France – Géorgie en live

Coucou les enfants, me voilà devant mon écran, fidèle au poste …. mais peut être pas pour très longtemps. Parce qu’Elvis étant le digne fils de sa mère, c’est un chieur, il a décidé de lancer une offensive, il y a deux heures de ça, le jour du match. J’y crois pas …. Je crois bien que ça s’appelle des contractions, en tous cas, ça en à tout l’air. ET CA FAIT MAL BORDEL.

Comme je veux pas risquer de me pointer à la maternité pour cause de fausse alerte, je suis encore chez moi. Je vais essayer au moins de tenir le temps du match, mais je ne supporte pas la position assise. Alors pour le live-blogging, il sera sans doute moins intense. Inversement proportionnel aux contractions dirons nous. Je vais tout de même éviter d’accoucher comme une truffe devant mon PC.

15 h 34 : Booon, c’est un peu compliqué de regarder à la fois le match, me torder de douleur, noter la fréquence des contractions ET blogger … Mais on a mis 2 essais, ça c’est la bonne nouvelle ! Et Elissalde est venu en remplacement, et moi je l’aime bien, ce petit gars.

16 h 09 : On a le point de bonus, c’est goood.

16 h 14 : Bien Dominici. Biiiiiien.

9 mois et des poussières …

A minuit, je serais enceinte … de plus de 9 mois … C’est pas la classe ça ?

Je suis allée à l’hôpital vendredi, me faire « monitorer ». Alors pour info, Elvis a la patate, la grosse banane, il est au poil, le tracé de l’électrocardiogramme était splendide paraît-il. J’ai écouté son coeur battre sur haut-parleur pendant 20 minutes, c’était un chouette moment. Pour autant, c’est officiel, le terme est dépassé. Maintenant, il ne me reste plus qu’à attendre que Môôôssieur Bébé se décide à quitter sa back-room de lui-même sous un délai de 9 jours, sans quoi ce sera l’expulsion façon Hortefeux de l’obstétrique, le déclenchement que ça s’appelle.

Putain 9 jours ! La sage-femme me dit que je peux accoucher cette nuit comme dans une semaine. Arf, la médecine est une science bien approximative tous compte faits … Du coup, moi qui m’était refusée à pratiquer tout dialogue à haute voix avec l’héritier (par principe et parce que je ne voyais pas trop bien quoi lui raconter), je me suis mise à parler à mon ventre. Et plutôt à le supplier en fait … « Bééééééébééééé, descends, s’il te plaît, Maman veut te voir. Et Papa aussi. Mais surtout Maman, parce qu’elle en a plein le dos de te porter. Elle fatigue. Elle a mal au dos, et aux articulations des genoux, et elle arrive pas à dormir. Elle grossit beaucoup aussi, beaucoup plus vite qu’avant. Elle espère que c’est toi qui en profites, mais elle est pas vraiment sûre, alors vraiment, si tu pouvais sortir, rapidement mais en douceur, ça serait vraiment l’extase. »

De grands moments de solitude …

En attendant, j’ai eu un peu de baume au coeur aujourd’hui. Dans des magazines people, et chez La Lène, j’ai vu des photos de Milla Jovovitch, qui elle aussi est enceinte jusqu’aux dents. Elle a pris 25 kilos, et ça se voit. Limite bouffie qu’elle est. Ses soirées, elle les commence en sandales glitter, pour les finir en tatanes de piscine. Oui, je sais, c’est cruel de se moquer, et de se consoler par le malheur des autres. Mais pendant 2 minutes, mes 15 kilos ont pesé moins lourd, et ça, comme dit la pub, ça n’a pas de prix.

Sinon, je prends les paris. Certains me prédisent un accouchement ce dimanche (moi j’espère que non, parce que j’aimerais pouvoir regarder France – Géorgie tranquillou). Moi non. En fait, depuis le temps que j’attends, je ne sais plus …. D’autres pronostics ? (et qu’on ne me cause pas de la lune, la pleine lune c’était mercredi bordel !)

