Jouer à Kafka avec la Caf

(Youhouuu, je me surpasse en jeux de mots moi ….).

Conversation téléphonique ubuesque avec la Caf, au sujet d’un dossier en cours depuis plusieurs semaines. A 0,118 euros la minute (elle est belle, la gratuité du service public), après avoir navigué galéré pendant 10 minutes sur le serveur vocal.

L’allocataire désireuse de bien faire (ouam) : « Je viens aux nouvelles, puisque j’ai envoyé mon courrier le 8 janvier, je n’ai eu aucun retour, et j’ai besoin de mon numéro employeur pour déclarer les heures de ma salariée, payer les charges, et percevoir l’aide prévue. Avant la fin du mois. On est le 30. »

La conseillère Caf : « Ouiii, on a bien reçu votre dossier, mais on ne peut pas le faire avancer. Il manque des pièces. »

L’allocataire intriguée : « Aaaah , qu’est ce qui manque comme pièces ? Je croyais que c’était bon comme je n’avais aucun retour … »

La conseillère Caf dédaigneuse : « L’extrait d’acte de naissance, et la déclaration de revenus. »

L’allocataire vaguement exaspérée : « Si, ils y étaient. Mais pourquoi vous ne m’avertissez pas qu’il vous manque / que vous avez perdu des pièces ? »

La conseillère Caf triomphante : « Si ! on vous a envoyé un courrier. »

L’allocataire un poil de cul énervée : « Mais je n’ai rien reçu ! »

La conseillère Caf a réponse à tout : « Ah ben ça c’est normal, le courrier est parti le 25. »

L’allocataire au bord de l’apoplexie: « Le 25 ! Mais j’ai envoyé les papiers le 8 ! Et je dois faire la déclaration avant la fin du mois, vous le savez bien ! »

La conseillère Caf se paie ma fiole : « Ah ben oui, mais qu’est ce que vous voulez, on est pas assez nombreux ici, les dossiers prennent du retard dans le traitement, c’est pas de notre faute, faut demander plus de moyens au gouvernement hein ! »

L’allocataire cherche une porte de sortie : « Et je peux pas faire la démarche sur internet ? Je n’ai pas accès à mon dossier sur internet pour l’instant. Ca irait plus vite. »

La conseillère Caf est une grosse perverse : « Ah ben non, tant que votre dossier est incomplet, c’est pas possible, votre profil est clos. Faut que je vous envoie le formulaire, par courrier, et que vous nous le retourniez. »

The desesperate allocataire : « Le formulaire, là, pour la déclaration de revenus, je peux pas au moins le télécharger ? On gagnerait un peu de temps non ? »

La conseillère Caf veut ma peau : « Non, c’est pas prévu, désolée. Et pour l’extrait d’acte de naissance, c’est possible qu’on l’aie perdu, effectivement, vous savez on en reçoit des centaines chaque jour. Alors cette fois écrivez bien votre numéro d’allocataire en gros dessus. Au revoir madâaaame ».

La Caf m’a tuer …

Que celui (ou celle) qui m’a envoyé des slips Aussiebum par courrier se dénonce !

Hier, devant ma boîte aux lettres, et devant l’Epoux, je me suis payée l’air con. J’étais toute guillerette, j’avais un courrier venu directement d’Australie. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir ceci :

Ouala ouala. Ce sont bien deux slips taille basse, un vert fluo, et un imprimé type « super heroes ». Taille XL. Aheeeem. Ca sied à l’Epoux comme une paire de bas résille sur Charles Pasqua.

Alors je suis quand même un peu embêtée.

1. Parce que j’ai rien commandé / payé pour hériter de ces calcifs pour éphèbes épilés. Et qu’en ce qui me concerne, j’aurais plus été interessée par une rencontre avec les gentils monsieurs qui portent les dits calcifs sur les cartes postales, que par les calcifs eux mêmes. La forme c’est sympa, mais j’aurais préféré me concentrer sur le fond.

2. Parce qu’accessoirement le paquet de moules-paquets était adressé à La Loute + mon nom de femme mariée + mon adresse perso, et là j’avoue que je suis un peu inquiète, parce que je ne diffuse pas / peu ces coordonées sur le ouèbe.

Alors si le généreux donateur peut se manifester, ça serait fort urbain de sa part. En attendant, je lance un contest, un peu comme dans la belle au bois dormant, je fais essayer les slips magiques dans mon entourage, pour voir à qui ils sieront le mieux. Vous pouvez envoyer vos candidatures à l’adresse habituelle (sasa.laloute@gmail.com). J’ai déjà un volontaire au taff, mais il veut que ce soit moi qui prenne les photos. La canaille.

