Les charmes de la piraterie …

Sous la contrainte d’une certaine lectrice et néanmoins amie (ça m’apprendra à oublier les anniversaires), je me vois dans l’obligation de consacrer une baignoire à Jack Sparrow, AKA Johnny Depp. Il faut le savoir, moi, le Pirate des Caraïbes me laisse de marbre (je me suis même ENDORMIE lors du second opus, en pleine salle de ciné, et je n’avais pas l’excuse d’être enceinte).

Pour autant, il est vrai, il est pas mal le pirate des mers du sud, mais le crayon noir sous les yeux, c’est un peu too much. Sylvain B. a sans doute raison, je suis vraiment du côté de la famille Pierrafeu …. Tout de même, il ne les fait pas ses 44 berges, le Johnny, et il a un visage très harmonieux.

FELIZ CUMPLEANOS MARJ’ !!

Réunion du matin, chagrin

Voilà à quoi je ressemblais ce matin, à 7 h 45, en me connectant au système de vidéo-conférence. A peu près.

J’espère que le client n’y a vu que du feu, mais j’en suis pas certaine. Lui était tout guilleret : “Alors M’me L. c’est formidable hein ces systèmes de vidéo-confèrence, c’est tout de même plus convivial pour échanger à distance”. Oué, trooooop bien (et quelle distance mes enfants, Lyon / Besançon). Trop contente de voir ma tronche hébétée en incrustation dans l’écran de télé pendant toute la réunion (mais ça permet tout de même de vérifier que tu ne t’abandonnes pas à des poses lascives derrière la table, te croyant vraiment seule dans la salle de réunion. Voir plus bas pour un exemple de pose lascive). Je préfère largement le bon vieux temps des conf-call, où tu pouvais

:: lever les yeux au ciel quand ton interlocuteur sortait une connerie,

:: faire des gros doigts énervés à ton poste de téléphone quand il dépassait les bornes mais que tu ne pouvais pas répliquer car le client est roi,

:: ouvrir tes mails et ton lecteur de flux ni vu ni connu, pendant que tu répondais mécaniquement “bien monsieur, oui monsieur, je fais les modifications en direct monsieur”.

Houch. Je sais que l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, qu’on va bientôt travailler plus pour gagner plus (au passage, si quelqu’un veut bien m’expliquer comment que ça va être possible que des cadres payés au forfait annuel – comme moi – vont pouvoir bénéficier du dispositif d’heures supplémentaires, je suis preneuse). Mais franchement, là, ça devient au dessus de mes forces. J’ai eu un sursaut d’orgueil entre 7 h 45 et 8 h 55, et depuis, je me traîne comme une grosse merde. AU SECOURS.

La jolie photo d’illustration est issue d’une série de Jill Greenberg, Monkeys and Apes, que j’aime vraiment beaucoup. Elle fait plein de choses vraiment belles et originales.

Ce qui m’habite ….

… est doté d’une bite. Hé oui, c’est fin, je sais, mais que voulez vous, de savoir que j’abrite un service trois pièces pendant 9 mois, ça me fait marrer. Accesoirement, c’est exactement ce qu’il nous a présenté dans les 2 secondes qui ont suivi le démarrage de l’écho. Exhib, comme sa mère …. Je vous présente donc Junior, pris de face, qui semble avoir hérité du glorieux tarin de son géniteur, et d’un menton pointu non répertorié dans nos familles respectives. J’enquête ….

Alors autant vous dire que sur les pronos, vous vous êtes bien vautrés les chéris, et je ne parle pas des 20% qui m’ont promis un p’tit vélo rouge …

En dehors du fait que Junior semble se développer conformément à ce que l’on attend de lui (et qui est quand même l’essentiel), je suis contente de découvrir d’un peu plus près à quoi il ressemble. Et de le sexuer, je le sais, va me permettre aussi de mieux me projeter. Quant à ceux qui me taxent d’impatience, c’est clair : il était impensable pour moi d’attendre le terme, sachant que je pouvais savoir dès aujourd’hui ce qu’il en était. Surtout, je pense que l’enfantement réserve suffisamment de surprises pour pouvoir au moins avoir quelques repères rassurants.

Les barrettes et les serre-tête c’est QUE pour les filles de moins de 12 ans

Y’a un moment où faut un peu arrêter les conneries. Non mais c’est vrai quoi.

Oui Julien Doré d’la Nouvelle Star, il peut porter des barrettes dans ses cheveux, à l’occasion (il a arrêté je crois d’ailleurs), pour se faire remarquer et différencier de ses petits camarades velus. Certes, grâce à cet accessoire capillaire original, le Juju a damé le pion à tous les beaux gosses habituels dans le classement des 15 mecs les plus sexys de ELLE. Toutefois, permettez moi de trouver que Julien devant Justiiiin et Jude, c’est un peu abusé tout de même. Et je ne parle pas de Brad. C’est un peu surjouer le potentiel érotique de la barrette et du jean slim pour hommes. J’ajouterai aussi que je ne vois pas ce que fait l’autre asperge anémiée de Raphaël là dedans.

En tous cas, au quotidien, dans le métro, une chose est sûre, non messieurs, c’est pas possible. Pas plus tard que ce matin, y’avait un zozo dans le métro, il portait un costume en lin savamment frippé, et pour retenir des cheveux mi-longs vaguement pas propres, un serre-tête. Je dis bien un serre-tête. Pas un bandeau, pas un fin ruban de footballeur, non, un véritable serre-tête en plastique cranté, noir qui brille. J’ai scotché dessus, bouche bée. Je voulais le prendre en photo, pour le dénoncer ensuite à la police du style de Caroline Daily, mais j’ai pas osé.

J’avais eu un peu le même réflexe le WE dernier, quand on a croisé sur un pont de Lyon un jeune garçon (moins de 20 ans) habillé avec un bermuda immaculé, très moulant (un bermuda slim, je savais même pas que ça existait ! c’est immonde), et un pull col V rose porté à même la peau … Au secours. Au secours. Ils sont où les mecs, les poilus, les vrais, les tatoués ?

Alors on est gentils les garçons, on rend les barrettes et les serre-tête aux petites soeurs (qui n’en voudront sans doute pas), on enfile les tiags croco, sans chaussettes siouplé (pour les odeurs, c’est plus wild), une chemise de bûcheron sur un torse velu largement dépoitraillé, un jean brut, et on y va.

Sérieux, moi JAMAIS je ne laisserai sortir mon fils avec un bermuda slim blanc et un pull col V rose.

Un gars ? Une fille ?

Alors c’est pour demain, l’écho de fin de 5ème mois. Normalement, nous connaîtrons le sesse de celui / celle qui occupe de plus en plus de place en mon sein … Un avantage majeur : clouer le bec aux pronostiqueurs à la petite semaine, qui me présagent l’un ou l’autre avec la plus grande assurance. Le dernier en date, le groom de l’hôtel à Fort de France, fringuant arrière grand père de 51 ans (!), qui comme une majorité, m’a promis un p’tit gars.

Je vous laisse épancher votre soif de pronostics dans la colonne de droite, pi p’t’être que je vous donnerais la bonne réponse ensuite. P’t’être.

Au départ, je voulais plutôt une foufoune. Mais dans mon entourage, ça grouille déjà de pisseuses. D’un point de vue statistique …. Alors j’ai pensé à comment ça serait un gars, et ça m’a bien plu aussi, pour des raisons différentes (pour en faire un féministe, un vrai, entre autres). Conclusion, l’un ou l’autre, je serais contente surtout de savoir qu’il / elle est en bonne voie de développement (mais vu la taille de mon ventre, je me fais pas de souci sur ce point), et qu’il a un sexe identifiable. Histoire qu’on puisse commencer à se mettre sur la tronche avec l’Epoux, feignasse qui ne veut pas choisir 2 prénoms, et qui a opposé plein de vetos à mes jolies idées … (j’en reparlerai à l’occasion).

Concours de brioche samedi à Annecy. La brune, Sabrina, 5 mois révolus. La blonde, Vanessa, 7 mois. Sans commentaires !