Let the beat goes on

Ma dernière sortie en boîte de nuit (oui, moi je dis boîte de nuit, comme les rombières) doit remonter à février / mars (je compte pas les soirées corporate, les fêtes avec les copains, ou dans des bars, ça compte pas). Du coup, je suis en grave manque d’écoute et d’ondulation de mon corps de déesse sur des musiques syncopées. A chaque mal ses solutions. Pour pallier le manque de musique daubique entre mes deux oreilles, je regarde avidemment les clips sur M6 Music / NRJ 12 / MCM et consorts, histoire de faire remonter la moyenne d’âge de ces chaînes (qui de ce que je vois des dédikass à l’antenne, doit plafonner entre 11 et 13 ans 1/2). L’Epoux fait semblant de râler, en fait il est content, il se rince l’oeil. Par contre, pour le manque de vodkas pomme – caramel, j’ai pas trouvé de placebo satisfaisant.

C’est pas pour me vanter, mais j’ai un grand sens de la daube. Tous les tubes techno / dance, je les flaire, et de loin. Et quand ils passent dans les dancings (on peut dire dancings aussi, à la place boîte, c’est mignon, l’essentiel étant de ne pas dire club), je suis la première à trépigner de joie, tirant la copine par la manche, et foncer sur la piste en hurlant « vazzzzyyy viens j’adoooore cette chanson » (enfin tout ça, c’était avant le drame). Même pas honte. Tout ça sous les yeux navrés des dites copines, généralement célibattantes. Ce sont les seules que tu peux traîner en boîte, parce qu’elles viennent pour chasser la sardine en milieu hostile. Du coup, elles se doivent de garder un minimum de dignité, et sont surtout occupées à scanner d’un oeil averti les alentours du bar. Pour ma part, libre de ces contingences, je peux me ridiculiser m’ébattre à loisir sur les dance floors. Et c’est ça qui est bon.

Au feeling, je pense que les trucs qui doivent cartonner en matière d’ondulation du bassin, en ce moment, ça doit être ce genre de trucs.

Shanna. (Et c’est pas pour me vanter, encore, mais je dance mieux que Shanna, sans déc’, c’est quoi ce pantin). C’est très très bon Shanna. Un rythme binaire comme on les aime.

La dernière de Bob Sinclar. Avec Fireball. No comment sur le clip façon « comment je transforme des collégiennes coincées en tepus qui adorent se faire mettre des claques sur les fesses en bikini rose en 10 leçons et que c’est super cool ». En la matière, ne nous voilons pas la face, y’a bien pire.

Raaaah la la la, qué nostalgia ! N’hésitez pas à me signaler d’autres daubes en vogue qui auraient pu m’échapper. Je tiens à rester à la pointe des nouveautés, pour le jour où je referais mon entrée dans les milieux interlopes.

La meilleure back-room de France

Chaque jour qui passe, le drame se confirme, je suis la DERNIERE de celles qui devaient accoucher entre le 24 et le 30 septembre à être encore dans les starting blocks (y’en avait cinq dans mon entourage, ma pomme incluse). Et je DETESTE être la dernière.

Heureusement, on a toujours les copains, pour vous remonter le moral, chacun à leur manière.

Je passe sur les classiques « il n’en sera que plus beau » (ça se voit que vous connaissez pas le géniteur), « il est bien au chaud chez toi » (oué mais c’est à moi qu’il tient chaud), « faut laisser faire la nature » (je l’empile la nature, je VEUX accoucher).

Je décerne la palme du meilleur support moral à Christophe N., qui a tout de même trouvé le moyen de me dire (je cite TEXTO) : « Mmmm, ce petit apprécie donc déjà les endroits chauds, humides et sombres. Un futur adepte des backrooms peut être ? »

Sasa, provider de la meilleure back-room de France, c’est y pas un merveilleux lot de consolation ? 🙂

Puisque nous sommes dans la thématique, ci-dessous l’affiche pour la Gaypride de San Francisco, qui aura lieu ce WE. Je suppose que comme la pub de Girbaud, encore un détournement qui a du faire causer (vous admirerez au premier plan le joli fist rouge).

