Dernier billet du bureau

Ayé tout est propre et net.

En bonne psychorigide, j’ai tout nettoyé, A FOND. Mes dossiers sont clos (et donc rangés dans des pochettes cartonnées, classées dans mon placard) ou transmis avec des notes explicatives de 4 pages aux collègues qui les prendront en charge à la rentrée. Envoyées par mail les notes ET en copie papier dans leurs bannettes. Old school. J’ai fait le ménage sur mon bureau, dans les tiroirs, dans les fichiers de mon disque dur.

J’ai du mal à réaliser que je ne vais pas travailler pendant au moins 5 mois. Ca fait 7 ans et 3 mois que je travaillle, depuis la fin de mes études. Que je travaille tout court et au sein de ze feurm’. La plus grosse interruption que j’ai pu connaître durant cette période, c’est 3 semaines pour les vacances d’été. Mon premier réflexe est d’être toute jouasse, de me dire que je vais avoir mes journées à moi (jusqu’à l’arrivée d’Elvis), que je vais pouvoir me vautrer dans mon lit m’installer dans des positions qui me permettent d’éviter que le dit Elvis ne me laboure les intestins avec ses pieds. Le second est de me dire que je vais me faire chier. Pas que je n’aie rien à faire dans les prochaines semaines, ou que je sois coutumière du désoeuvrement. Mais mon travail a toujours été structurant pour moi. Intellectuellement d’une part, parce qu’il m’enrichit, me permet de mettre en application des connaissances, des méthodes et des idées en lien avec ma formation et ma conception d’un certain nombre de choses (j’me comprends). Socialement d’autre part, parce que j’y suis entourée de personnes que j’apprécie à titre personnel (et avec lesquelles je ne travaille pas nécessairement), ou professionnel (enfin quelques unes hein …).

A courte vue, je suis ravie ravie ravie de quitter le navire, et de laisser ça derrière moi pour passer à autre chose pendant quelque temps. A moyen terme, je pense pouvoir enfin prendre conscience du fait que je ne suis pas indispensable à la bonne marche de l’entreprise (et ça fera le plus grand bien à la névrosée du taff que je suis), et relativiser l’importance du travail dans ma vie aussi (idem).

Au programme, tout un tas de trucs plus ou moins cruciaux. Très vite, l’article promis sur les femmes fontaines bien sûr, parce que je vise personne, mais y’en qui me tannent ….

L’école est finie …..

Publié par

Epaule Tattoo

Lecteur égaré (ou pas), bienvenue chez Sabrina, blogueuse lyonnaise depuis 2005 et twittas depuis 2007.

5 réflexions au sujet de « Dernier billet du bureau »

  1. Ca fait déjà 7 ans et 3 mois qu’on bosse ? Ah punaise voui. Rho le coup de vieux, je ne te remercie pas. Bon, pour ma part, j’ai eu une interruption de 15 jours supplémentaire par rapport à toi quand j’ai quitté BXL pour rejoindre la BZH. Mais sinon..
    Rhooo, dis…
    Je nous revois dans l’amphi le soir de la remise des dossiers-marathon.. Moi qui ne suis pas revenue pour la remise des ‘plômes, c’est la dernière fois que je vous voyais tous, c’est mon ultime souvenir universitaire..
    Bon, désolée pour cet étalage.
    Et pis tu sais quoi ? REPOSE-TOI bien et pis profite-z-en pour nous pondre plein de notes super sympa. Bisous.

  2. Mais c’est quoi cette histoire de femme-fontaine ? T’as pas l’eau courante dans le 7ème ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *