Retour gagnant pour la Nouvelle Star

Pas eu le temps d’en causer, mais après deux diffusions, ça se confirme, la Nouvelle Star avec un jury renouvelé aux 3/4, ça tient encore la route. Mieux, c’est un vrai bol d’air.

Bon, évidemment, on sent bien que Lio essaie de faire sa Marianne James, avec la larme à l’oeil dès qu’une chanson appropriée se présente. Nous, avec les copines, ce qu’on a surtout constaté, c’est que dès qu’elle ouvrait trop grand sa bouche (ce qui est assez courant), son rouge à lèvres faisait de grosses coulures assez répugnantes ….

Sinclair fait quant à lui son Manu Katché, avec son intrasigeance et ce côté un peu pête-sec, mais soyons honnêtes, il est tout de même assez joli à regarder le rouquin (d’ailleurs, en parlant de rouquin, rendez nous le rouquin rigolo qui se moquait des candidats dans les files d’attente !).

La vraie bonne surprise, c’est Philippe Manoeuvre. Grâce à lui, on ne regrette pas Dove Attia. Certes, c’est pas difficile. Surtout, je craignais qu’il se comporte en gardien du temple de la rock attitude, intrasigeant et pédant, et bien pas du tout. Modeste, à l’écoute, positif et plein d’empathie vis-à-vis des candidats, il a l’air de prendre un vrai plaisir à être là, et y trouver ses marques sans chercher à imiter un style de jury. Bon, toutefois nous nous sommes collectivement interrogés à plusieurs reprises sur la possibilité que le Philou se fume des substances illicites à intervalles réguliers pour avoir cette attitude quelque peu nonchalante …. En tous cas il est très rigolo !

Quand à Dédé Manoukian, ben, il fait du Dédé. Pour autant, je pense qu’on va pas tarder à lui mettre un carton rouge. Je vous laisse découvrir pourquoi. Ca sort le 26 mars. C’est à chier. Grave. Limite j’ai honte pour elle …

On se fera un point sur les beaux gosses à Baltard. Là c’est un peu tôt …

Ma première contribution à VDM

Je vous en causais pas plus tard qu’hier. La (ma) vie étant particulièrement bien faite, j’avais de quoi faire ma première contribution au site dès aujourd’hui. Xav’Z t’as raison, ça rappelle le bon vieux temps de la Looze. En mieux foutu et plus facile à alimenter (mais bon, on est des Loozeurs ou on ne l’est pas).

C’est tout frais, ça date de ce matin. VDM n°2542.

Toutefois, j’en profite pour relativiser et temporiser. Non, je ne suis pas ensevelie sous les gravats de l’immeuble qui a sauté dans mon quartier ce midi. Par contre notre tour a tout de même tremblé, on l’a bien senti (je siège au 29ème étage). Ca fout les jetons ! Comme quoi, on peut avoir une VDM mais y être attachée hein …

Chouette, une chaîne ….

Ca faisait longtemps, en même temps, ça ne me manquait pas vraiment, mais booon, dans la mesure où cela concerne un thème pas trop éloigné de ma réalité – les tics et névroses – je m’y colle ! Qui plus est j’ai été taguée par DEUX zozos, Marie ET Fièvres.

– Mettre le lien de la personne qui vous tague (les deux affreux juste au dessus)
– Mettre le règlement sur votre blog (c’est ici)
– Mentionner six choses/habitudes/tics importants chez votre petite personne (on va y venir)
– Taguer six personnes à la fin de votre billet en mettant le lien de leur page perso (on va se creuser)
– Avertir directement les personnes taguées (puis quoi encore ! 100 balles et un Mars ?)

Tic 1 : je lis les magazines dans l’ordre, comme un livre. De la première à la dernière page. Surtout pas feuilleter pour aller chercher ce que je préfère sur la fin (comme par exemple « c’est mon histoire » dans ELLE, ou les critiques cinéma dans Télérama).

Toc 2 : j’ai un instinct de conservation très développé vis-à-vis de mes pouces. Je les garde au chaud, serrés dans mon poing. Y compris sur ma photo de mariage. Ca s’appelle le poussauchaud, j’en ai déjà causé.

Manie 3 : je mange mes céréales avec une GRANDE cuillère. Surtout pas avec une petite. Et je ne COMPRENDS PAS qu’on puisse manger ses céréales avec une PETITE cuillère. Non mais c’est vrai quoi, on chope quasiment rien.

Habitude 4 : depuis que je travaille, je fais des listes TO DO. Je les renouvelle régulièrement, avec une certaine délectation quand je peux biffer des lignes.

Organisation compulsive 5 : mon Netvibes Pagesflakes est classé par onglets (mes chéris / mes chéries / mes folles / photos et dessins / day by day / citoyens). Je consulte toujours chaque catégorie l’une après l’autre. J’ouvre dans un onglet différent chaque nouvel article, et une fois que le Maxthon est chargé à ras bord d’onglets ouverts, je parcours les articles, les uns à la suite des autres.

Vieille habitude narcissique 6 : je me prends très souvent en photo moi-même, surtout depuis que j’ai un appareil photo numérique, mais depuis bien avant. J’ai remarqué que les gens qui prennent beaucoup de photos (ce qui est mon cas) sont ceux que l’on voit le moins apparaître sur les dites photos. On est jamais mieux servis que par son nombril soi-même.

Booon, je vais faire un effort pour refiler le mistrigri.

Je le propose à 3 blogueurs, et 3 non-blogueurs, s’ils le veulent, ils pourront être publiés sous forme de note en propre, ou dessous en commentaire. Au choix.

:: Isidora Trou (parce qu’elle poste pas assez)

:: JiD (il kiffe les chaînes, mais je pense que celle là, il a déjà du la faire)

:: Osmany (l’est bon joueur lui)

:: Raymond, mon cochon favori, pour fêter son retour par ici,

:: Karine H., lectrice fidèle et qui ne commente JAMAIS, mais qui je le pense, en a des bonnes brouettes à citer, des tics et des tocs,

:: et Mon Troll, bien entendu.

Vie de merde !

C’est une phrase qu’on a tous dit un jour. Avec la bonne intonation : « Vie de meeeerde !!!!« . J’ai découvert via Topito (très bon blog collaboratif) un autre blog du même type. Justement consacré à de petits témoignages des minis emmerdements ou maxi plans looze que la vie nous réserve au quotidien. Je chéris ces occasions de me rapprocher de mes frères humains et de me foutre un peu de leur gueule aussi, avouons le …

Quelques exemples :

Aujourd’hui, alors que j’ai la grippe, je décide de braver la fièvre et les courbatures qui rendent chaque geste douloureux pour faire la litière du chat. Au moment d’attraper mes clés, le sac se déchire. Bilan : litière et caca de chat sur le canap en alcantara (le plaid est dans le lave linge).

Aujourd’hui des mecs ont pété la lunette arrière de ma voiture, ainsi que la plage arrière pour dépouiller ce que j’avais dans mon coffre. Peut-être qu’il y aura bientôt sur le site l’histoire d’un gars qui s’est fait chier à péter une lunette arrière de voiture pour tomber sur un potiron.

Pour les 24 ans de ma copine, je lui rends visite chez elle à l’improviste. J’entre, elle sort de son canapé et je luis cris… « Ce soir, tu prends 24 gros coups de bite » (ok c’est pas classe). Son père passe alors la tête au dessus du canapé et me lance un glacial « bonjour ». (celui là j’ai ri aux larmes)

Aujourd’hui, en sortant d’une soirée mort torché, j’ai pissé sur une voiture du parking. C’était la voiture de mon père venant me rechercher, la fenêtre était ouverte et il dormait en m’attendant. Ca l’a réveillé.

Aujourd’hui, j’ai emmené ma voiture chez le garagiste car un écureuil a choisi ma clio comme garde manger pour l’hiver. Le garagiste a aspiré 1kg de noisettes coincées dans la ventilation et changé le ventilo grillé… ça m’a couté 70 euros quand même…

Aujourd’hui je réconforte une copine, dont je suis timidement amoureux depuis au moins six mois, de ses déboires avec les mecs et elle me sort en remerciement : « c’est avec toi que je devrais sortir, ahahaha ! ». Ahaha.

VDM !

PS : bien entendu, ce qui fait l’intérêt des récits, c’est leur authenticité supposée. Si j’apprends que c’est encore un coup de Philippe Labro, je gueule !

Joies et merveilles de la maternité … la suite

Je vous avait déjà fait partager, pour votre plus grand plaisir, mes menues joies de la maternité. Le sevrage. Ca c’est fait, même si l’Héritier et moi nous autorisons (pour notre mon plus grand bonheur) encore de petites séances de tétouillage ci et là (bon d’accord, deux fois par jour, j’avoue). La rééducation périnéale, ça c’est vraiment fini, ces séances interminables à « fermer la petite grotte ». J’en profite pour faire une spéciale dédicace à Régliss’, qui a réussi à me sortir à propos de la dite grotte, qu’il ne fallait pas non plus « le prendre pour le cap’taine Caverne« . Tous ceux nés après 1980 ne peuvent pas comprendre. Mais moi j’ai beaucoup ri.

Et maintenant voici venir la rééducation des abdominaux. Qué rééducation je vous demanderais d’abord ? Parce que qui a dit qu’un jour j’en avais eu, des abdos ? Sûrement pas moi.

Toujours est-il que ma prêtresse de la grotte sacrée (ma sage-femme quoi) m’a recommandé chaudement un kiné, tout en me précisant qu’il fallait pas que je sois gênée par « son grand âge« . Tu parles Charles, j’ai sauté sur l’aubaine oui, en me disant qu’au moins, avec un vioque, je n’aurais pas de scrupules à hahaner et souffler comme un éléphant de mer entre deux parodies de mouvements d’abdos. Las …

Quand je suis arrivée, point de vieux kiné, mais un drôle de mélange entre Brad Pitt période « Et au milieu coule une rivière » (pas ma préférée), et les fils de Sarkozy. Pas tout à fait ma tasse de thé, mais tout de même un peu plus intimidant et complexant que le pépère qui m’avait été vendu. Toujours est-il que ce mec là fait le job le moins fatigant de la Terre. Non mais sans blague. Pendant 40 minutes (et qu’est ce que c’est loooong, 40 minutes), il m’ordonne de réaliser des mouvements absolument épuisants, qu’il me regarde exécuter avec les plus grandes difficultés (et force soupirs, gémissements et gérémiades, car je n’ai aucune dignité) d’un oeil bovin, pendant qu’il me commente la montée du m² dans notre bonne ville de Lyon. De temps en temps, il colle sa main entre mes deux cuisses et me dit « Alleeeeeeez, on serre ma main avec ses cuisses« . Pffff. En partant, il me sermone comme une écolière « Et d’ici la prochaine séance, on s’entraîne à la maison hein, parce qu’il y a du boulot ! » Des devoirs à la maison, manquait plus que ça à mon épanouissement de femme tiens ….

Et en plus il vote à droite. Parce qu’en plus de ses conseils immobiliers, il me gratifie aussi de chroniques politiques comme je les aime (populistes, limite poujadistes, et bien au ras du bitume). Dans ces cas là, je préfère me taire plutôt qu’engager la discussion avec quelqu’un qui a des moyens de pression sur moi (non mais c’est vrai quoi, si ça se trouve il pourrait me donner des exercices ENCORE PLUS DIFFICILES à faire). Mais ça me laisse toujours perplexe de faire le constat que je dois avoir une tête à voter à droite, puisque très souvent on me parle comme s’il était évident que j’étais une fan de l’UMP. Je le déteste tiens, de penser ça. En plus du reste.

