Et la sexualité comment ça va ? Rien de bien neuf sous le capot

Les médias se sont emparés de la nouvelle avec gourmandise : pour une fois qu’on peut causer sexe à des heures de grande écoute en ayant l’air sérieux et tout pénétré des révélations de la dernière enquête de l’INED, fallait pas s’en priver.

Pourtant, à la lecture des principaux comptes-rendus (j’ai vérifié, l’étude in extenso n’est pas disponible pour l’instant sur leur site), rien de bien neuf sous les couettes. Bien que dans la mesure où la dernière enquête datait de 1992, il y a forcément quelques nouveautés. En synthèse, on serait tentés de dire Woman Rules ! quoique ….

La toute toute première fois. Les femmes connaissent leur 1er rapport sexuel (pénétration, apparamment sucer n’est pas aussi sexuel, ah ah) à 17 ans et sept mois en moyenne. Les hommes à 17 ans et deux mois. Ce qui est une bonne progression par rapport aux années 50 (en moyenne à 20 ans pour les femmes), mais ce qui tord le cou à l’idée qu’on peut avoir parfois sur les ados d’aujourd’hui : ce n’est pas parce que les films de boules et autres sources d’excitation sexuelle sont plus disponibles sur le net qu’on consomme plus tôt.

Le nombre de partenaires. Alors là, je suis ahurie. En moyenne 4,4 partenaires au cours d’une vie pour les femmes (contre 1,8 dans les années 70 et 3,3 en 1992) Déjà, ça me paraît super faible (tout le monde ne recontre pas son époux / le père de ses enfants à 18 ans, y’a que moi pour foirer comme ça). Mais alors, le truc incroyable, c’est le delta avec les hommes. Eux déclarent 11 partenaires en moyenne (pas d’évolution dans le temps par contre, stable depuis les années 70). Mon rapport d’étonnement est donc le suivant : mais avec qui ils baisent alors ces conquérants de la bistouque ? Des étrangères en vacances en France, ou eux mêmes lors de vacances exotiques et sensuelles (à nous les anglaises, les suédoises) ? Avec des hommes ? Quelle est la part de fanfaronade chez les hommes et de sous estimation chez les femmes ? Bande de vantards va ! Ce qui me tue c’est qu’on est capable d’un point de vue statistique de corriger la sous évaluation du vote Le Pen dans les sondages électoraux, mais pas la vantardise masculine. Comment ça, ça n’a rien à voir ?

L’homoséssualité. Elle serait en progression (de déclaration ?) chez les femmes et stabilisée chez les hommes. 4 % de lesbiennes et 4,1 % de gays people. Concentrés en région parisienne. No surprise.

Fuck on ze ouèbe. Alors les chercheurs jouent les candides : « Les jeunes femmes se sont emparées d’Internet », apparamment à hauteur de 36 %, contre 24 % chez ces messieurs, entre 18 et 24. M’enfin, si tout ça c’est pour plafonner à moins de 5 partenaires en une vie, franchement, c’est limite contre-productif tout ça non ?

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est l’usage de la capote, apparemment bien développé. Savoir dire ouiiiiiii au préservatif, la vraie progression des années 2000 (visionner la pub ci dessous pour comprendre. Merci à Monsieur 19 cm pour cet envoi de qualité).


Pub-hansaplast-preservatif
Vidéo envoyée par narkOo

Ma maman elle dit que je peux !!

6 réponses sur “Et la sexualité comment ça va ? Rien de bien neuf sous le capot”

  1. @ sasa : m’a bien fait marrer ce sondage moi … Enfin moi je dis niveau cul nous les gays on a encore un poil d’avance … lol ;-))))

  2. Pour le "delta" entre hommes et femmes, plusieurs explications ont été par la personne qui a dirigé l’étude, et qui contrairement à ta mauvaise langue, ne relèvent pas de "notre" vantardise. 1. Les femmes ont tendance à compter les partenaires pour qui elles ont ressenti des sentiments amoureux, quand les hommes comptent TOUS les coups. 2. Y compris, pour certains, ceux qu’ils ont payé pour! Ce qui me permet par exemple, en dépit d’un physique ingrat, d’afficher le score non négligeable de 436 😉 …

  3. @ Môsieur : rooh, comme si les femmes n’étaient pas capables d’admettre qu’elles aiment juste tirer un coup des fois !
    436, moi aussi j’espère bien atteindre ce score à un âge aussi respectable que le tien … (blaaaague hein, pas taper)

    @ Ma Fée : c’est vous les gay people qui plombent les statistiques avec vos plans culs dans tous les sens 🙂

  4. Je précise que ce n’est pas un sondage mais une ETUDE scientifique, où les réponses aux items et leur cohésion sont mesurées. Donc apparemment meme si ton féminisme doit en souffrir, cheere Sasa, les femmes tirent peut etre des petits coups comme ça. mais le moment venu, elles ne les comptabilisent pas tous… Enfin, c’est ce que prétend la sociologue. Moi je ne sais pas. J’en étais resté à "quand on aime on ne compte pas"… et il semble que c’est précisément l’inverse!!!

  5. j’ai vu un grand reportage a ce sujet sur france 2, et de savoir enfin les réponses à mes questions m’exitais, donc je me couche sur le canap et j’attend.
    Il est ressortis après de ce reportage que:
    -les femmes sont devenues des collectioneuses et des rabatteuses, et les hommes sont toujours des animaux obsédés sexuels.
    -que les femmes ne rougissent plus a des mots ou pratiques commes fellation, sodomie, cuni….
    -les hommes, ces obsédés, adorent ces pratiques, mais n’en parle pas.
    -Pour les femmes ces pratiques sont maintenant considérés commme un appat, un leurre, et ensuite le résultat est partagé devant la machine a café avec les copines.
    -que les males ont toujours du mal a se faire à l’idée que 2 hommes puissent se faire l’amour, mais par contre 2 filles c’est beau et qu’ils aimeraient bien participer.
    Et tout ça expliqué en 2m15.

    J’en conlu donc actualité oblige, que les hommes votent Francois Hollande ou Ségolène, et que les femmes votent Bayrou ou Sarko tout en prenant aussi leur carte à chasse pêche et tradition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.