Trollisme & spaming sont mes deux mamelles ….

Incroyable ces jours-ci l’activité troll & spam sur ce blog, alors que moi-même suis assez peu productive par ici, vous l’aurez noté, faute de temps pour tout faire en ce moment. Drôle de paradoxe, moins j’écris, plus y’a de visiteurs, plus ou moins bien intentionnés. Un seul constat : y’en a qui ont vraiment rien à foutre sur le ouèbe pour s’escrimer de la sorte … Et je ne m’appelle pas LLM, loin s’en faut.

Du coup, je perds beaucoup de temps à supprimer le spaming (blog et mail, malgré la relativement grande efficacité de l’anti spam de gmail), et à lire des insanités diverses et variées, et notamment en matière politique. Bon, quand c’est vraiment hors cadre légal, je gicle, mais la plupart du temps, je laisse faire (mon côté libéral sans doute, ah ah ah). Vivement que la période électorale s’achève, que l’on puisse recommencer à parler de choses sérieuses …

Petite pause iodée ….

W-E prolongé, pour aller respirer l’air de la mer, cheveux aux vents.

Un avant goût des vacances, avant d’aller plonger pour de vrai dans l’eau turquoise, là-bas, dans une semaine, dans les Caraïbes ….

Raaaaah !

Mes petits déjeuners de princesse …

Nous fréquentons, l’Epoux & moi, un lieu divin (que même dans les pages lyonnaises de ELLE ils en ont causé), qui s’appelle Best Bagels, où vous pouvez dévorer des bagels, faits comme NYC.

Petit plus, ils importent des produits d’Amérique, difficilement trouvables en France (du moins à Lyon). Plein de saloperies et de junk food, mais dieu que c’est boooon. L’autre jour, je me suis jettée sur des céréales absolument extraordinaires, qui ne sont plus commercialisés en France, les Lucky Charms. Bon, d’accord, c’est chimique au possible, avec des espèces de petits biscuits très sucrés, qui flottent et colorent le lait, mais j’en suis tombée amoureuse lors d’un voyage au Québec. Qui n’a pas goûté ne peut pas comprendre !

L’Epoux m’a gentillement acheté un paquet (en même temps, vu comme je m’accrochais au comptoir en battant des cils et en hululant comme un loup à la lune – oui je sais un loup ne hulule pas c’est une licence poétique – il pouvait difficilement faire autrement). Ce n’est que plus tard que je me suis rendue compte du prix de l’export de céréales : 8 euros 90.

Ils m’ont fait 5 jours ….

Edit : je découvre que les parisiens ne sont pas mieux lotis, puisque le paquet est à 9 euros 50 à l’Epicerie Américaine. En fait, j’ai fait une affaire (oui, ceci est un raisonnement spécieux, typiquement féminin …).

Et la sexualité comment ça va ? Rien de bien neuf sous le capot

Les médias se sont emparés de la nouvelle avec gourmandise : pour une fois qu’on peut causer sexe à des heures de grande écoute en ayant l’air sérieux et tout pénétré des révélations de la dernière enquête de l’INED, fallait pas s’en priver.

Pourtant, à la lecture des principaux comptes-rendus (j’ai vérifié, l’étude in extenso n’est pas disponible pour l’instant sur leur site), rien de bien neuf sous les couettes. Bien que dans la mesure où la dernière enquête datait de 1992, il y a forcément quelques nouveautés. En synthèse, on serait tentés de dire Woman Rules ! quoique ….

La toute toute première fois. Les femmes connaissent leur 1er rapport sexuel (pénétration, apparamment sucer n’est pas aussi sexuel, ah ah) à 17 ans et sept mois en moyenne. Les hommes à 17 ans et deux mois. Ce qui est une bonne progression par rapport aux années 50 (en moyenne à 20 ans pour les femmes), mais ce qui tord le cou à l’idée qu’on peut avoir parfois sur les ados d’aujourd’hui : ce n’est pas parce que les films de boules et autres sources d’excitation sexuelle sont plus disponibles sur le net qu’on consomme plus tôt.

