Corp.

…y’a l’Homme

Avec un grand H siouplé. Olivier Martinez est la nouvelle image d’Yves Saint Laurent Parfums pour sa dernière fragance, pour eux les messieurs (je n’ai pas reniflé, mais de toutes manières je ne jure que par « Eau sauvage » – le rapport au père – et « Cool Water » de Davidhoff – le rapport au 1er grand amour). Vous pouvez pas le manquer, moi je manque de m’emplafonner à tous les coins de rue … Abribus, metro, il est partouuut.

En tous cas il porte bien la tagline.

Pas fan de la coupe de tifs à la Arno Klarsfled, mais ce regard, cette bouche, et ces bras musculeux … Miam.

Par contre zéro pointé au packaging, le bouchon en forme de boulon, bonjour le cliché sur la virilité … pour être un homme, faut savoir serrer les vis, ha ha haaaa ! Naze.

Rire le vendredi, c’est vital

C’est ma nouvelle coqueluche, Florence Foresti (et en + elle est lyonnaise, ouééé). Ses sketches sont drôles, ses imitations sont au poil, et ce qui ne gâche rien, elle est bien roulée (salope !) Ron l’Infirmier a mis en ligne ses principales apparitions chez Ruquier, de Madonna à Royale, en passant par Adjani et Paris Hilton, elle trouve le juste ton, j’adore.

Enjoy les enfants …

PS : je suis un peu inquiète, je partage de plus en plus de goûts avec les gays, où cela finira-t-il …. ?

…. y’a le sauveur de l’humanité (et en cadeau bonus ma mauvaise humeur du jour)

Aaaaaaaarf, soupir de soulagement, enfin une éclaircie dans une rentrée cinématographique fort décevante par ailleurs. « Les fils de l’homme », c’est de mon point de vue le meilleur film que j’ai vu depuis … « Broke back mountain ».

Très bonne adaptation du roman de PD James, présence animale et électrique de Clive Owen, alors lui c’est où il veut, quand il veut, omondieu je l’aimeeuuh. Et même l’Epoux était content, grâce à la présence de Julianne Moore. Même si elle se fait dézinguer assez vite en fait …. Quoi, j’ai dit une connerie ?

A part ça, hier c’était la journée de l’entreprise, et j’ai pas eu l’occasion de dire tout le mal que je pensais d’elle (de mon entreprise, même si je ne veux pas finir comme la blogueuse de Nissan). En fait j’ai préparé une note dans ma chambre d’hôtel de Pont en Royans – on rigole pas au fond, on peut pas toujours partir en mission aux Caraïbes – mais y’avait même pas de prise pour le modem (WiFi, au pied du Vercors, j’en parle même pas). Non parce que c’est vrai, dans quel esprit tordu ET malade a pu naître l’idée d’un slogan pareil, « on a tous une raison d’être fier de son entreprise » ?

Toujours est il que le e-consultant nous donne quelques pistes, pour changer de boîte, c’est par là. Et je l’en remercie ! La question étant : mais quand est ce que je vais avoir le temps de chercher un autre taff, avec tout le boulot que j’ai … Argh, la boucle est bouclée !

Sinon, j’ai commencé à lire le dernier Virginie Despentes, « King Kong théorie », une lyonnaise pour qui j’ai beaucoup de tendresse (oui de la tendresse farpaitement), et j’en parlerais bientôt, j’espère, dès que je travaillerais moins de 56 heures par semaine …

Bon, et tant que je suis lancée dans ma veine « je gueule seule », un aimable lecteur (masculin et hétéro) me faisait remarquer que le niveau de la baignoire baissait ces temps ci …. Ben les enfants, j’attends vos propositions, ou vos photos ! Si vous croyez que c’est facile de trouver des beaux mecs tous les jours de la semaine !

… y’a un pizzaiolo au poil

Merci à la belle Tatiana de nous faire découvrir une production italienne de la Pub Axe, le déodorant masculin qui daube terriblement, mais qui a toujours des réclames rigolotes.

Où il est démontré que le « roulé sous les aiselles » à ses adeptes parmi la gente féminine ….


Pub Axe Italie
Vidéo envoyée par sasalaloute

… y’a un mec qui réussit à être sexy en slip ET en chaussettes !

Je ne connaissais pas Brian Joubert. Et puis j’ai découvert cette vidéo de lui (via You Tube, via Sex Lov’ And Gaudriole).

Et maintenant je veux tout savoir de lui. TOUT.

Nan, en fait je m’en fous de ce qu’il fait, d’autant plus parce qu’il fait du patinage artistique, et c’est le truc le moins glamour au monde que je connaisse pour un homme. Mais punaise, quel corps ça te sculpte bordeeeeel. Regardez moi ces cuisseaux, ces fesses, ce torse, aaaargh. Moi je dis, je me ferais bien un petit calendrier des Dieux de la Glace, avec que le petit Brian à l’intérieur (oui, parce que Candeloro, faut pas déconner il reste dehors, c’est pas l’Armée du Salut chez moi).