Edit de 21 h : ayé j’ai trouvé, c’est pas du tout un fan anonyme qui a débusqué mon adresse perso sur le ouèbe (mais bravo aux 30 personnes qui m’ont fait la démonstration dans la journée), mais un pote à l’Epoux et moi. Cyrille, crapule !

Carrefour se servirait de ses clients comme indics

Bon, on peut pas dire que je vous abreuve très régulièrement d’infos « grand public » par ici. Mais il semblerait que la ménagère de moins de 50 ans qui sommeille en moi s’éveille de plus en plus régulièrement. Marre de se faire prendre pour des jambons. Ron a scanné cet article de « Que Choisir ».

Le pitch.

« Si vous trouvez moins chez, Carrefour rembourse dix fois la différence », l’enseigne est coutumière de cette publicité alléchante. Pour le consommateur, c’est à priori une double garantie. Celle des prix bas, sans doute introuvables ailleurs, sinon le distributeur ne s’engagerait pas aussi fortement, et si d’aventure on parvient à trouver moins chez, la certitude d’être bien indemnisé. En réalité, c’est pour Carrefour le moyen de faire la « police des prix » afin de les maintenir à des niveaux élevés et identiques partout. Dans sa décision du 20 décembre dernier, le conseil de la concurrence a décortiqué ce mécanisme machiavélique sur les jouets de Noël, de 2001 à 2004.

 » Dès qu’un client apporte un ticket d’un montant inférieur, Carrefour rentre la donnée dans un tableau détaillé et contacte le fabriquant pour faire remonter le prix du jouet chez le concurrent, explique le conseil. Quand l’alignement des prix n’est pas rétabli aussitôt, l’enseigne peut retirer le jouet de ses rayons, pour ne pas avoir à rembourser les clients, à titre temporaire si le concurrent rectifie, définitif s’il continue à vendre moins cher « 

Que Choisir, Février 2008

Alors c’est sans doute très naïf de ma part, et un peu vain, mais moi, Carrefour, j’arrête (tu me diras j’avais déjà commencé à remplacer par Ooshop), et je m’en va chez Auchan, ou en l’occurence Auchan Direct pour les livraisons.

J’ai trouvé le Chabal de la musique électro

… il s’appelle Sébastien …. Tellier. Je suis bien consciente que je dois être la dernière des ploucques (plouques ?) à ne pas le connaître, mais passons. Heureusement que y’a l’Epoux pour acheter Technikart de temps à autres (moi jamais, je suis contre, je considère que c’est un salmigondis journalistique prétentieux, principalement destiné à un lectorat parisien blasé et condescendant, mais ça n’engage que moi). Tellier en fait la couverture.

J’aime beaucoup ce mélange de Chabal et de Jésus sous acide.

Accessoirement, je trouve ça pas mal ce qu’il fait. Apparamment il est très connu pour La Ritournelle. Son nouvel album, Sexuality, est assez engageant … (à écouter sur son myspace, même si vraiment, je récidive à l’occasion, il faut pendre haut et court le gars qui a fait le design de ces pages, c’est vraiment vilain à l’oeil).

Bon anniversaire mon grand !

Naaan, il ne s’agit pas ici de fêter l’anniversaire de notre du Président de la République. Vous vous croyez où là ?

Aujourd’hui, c’est un lecteur fidèle de ce blog ET commentateur assidu (car je ne les compte plus, les potes qui lisent ce blog EN DOUCE sans jamais donner signe de vie par ailleurs) qui fête ses 34 printemps (le même jour que le Nain donc …).

Ricardo, c’est un peu la semeuse d’une Baignoire et des Ronds dans l’Eau. « La Semeuse est une allégorie champêtre qui évoque la France essentiellement agricole du début du XIXème siècle. Elle marche vers l’avant, en semant les graines d’un futur optimiste. Ces graines illustrent aussi le rayonnement culturel et économique de la France. »

Ricardo est lui une allégorie champêtre qui évoque la France essentiellement décomplexée du début du XXIème siècle. Il prend le soleil à pleines mains, en semant la campagne poitevine des graines d’un futur optimiste. Ces graines illustrent aussi le rayonnement culturel et économique érotique de la France. Merci à lui !

BON ANNIVERSAIRE RICARDO.

PS : je précise à tout hasard que Ricardo est TOUJOURS un homme pris (la Lili est un animal résistant) et comblé. Donc pas la peine de me refaire le même cirque que la dernière fois pour que je vous communique les coordonées de l’Apollon. Bande de cochonnes.