Le nombre de partenaires. Alors là, je suis ahurie. En moyenne 4,4 partenaires au cours d’une vie pour les femmes (contre 1,8 dans les années 70 et 3,3 en 1992) Déjà, ça me paraît super faible (tout le monde ne recontre pas son époux / le père de ses enfants à 18 ans, y’a que moi pour foirer comme ça). Mais alors, le truc incroyable, c’est le delta avec les hommes. Eux déclarent 11 partenaires en moyenne (pas d’évolution dans le temps par contre, stable depuis les années 70). Mon rapport d’étonnement est donc le suivant : mais avec qui ils baisent alors ces conquérants de la bistouque ? Des étrangères en vacances en France, ou eux mêmes lors de vacances exotiques et sensuelles (à nous les anglaises, les suédoises) ? Avec des hommes ? Quelle est la part de fanfaronade chez les hommes et de sous estimation chez les femmes ? Bande de vantards va ! Ce qui me tue c’est qu’on est capable d’un point de vue statistique de corriger la sous évaluation du vote Le Pen dans les sondages électoraux, mais pas la vantardise masculine. Comment ça, ça n’a rien à voir ?

L’homoséssualité. Elle serait en progression (de déclaration ?) chez les femmes et stabilisée chez les hommes. 4 % de lesbiennes et 4,1 % de gays people. Concentrés en région parisienne. No surprise.

Fuck on ze ouèbe. Alors les chercheurs jouent les candides : « Les jeunes femmes se sont emparées d’Internet », apparamment à hauteur de 36 %, contre 24 % chez ces messieurs, entre 18 et 24. M’enfin, si tout ça c’est pour plafonner à moins de 5 partenaires en une vie, franchement, c’est limite contre-productif tout ça non ?

La bonne nouvelle dans tout ça, c’est l’usage de la capote, apparemment bien développé. Savoir dire ouiiiiiii au préservatif, la vraie progression des années 2000 (visionner la pub ci dessous pour comprendre. Merci à Monsieur 19 cm pour cet envoi de qualité).


Pub-hansaplast-preservatif
Vidéo envoyée par narkOo

Ma maman elle dit que je peux !!

Aveu d’impuissance, mon évaluation des programmes présidentiels, suite et fin …

Il y a quelques semaines, rappellez vous, je m’étais proposée de me livrer à un exercice de style, basé sur mes modestes compétences professionnelles, à savoir l’évaluation de politiques publiques, appliquée aux programmes des 3 principaux candidats.
Ben mes enfants, je jette l’éponge. Pardon pour les espoirs que j’ai suscité, inombrables je le sais 🙂

L’idée sous-jacente était aussi de me convaincre du bien fondé de mes opinions, de mon appartenance à ma famille politique depuis 10 ans (depuis que je suis en âge de voter et d’avoir un avis à peu près cohérent dirons nous), et de pouvoir aller voter la tête haute pour la candidate socialiste (c’est dire si j’avais besoin d’être motivée). Alors au départ, j’ai un peu ramé pour reconstituer les programmes, mais avec plusieurs bons sites (pas ceux des candidats, tous plus décevants les uns que les autres), je suis arrivée à recueillir l’essentiel. Je m’étais fixée trois thématiques, aux bons accents pétainistes, histoire de ne pas trop me disperser dans mes analyses :

:: travail (politique économique, en faveur de l’emploi / des entreprises / de la lutte contre le chômage)

:: famille (éducation, scolarité, droits des femmes, interventions sociales, lutte contre les inégalités)

:: patrie (politique européenne, de défense, sécurité intérieure, politique internationale)

Puisque finalement je n’irais pas au bout de l’exercice, je vous les recommande, vous pourrez aller y faire votre marché.

