Anne Lolotte 1 – Sarko 0

La classe internationale, un petit document sonore de Anne Lolotte à la une de Libé (un podcast je crois que ça s’appelle). C’est tout de même plus excitant que l’annonce de la candidature de Sarko, non ? Là où il est un peu confirmé (pour ceusses qui l’ignorent encore) au travers de la présentation des joujous magiques d’Anne Lolotte que vraiment, y’a encore du boulot pour améliorer les sons des bestioles, entre pales d’hélicoptère et batteur mécanique, c’est un peu pénible. Même si avec le nouveau produit d’Ipod, que découvre tout juste l’ami Denis, on commence à avoir un début de solution ….

Le blog d’Anne Lolotte, c’est par .

Le lien sonore est ici.

Et comme moi, elle sera visible là bas, mercredi prochain. Je suis très contente et impatiente de la rencontrer, on va avoir plein de choses à se raconter. Bien que je sois un peu inquiète, je découvre que la soirée est trustée … par Patrice Carmouze ! Aaaargh.

Sortie du tome 2 de l’Anti Manuel d’Economie – achat prioritaire

Si vous ne connaissez pas le très bon Bernard Maris, prof d’économie et chroniqueur sur France Inter (à 6h15, tandis que l’infâme Sylvestre passe à 7h15, un vrai scandale qui secoue le service public), foncez. Il explique toujours très bien les enjeux économiques de notre temps, sans langue de bois, et avec une vraie vision. Ci après un entretien paru dans le Libé de mardi, intitulé «La mondialisation n’est pas heureuse, elle est sadomaso». Tellement vrai.
Continuer la lecture de Sortie du tome 2 de l’Anti Manuel d’Economie – achat

prioritaire

Ce soir, je dors pas seule !!! solution toute personnelle pour lutter contre l’insomnie

C’est dans la presse que j’ai trouvé la solution pour ne pas m’ennuyer à l’hôtel … (pas sûre que ça corresponde aux besoins de L-tz, lui fait plutôt dans la pizza).

Je vous présente ma tocade de cette nuit. Il est chou non ? Il s’appelle Sam, c’est le cover boy de ce moi dans Tétu. Miaaaaaaaaaaam. Bon, comme d’hab, du côté gai, ça manque de poils, mais faute de grives, hein, comme disait ma grand-mère ….

Donc il dort avec moi, Libé, un paquet de Fraises Tagada, et la bouteille de Manzana qu’est sous le lit (nan je déconne chéri, je te jure que j’ai – quasiment – arrêté la picole). Le veinard … Y’a pas que les draps que je vais froisser moaaa ….

Allez bonne nuit 😉

PS : on s’excuse pour la qualité médiocre des photos, les batteries du numérique ont laché, c’est pris avec mon Qtek préhistorique, m’enfin ça donne un petit côté sépia sympa nan ? Siiii. C’est ça qui est bien quand tu es seule, c’est que tu peux faire les questions et les réponses, y’a personne pour te contredire.

Insomnie amie, la nuit, la ville est à moi

Combien de nuits passées, en 7 ans, dans des chambres d’hôtels anonymes, impersonnelles ? Je ne les compte plus, depuis longtemps. Parfois je les hais, ces temps gâchés, loin des miens, heures perdues à me tourner dans des des draps qui ne sont pas les miens, sans trouver le sommeil. Allumer la télé, l’éteindre, la rallumer, au cas où. Depuis 2 ans, les blogs, le mien, ceux des autres, sont devenus mes compagnons de solitude, petits fils d’Ariane tissés entre moi et le reste du monde, qui dort. Alors, comment allez vous par là bas ? Lueurs familières en terres inconnues ….

Et d’autres fois, je les aime, les goûte, ces nuits de solitude, où je me réapproprie l’espace, le temps, la ville. Ce soir était un de ces moments. Montparnasse.

Je quitte le quartier de la Gaité, le bien nommé, les théâtres, les peep show, les restaus, ma soeur, et rejoins mon logis précaire. Remonter la rue du Commandant Mouchotte, passer cette barre d’immeuble, monstrueuse fourmillière, au-dessus de la gare, où j’ai passé un mois d’été 1996. Les souvenirs affluent. Passer des groupes de sans-abris, puis de jeunes désoeuvrés. Des exclamations, ils m’appelent, m’interpellent. Accélerer le pas. Des bruits de machines qui soupirent, la gare s’essouffle. S’endort. Drôle de quartier, désincarné, métallique, froid. C’est un Paris que j’aime ce soir, il m’appartient.

Surprise, au détour de la rue, qu’est ce qu’elle fait là, elle ? Je ne l’attendais pas.
Bonsoir la belle. Bonne nuit.

Tout passe au bleu. « Bonsoir Madame. Bonne nuit. » Drôle de bulle, dans laquelle je suis une dame.

Couloirs, couloirs, encore des couloirs, se perdre dans le beige. S’oublier. Se fondre et se confondre. 503, c’est chez moi ce soir, la semaine dernière, autres temps, autres lieux, c’était la 504. Repères et pertes de repères. Les mêmes paramètres s’organisent, toujours différents, toujours ressemblants. Autre nuit, même solitude.

Insomnie, amie, bonne nuit.

De biens belles photos chez David Lachapelle

L’Epoux ayant fait l’acquisition d’Heaven to Hell, album de David Lachapelle édité chez Taschen (sehr schon comme édition), j’ai pu me rendre compte par moi même que le photographe n’aimait pas (que) Pamela Anderson, Britney Spears, Paris Hilton, Lil Kim, Courtney Love, et autres blondes pulmonairement sur-dotées. Non il fait aussi de jolies choses avec les garçons.

Cette semaine, vous aurez donc le droit à une baignoire exclusivement photographiée par David L. Et sans doute la suivante aussi, parce qu’il y en a vraiment pas mal qui me plaisent beaucoup. Le monsieur met beaucoup de choses en ligne (et c’est fort urbain de sa part), vous pouvez y aller par là.