PS : A propos de la vidéo que j’ai publié pour présenter la chambre d’Elvis, et tranquiliser certain(e)s qui m’ont demandé si j’étais en plein spleen, ou complètement déprimée par cette naissance, NAAAAN, j’ai la patate les gens. Visiblement, j’ai moins de « talent » comme vidéaste que comme gratte-papier pour faire passer messages et émotions. Alors, vi, j’ai une voix toute monocorde (mais en même temps, parler toute seule à ton appareil photo hein, t’as l’air con) et essouflée (rapport au sac à dos de 14 kilos que je traîne en permanence), et il semblerait que j’ai l’air au moins blasée, si ce n’est gavée, par tous ces préparatifs pré-nataux.

La seule chose qui me gave, concrètement, c’est l’attente, depuis 10 jours. A part ça, ça a été l’éclate de m’occuper avec l’Epoux de préparer l’arrivée d’Elvis. Vraiment. On peut pas dire que j’ai beaucoup souffert des affres de la grossesse, je me marre beaucoup de ma propre ignorance et maladresse vis-à-vis des choses de la puériculture, et même si j’appréhende naturellement un tas de choses (dont je me refuse à faire la liste là maintenant), je n’ai qu’une envie, avoir enfin ce bébé dans mes bras. Sans le faire tomber, hé hé hé.

Où il est prouvé qu’un bon strip-tease peut se faire en tongs

Parce que je ne veux pas que l’on croie qu’il y en a que pour les filles (et nos amis les gaypeople) sur ce blog. Et parce que même aux filles, ça peut faire de l’effet, un bon strip tease. Une des très bonnes scènes du dernier Tarantino, Boulevard de la Mort. Ni arti-fesses artifices, ni minauderies, juste un bon sens du tempo, un certain talent à se mouvoir dans l’espace, et une bonne chanson. Et tout ça en tongs, moi je dis bravo.

Les dieux du stade : la contre-attaque footesque par Rafael Cordova

En général, je réserve les publications de la baignoire pour les soirées. Je fais une exception, compte tenu de l’ampleur de la découverte de ce matin. Et vous allez comprendre en découvrant Rafael Cordova, joueur de foot brésilien, qui a posé complètement nu pour un magazine à destination des Gay People. G Magazine, que je ne connais pas (je suis juste acheteuse régulière de Tétu), il semble que ça soit brésilien, là vous avez la version en ligne.

J’ai pêché ça sur mon dernier site chouchou dans mon flux RSS, A cause des Garçons. Z’ont pas froid aux yeux les gardiens de but au Brésil. Alors je sais par avance que ça va se gausser du côté des poilus, parce que je vous l’accorde, l’équation cul nul + chaussettes qui montent sur les mollets, j’en voudrais pas dans mon salon à priori. Mais sur un terrain de sport ou dans un vestiaire moite, ça fait très couleur locale …

(Vous noterez le très fin jeu de mots sur « show de bola« , je m’en suis pas remise. Sont forts ces brésiliens.)

(Pour ceusses qui, par le plus grand des hasards, voudraient une version extensive, de fesse de face et non censurée des photos de ce charmant monsieur, vous pouvez aller sur ce blog. Attention, destiné à un public averti, y’a des membres dressés. Qu’on dise pas après que j’ai pas prévenu hein. Bande de cochonnes.)

Les pompiers suisses dans ton slip (ou presque)

Encore une fois (si si si, rappelez vous, la campagne de pub pour le tourisme en Suisse) nos voisins helvètes nous prouvent leur grand sens de l’humour et de l’auto-dérision, sur un sujet tout à fait sérieux (les nouveaux numéros de secours). Avec des vrais bouts de pompiers en goguette (et en tout petit short) à l’intérieur !

Le 118 inscris le dans ton slip … Si c’est pas du slogan haut de gamme ça 😀

Via A cause des garçons.