:: Sitoyen

:: L’observatoire de la présidentielle

:: Débat 2007 – le WIKI

:: Votons

Trois causes de découragement pour moi :

1. Il s’est avéré que le travail était assez fastidieux, et surtout, sur bien des aspects (diagnostic de la situation actuelle, justification de la stratégie proposée en particulier), CREUX. Voire très creux. Ce qui m’a laissé songeuse sur la qualité de nos principaux partis politiques. Si les 3 plus grands partis se contentent de banalités / généralités, peu ou pas étayées, qu’en est-il du reste des représentants politiques ? Oh, je ne doute pas qu’il doit exister des think tanks, de vraies têtes pensantes derrière, qui ont élaboré ces programmes généralistes, attrape tout, en connaissance de cause, en s’appuyant sur une véritable réflexion de fond (inchallah’ comme dirait ma mère). Mais alors, où sont ces contributions ? Alors que le ouèbe permettrait une diffusion ouverte de ces éléments, sur la toile, c’est le néant, le vide intersidéral. Bien sûr, certaines analyses sont disponibles, dans des revues de sciences politiques (type Politis), mais rarement mis en ligne ou à la disposition du pékin moyen. Alors on doit se contenter de ces inventaires à la Prévert, déclarations d’intentions verbieuses.

2. Au quotidien, dans la campagne, tout nous tire vers le bas. En permanence. Petites phrases (même Simone, bordel, même Simone). Dénonciations sur la vie personnelle (NS et ses 5 enfants et leurs scooters, SR et FH séparés, FB et son tracteur). Débats stériles. Suputations sondagières (et alors si FB il est au 2d tour, keski se passe). Oui je sais, il existe des façons de faire une autre campagne, mais c’est tellement confidentiel, par rapport à ce qu’est la marée de fond (le marécage devrais je dire) de la campagne.

3. Last but not least, je n’y crois plus (mais y ais-je vraiment cru à un moment ?). On y arrivera pas, à battre la droite. Pas avec Elle, pas face à Lui. Elle s’est ameliorée, ça va mieux, on progresse, elle dépasse l’effet marketing et nouveauté de la « première femme en position d’accéder à la présidence ». Je suis le blog d’Hugues, en essayant de m’en convaincre. Mais Lui, il est meilleur. Pas meilleur sur les idées, les valeurs, le programme, car mes convictions restent ancrées à gauche, et que je n’adhére pas à son projet de société, loin s’en faut. Mais meilleur dans une élection où l’on élit avant tout un personnage, une représentation d’une fonction (le grand homme gaulliste a la peau dure), un imaginaire collectif. Et là, Elle, elle ne tient pas la barre.

Bien sûr, c’est la Vème République dévoyée depuis 1962 (élection au suffrage universel direct du Président) qui veut ce système. On est dans un régime présidentiel (ou semi-présidentiel comme dirait Duverger) et non parlementaire, comme cela aurait du être. De ce fait, on continue à élire un monarque à la tête de l’Etat. Pourquoi partout ailleurs en Europe le parlementarisme fonctionne (GB, Norvège, Danemark, Pays-Bas, Belgique, Suède, Espagne, Allemagne, Italie, Portugal, Grèce) ? Et nous, nous continuons à déifier le statut, à privéligier la stature / l’aura, le charisme, à la capacité de gestion et de gouvernement d’une équipe, avec un leader certes, mais qui n’a pas besoin d’être le papa de chacun et chacune.

En conclusion, et pour mettre un terme à la question ici, je voterais PS au 1er tour, au 2ème aussi si l’occasion m’en est donnée, et basta. Je m’en retourne à mes futilités, conversations au-dessous de la ceinture, et bavage intensif devant éphèbes. Merci de votre compréhension.

PS 1 : ce qui répond à ta question via mail Nuts ? Vi, ça me déprime !

PS 2 : et quand je vois ce type de choses, émanant du PS, dans la campagne, ça ne fait que me renforcer dans ma conviction. Campagne de merde !!