Une exclu pour La Loute : l’interview choc de Jérôme Kerviel, trader à la Société Générale

Pas plus tard que ce matin, j’ai pu interroger Jérôme, l’homme qui valait 5 milliards, sur les tenants et les aboutissants de cette sombre histoire de pertes massives de la Société Générale, occasionnées par quelques manipulations hasardeuses. Le sujet m’intéressait, car j’ai tous mes petits sous dans cette vénérable institution bancaire moi !

Son désarroi et son incompréhension faisaient peine à voir. « Je comprends pas ce qui s’est passé, la Bourse on m’avait dit que c’était un jeu d’enfants ! »

(L’Héritier est habillée par sa tata Marjo, made by H&M. Grolles imitation Weston chez Sergent Major.)

We call it love

Au petit matin dans le lit conjugal.

L’Epoux : « Cette nuit j’ai fait un rêve. J’étais en déplacement en Angleterre. Avec ma voiture ».

Moi : « Aaaah ».

L’époux : « Et bien je m’arrêtais dans un supermaché, rien que pour t’acheter des Weetabix*« .

Moi : « Oooooh comme c’est trop chou ! »

* Il y a 10 ans, j’adorais les Weetabix. Je ne sais même pas si ça vend encore en France (ah si, sans doute), un peu comme les Lucky Charms, un autre des drames céréaliers de ma vie.

Plus tard, sur le chemin du travail, j’écoutais ça dans mon I-pod. Mylèèène FOR EVER.

Le jour où j’ai cru que Jake Gyllenhaal il était mort …

Ce matin, j’avais un peu la tête dans le sac sous la douche (c’est une image hein, je ne me mets pas un sac sur la tête dans la douche), alors que j’écoutais vaguement mon Gros Nico sur France Inter. C’est un vrai problème d’écouter la radio quand on se douche. Une fois sur deux, on entend que la moitié des interventions, ou alors faut mettre le son à fonds les ballons, tu perds un tympan dès que l’eau s’arrête. Bref.

Entre deux clapotis, j’entends « triste nouvelle …. mort …. un des deux héros du « Secret de Brokeback Moutain » …. Marion Cotillard … Oscars ». Raaaaah mon sang n’a fait qu’un tour. Jake Gyllenhaal, moooort ??? Pour ceusses qui auraient passé les cinq dernières années sur une autre planète, Jake, c’est ça :

Un saint homme. S’il fallait un Dieu pour cette baignoire (bien peu peuplée ces dernières semaines, je vous l’accorde), ça serait lui.

Bon, en fait, Jake va bien, merci pour lui. Celui qui est mort, c’est son amant dans le dit film, Heath Ledger (hop la dépêche AFP, c’est un poil glauque on dirait). C’est moche de se sentir soulagée comme ça … Surtout qu’il était pas mal dans son genre. RIP.

Sinon, sur l’autre info people du jour, je m’insurge. Un Oscar pour Marion Cotillard dans le rôle de Piaf, faut pas pousser trop Edith dans le pot de fond de teint. Le film était plutôt réussi, certes, mais la composition un peu braillarde de Cotillard un peu crispante par moments, notamment la scène où elle pleure la mort de son amant avait carrément fait rire toute la salle de ciné (Maaaarceeeeeeel, Marceeeeeeeeel).

Rester digne.

La robe en velours, avec un collant en laine dessous, je ne savais pas que ça pouvait être un appel au sexe avant 8 h 30 le matin. Mais bon, fallait il encore anticiper que la robe allait coller au collant (c’est beau ça), pour se retrousser progressivement, jusqu’à se positionner avantageusement au dessus du nombril. Pour traverser le plus grand centre commercial de la ville, c’est classieux.

Le monsieur qui nettoyait les vitres de la porte de la tour où je travaille a failli en avaler son torchon. Tu m’étonnes ….

Rester digne, surtout rester digne.

Compte à rebours

C’est bien la 1ère fois que ça arrive, on est le 21 janvier, et je n’ai toujours pas envoyé mes voeux persos (et je ne parle même pas des professionnels, les cartes sont en train de prendre la poussière sur un coin de mon bureau). Pourtant c’est une tradition, chaque année, je fais une rétrospective nombriliste (et photographique) de l’année qui vient de s’écouler, pour le plus grand bonheur de mes proches et amis.

Cette année, ce n’est pas que l’inspiration ne me vient pas, ce n’est pas que l’année 2007 n’a pas été riche en évènements, mais c’est juste que je n’ai pas le temps et pas l’énergie. Genre mes journées sont chargées (de 7 heures à 22 heures), et mes nuits d’un sommeil de plomb.

Pour autant, il est des traditions qui demandent à s’accomplir. Le compte à rebours est lancé, il me reste 10 jours. Puuuutain 10 jours !