Régalez vous mesdames, 1 minute 44 de plaisir 100% voyeuriste, ça ne se refuse pas (messieurs, on passe son chemin hein ! il est à nous Briaaaaan).

Ma baignoire au Canada

Ce soir, une baignoire venue d’ailleurs, une baignoire exotique en quelque sorte, gentillement proposée par Lolo, bloggueur exhilé cette année au Québec, à Montréal. Décidemment, les montréalais d’adoption, Lolo comme Ron (rappelez vous, c’était là), ont pas froid aux yeux.

Moi j’aime les baignoires canadiennes, enfin en tous cas celle de Lolo a l’air bien dans le style king-size. Genre y’a de la place pour deux dedans 🙂

De quoi bien démarrer la semaine en tous cas. Merci Lolo.

Sasa à la découverte des grands espaces – aujourd’hui la Savoie

Le W-E qui s’achève a été magnifique (j’insiste, mâaagnifique, c’est juste pour faire bisquer les parisiens), un vrai été indien sur nos têtes. A 1 h 30 de Lyon, Annecy, son lac, ses boutiques de luxe, la montagne, les 3 J aux Galeries Lafayette, ses vaches dans les alpages, la tome, ….

Petite revue des menus plaisirs.

Le lac d’Annecy, à 18° (l’Epoux s’y est risqué, il est trop fort), la montagne qui plonge direct, pic-nic au bord, un air de vacances …

Balade dominicale sur le Plateau des Glières, haut lieu de la résistance au cours de la 2de Guerre Mondiale. Les bombardements ont creusé le plateau, créant d’étranges vallons. Alors qu’il existait encore des chalets habités à l’époque, aujourd’hui seulement quelques uns subsistent (pour accueillir promeneurs et skieurs), et les principaux occupants sont des vaches savoyardes .

Au cours de cette ballade, j’ai enfin pu mettre une image sur l’expression populaire « bander comme un âne ». Booon, je sais je ne suis qu’une citadine effarouchée, mais mon dieu, c’était la 1ère fois que je voyais ça, et c’était assez impressionant.

A midi, nous nous sommes arrêtés pour une pause gastronomique engloutissage de spécialités savoyardes à 450 calories la bouchée. Inutile de dire que les 3 heures de marche ne changeront pas grand chose à l’affaire, tout est parti sur les cuisses, direct. Mais franchement, le Chignin, c’est d’la balle, et les choses à la patate qui trempent dans l’huile pour se faire frire (des beignets de pomme de terre quoi), c’est à se rouler par terre. Et je ne parle même pas de la tomme sur lie de vin, c’est une tuerie aussi.

D’ailleurs après le repas, c’est la seule chose que l’on a été capable de faire : se rouler dans l’herbe, pour tomber dans une sieste profonde …

Bref, une bonne découverte des alpages savoyards. En cadeau bonus, pour compléter le tableau champêtre par une leçon de choses, « les vaches sont des personnes comme les autres« , faite par Christophe (faut tendre l’oreille), et en prime, le concerto que ces dames ont bien voulu m’accorder …


lecon de vache
Vidéo envoyée par sasalaloute


Concerto de vaches
Vidéo envoyée par sasalaloute

Edit : je me rends bien compte que ce post n’a qu’un intérêt fort limité pour vous, mes (indulgents) lecteurs, mais que voulez-vous, quand je découvre des choses, même super insignifiantes (une vache rousse qui fait meuh, un fromage qui pue mais qu’est bon dans la bouche, un âne qui bande), mais qui m’émerveillent, hé ben j’aime bien en faire un post, ça me fait des souvenirs pour quand je serais vieille.

Vertige de la blog roll … I’m a blog addict.

Ou comment je n’ai pas encore actualisé ma blogroll, découragée devant l’ampleur de la tâche.

Je me disais hier soir qu’il serait temps que j’actualise ma blogroll, parce qu’aujourd’hui, grâce à Netvibes, je suis capable de suivre un plus grand nombre de blogs, sans que ça me prenne plus de temps (enfin, je pense que je me fais des illusions, mais on se déculpabilise comme on peut).

J’ai fait le compte, je consulte 5 types de blogs :

:: les blogs « info / actu« , type Pointblog, Agoravox, Sex Love and Gaudriole, ils sont 8.

:: les blogs « persos« , des gens que j’aime et dont je suis les aventures avec plaisir (la blogroll actuelle de mon blog, à quelques exceptions près (et je rajoute les pénibles qui n’ont pas d’outils d’abonnements comme Vinvin ou Ron l’Infirmier). Ils sont 31 + 2, soit 33.

:: les blogs « dessins« , ils sont 8.

:: les blogs « journaliers« , blogs photos, ou 9 h 09, ils sont 8.

:: les blogs en « période d’essai« , que je commence à suivre, et qui sont en attente de rejoindre mes favoris, ils sont 20.

On fait les comptes : je lis 77 blogs !!!

Vous pensez que j’aurai du demander une cure de désintox au médecin du travail ??