Nectars des dieux et havre de paix

Ce W-E, nous (l’Epoux, ouam et deux zozos zamis, dont une fidèle et assidue lectrice de ce blog, une des plus anciennes, parmi les anciennes, que même le Bachelor elle adorait aussi, c’est dire si elle est remarquable) sommes allés rendre visite à mon sommelier préféré, exhilé pour son plus grand bonheur depuis quelques mois dans la région d’Annecy. On a déjeuné dans l’hôtel restaurant où il a officié pendant quelques temps, l’Abbaye de Talloires, pour ceux qui ne connaissent pas la région, c’est au bord du lac d’Annecy, un lieu magique dès qu’un rayon de soleil rend l’eau du dit lac turquoise, ce qui était le cas samedi.

Alors par contre, que je vous prévienne tout de même, n’allez plus à Talloires pour son sommelier. Oui il est chou, oui on en ferait bien son 4 heures, et l’apéro, etc, mais (1) il est du côté obscur de la force, et (2) surtout (parce que j’en connais de fiéffées ambitieuses qui pourraient se lancer comme défi de convertir des brebis égarées dans les backrooms d’Annecy et d’ailleurs), depuis dimanche, il n’y officie plus. Non, je ne délivre pas le nom de son nouvel employeur …

Par contre, si vous appréciez la bonne chère & les bons vins, on y mange très bien (voir la carte) pour des prix relativement abordables le midi (franchement, on s’en est mis plein la panse). ET surtout ils ont une cave assez incroyable. Des grands crus oui, mais pas seulement, une vraie diversité de vins français (et quelques suisses). On a eu le droit à une visite privée des lieux, je vous raconte pas l’excitation de l’Epoux, même les seins à l’air de Monica ne lui font pas cet effet là.

Bon, moi j’ai trouvé ça joli à voir (et encore mieux à boire), mais quand on m’a expliqué que toute bouteille ouverte, même les St Estèphe Machin Chose qui valent 3 SMIC, et qu’ils datent de mon année de naissance, devait être réglée, même si frelatée à l’arrivée, ben ça m’a un peu calmée …. Non non, c’est gentil, je prends pas la bouteille dans mes mains, merci, je touche avec les yeux, ça suffit bien va.

Raaaah, c’est qu’on s’habituerait vite au luxe hein …

Adieu Simone ….

Il est des symboles qui font mal. C’était dans l’air depuis quelques jours, mais je faisais semblant de ne pas y croire. Naaaan Simone Veil ne pouvait pas prendre la tête du Comité de Soutien du petit Nicolas. Et laisser l’annonce se faire lors de la Journée Mondiale de la Femme (même si sur le fond, cette journée, on s’en tamponne). Pas elle, pas pour lui. Certes, elle en a la possibilité, maintenant qu’elle a quitté le Conseil Constitutionnel.

Deux choses me font mal.
Un, que ce soutien puisse laisser croire que le candidat à la présidentielle est représentatif de ses combats et valeurs, dans le désordre et pour les thèmes qui me touchent, l’Europe, les droits des femmes et en particulier à l’IVG, le devoir de mémoire vis-à-vis de la Shoah (le clin d’oeil à la droite centriste me concernant peu). Tout ça c’est elle, ce n’est pas lui. Et je me sens trahie dans ce que je partageais avec elle.

Deux, de manière plus prosaïque, que ce soutien ramène dans le giron du vote UMP des indécis et des déçus, qui se diront « ah ben si Simone Veil le soutient, c’est qu’il ne doit pas être si mauvais bougre le Sarko ». Et que l’on ne me dise pas que c’est un raisonnement simpliste, ce sont des réflexes que l’on rencontre fréquemment chez l’électeur en mal d’adhésion.

Alors à quoi ça ressemble une femme en 2007 ? Une salope (ce n’est pas de moi) ? Ben dans mon cas, une femme au travail (comme 80% de celles qui sont en âge en France me direz vous), un peu fatiguée par l’accumulation des tâches et corvées (par contre z’avez vu mes tifs, ça pousse bien, suis contente), et qui se sent un peu orpheline … Adieu Simone ….