Apéro de blogueurs lyonnais

L’apéro blog des lyonnais se déroule ce jeudi. J’ai reçu l’info via mail. Elle est relayée sur le site de Lyon-Blog.

Pour garder des bonnes habitudes et profiter des derniers rayons de soleil de cet été indien 2007, pourquoi ne pas se retrouver autour d’un verre ?

Les derniers mois ayant été un peu calmes en matière d’apéro-blogs, celui de septembre sera l’occasion de reprendre un bon rythme !

L’équipe Lyon-Blog vous propose donc de les retrouver le jeudi 27 septembre au café 203, 9 rue du Garet, dans le 1er arrondissement (métro Hôtel de Ville) dès 19h30.

Si j’ai pas accouché dans l’intervalle – des fois je me dis que ça fait tellement longtemps que j’attends que je me demande si ça va arriver un jour bordel – j’en serais. Faudra un peu que je force ma nature, parce que concrètement, autant je peux être (très) prolixe via ouèbe, autant dans la vie réelle je suis une grande chose renfrognée, à la limite asociale, et qu’en général faut bien deux ou trois pintes pour me décrisper. Avec un diabolo menthe, ça va être moins facile 😀 Mais je suis très favorable au principe du développement social in vivo de la blogosphère lyonnaise. Et que même si ça se voit pas, j’aime les gens. Enfin pas tous. Et pas tout le temps. Bref.

A jeudi donc pour les lyonnais !

La nouvelle cartographie de la blogarchie francophone par Oui Non

Ce blog avait déjà fait un gros boulot, très complet, au mois de mars dernier. Pour la beauté de l’art (du moins à ma connaissance), il a renouvelé et amélioré l’exercice, pour proposer une nouvelle cartographie. Elle présente l’intérêt d’être composite dans sa construction, donc d’être beaucoup plus tangible que les classements qui ne s’appuient que sur des comptages plus ou moins pertinents et univoques (liens pointant vers un blog, nombre de pages vues, etc.). Evidemment, on peut discuter sur la prise en compte comme critère dominant le nombre de commentaires, sachant qu’il y a des blogs très lus et peu commentés. Je suis la première à très peu commenter sur les blogs (parce que j’en lis beaucoup, et qu’en fait je commente quand j’ai quelque chose à apporter ou pour faire un coucou parce que je connais de près ou de loin l’auteur du blog). Du coup, forcément, le continent des blogs de filles est obèse.

Le mieux est d’aller voir le résultat par là, c’est remarquable. Pour ma part, ce qui m’intéresse au travers de ce boulot (de titan) est d’évaluer dans quelle mesure je suis très « suiviste » dans mes lectures blogosphériques. Est ce que je suis moutonière, lisant ce que tout le monde lit, ou est ce que j’ai des choix originaux, des sur-représentations dans certaines catégories (ça, je n’en doute pas) ? Je crois que je vais me faire un petit tableau comparatif pour ma gouverne ….

L’auteur est modeste, car il parle d’une cartographie subjective ET approximative, en ce qui me concerne je trouve ça plutôt rigoureux et objectif. Après, le point de discussion, en dehors des critères d’évaluation et la surpondération liée au nombre de commentaires, c’est bien évidemment la construction des catégories (médiatique / généraliste / filles / artistiques / jeunes). Mais là, à ma connaissance, aucun classement de blogs ne présente une catégorisation satisfaisante à ce jour.

Bravo à Ouinon.

Le kit qu’il me fallait

L’Epoux & moi avons reçu ce WE un joli kadal, et qui va sans doute nous être précieux dans les semaines à venir, le « kit de démarrage » spécial élevage basique de moutards pour parents ignares …. Tout nous quoi.

Y’a plein de petits trucs rigolos – et pratiques – à l’intérieur, dont un poster avec schémas explicatifs pour la pose de couches et le nettoyage de postérieurs.

J’ai posé le kit sur Elvis (délicat équilibre à tenir), ça avait l’air de lui plaire. Ray, t’es un chou !