Un candidat à la Nouvelle Star pour la baignoire (2)

Alors, dans la sélection de la semaine, pas grand chose à se mettre sous la dent.

Y’avait un rugbyman, j’aurai cru que y’aurait moyen de moyenner, mais en fait il était pas à mon goût physiquement, et surtout il affichait un gros manque de virilité : moi le père au foyer, abandonné lui-même par son père, qui se met à pleurer après avoir chanté « Hélène » de Roch Voisine, désolée, mais ça me laisse de marbre.

Y’avait dans un style plus viril justement le rockeur au coeur en deuil, avec un tee-shirt avec des têtes de mort et des tatouages dans le cou, mais j’ai été perturbée par sa dentition (des facettes ?), du coup non plus, malgré la gratte. De toutes manières, pour les têtes de mort, j’ai ce qu’il faut à la maison, l’Epoux est un fétichiste en la matière ….

On se contentera donc du jeune Souma, lyonnais de 20 ans, dont la présence envahissante de la mère (« l’est boooo mon fiiiiiiiiiils » lancent ses yeux à la cantonnade) laisse à penser qu’il a pas vraiment encore coupé le cordon le petit. Globalement, vous le savez, je les préfère plus poilus et mal dégrossis, mais faute de grives hein …. L’a un joli sourire tout de même non ? (oui je sais, celui de la semaine dernière aussi, c’est vrai)

Hier j’ai partagé la tévé avec Hélène, et c’était fort sympathique ma foi. J’espère élargir le cercle de semaine en semaine, parce que pouquer (expression hélènesque pour dauber) à plusieurs, c’est encore meilleur !

La Picardie a sonné à ma porte ce matin

8 h 02 ce matin, agarde, je traîne de pièce en pièce, mon mug de thé vert à la main, l’oeil torve (alors que Nicolas Demorand a l’air tout guilleret dans le poste, mais j’ai appris qu’il est debout depuis 4 heures du mat ce malade, y’a un article dans le Elle de cette semaine, l’a l’air très chou ET célibataire, par contre un peu pantouflard, il se couche à 21h30 en semaine), en me demandant, en autres :

1. comment je vais m’habiller ce matin (éternel emmerdement de la femme active, je vais finir par militer pour le port d’un uniforme quelconque, genre tiens, en infirmière, ça pourrait sympa non, et ça éviterait de faire la danse des 7 voiles dans le dressing, à la recherche de l’Assortiment que personne n’a encore vu au bureau)

2. pourquoi ce pxxxxx de lave-vaiselle a encore coulé cette nuit ?

3. est ce que c’est vraiment obligé d’aller au travail ce matin ? (en fait, j’ai appris que si je veux toucher mon énorme salaire, oui)

4. comment est ce possible que les Wampas se soient fait coiffer au poteau par les Fatals Picards ? bordel à mille queues. Ou alors mes copines pompom girls …

C’est alors que je suis tirée de ma léthargie matinale par la sonnerie de la porte d’entrée. J’ai un peu de scrupules à aller ouvrir la porte dans une tenue fort peu civilisée (à oualpé dans la sortie de bain de l’Epoux, avec un sein dehors, que je me dépêche de remballer discrètement) et la coiffure spéciale « doigts-dans-la-prise », avant passage du peigne. Mais comme l’Epoux est déjà parti et que je vérifie dans le judas que ce n’est que ma concierge Mme Da Silva (qui en fait, je l’ai appris il y a peu, s’appelle De Olivera, mais j’arrive pas à m’y faire), j’ouvre.

J’ai un colis ! J’adore avoir des colis. Surtout quand je n’ai pas à faire la queue avec 46 mamies hargneuses à la Poste du quartier. J’avais oublié, j’ai menti, j’ai gagné un concours en fait …. Merci Osmany !