Javier.

Je vous l’avait promis ce matin. Le voici, Javier Bardem. Très élégant, lui, pour les Oscars.

Beau comme un camion. Ancien joueur de rugby, ce qui n’étonnera personne (pas moi en tous cas). Très attaché à sa môman (le gros défaut des espagnols, et je sais de quoi je parle, j’en ai épousé un), car c’est elle qui l’a accompagné à la remise des Oscars, alors que s’y rendait également sa pépètte du moment, Pénélope Cruz, avec qui il avait joué dans une cochonnerie très vulgaire et très hispanique, Jamon Jamon, mais où son potentiel était déjà bien révélé … (j’ai une petite tendresse pour la 2ème photo, où il porte les cheveux longs plutôt bien, ce qui est pourtant assez périlleux d’un point de vue esthétique).

Marioooon, Mariooooooon, Mariooooooooooon

Marion Cotillard, première actrice française récompensée par les Oscars pour un rôle en français. Je ne peux que féliciter Marion, qui est tout de même une des rares femmes que je mettrais avec plaisir dans mon lit dans la baignoire. Pour autant, j’en avais causé à l’époque, j’avais trouvé sa prestation un poil too much.

Mais bon, les américains adorent Edith Piaf, ce qui participe d’ailleurs à leur vision assez passéiste de notre beau pays, et les Oscars aiment à récompenser des performances d’acteurs un peu « extrêmes », ce qui est le cas ici. En l’occurence, maquillage aidant, Marion Cotillard réussit à être assez crédible pour interpréter Piaf de l’âge de 15 ans jusqu’à sa mort (55 ans).

Petit bémol, il aurait été tout de même bienvenu que Marion représente un peu mieux le bon goût et l’élégance français, notamment en matière vestimentaire (surtout quand on voit le Président qu’on se cogne, y’a du boulot pour être crédible sur ces points). Oui parce que sa tenue de gala, elle était pas vraiment à la hauteur. La robe imitation écailles de poissons (du J-P Gaultier, qu’on a connu plus inspiré), applatissant les seins, et cette coiffure sur le côté, qui élargit un visage déjà un peu poupon, bof bof bof (et puis le blanc, quand on est blanche comme un lavabo, beeeeuuuah). Limite bling-bling la sirène tout de même ….

Ce soir, je vous proposerai dans la baignoire le meilleur second rôle masculin, JAVIER BARDEM, parce qu’il le vaut bien (même si pas avec la coupe de cheveux qu’il se trimballe dans le film qui lui vaut la récompense « No country for old men« )

PS : signalons aussi que c’est une blogueuse, Diablo Cody, qui remporte l’Oscar du Meilleur Scénario pour « Juno », de Jason Reitman. Comme quoi le blog peut vraiment faire sortir du bois les vrais talents …

Ce soir y’a rugby !

France Angleterre démarre dans quelques heures, mais pas de live blogging pour moi les enfants ….

Nous sommes entre amis à la montagne (et ça nous gagne grave), donc on va pouvoir regarder le match, mais si je veux assurer un minimum de sociabilité, je vais éviter de me coincer derrière mon clavier. Accessoirement, maintenant que je n’allaite plus (ou presque), je suis également très occupée à boire de la bonne BIEEEEERE.

L’espace est libre de commentaires bien sûr. On débrieffe après le match (et / ou pendant la mi temps)

Quand les journalistes espagnols taclent notre Nabot national

Ben ça fait un peu pan sur le bec, comme ils disent au Canard Enchaîné. Entendu ce matin sur la revue de presse matinale de France Inter, un article intitulé « Sarkozy c’est fini », écrit par un journaliste espagnol dans El Pais, un des quotidiens de référence du pays. Finalement, il ne dit rien de plus que ce que l’on peut entendre par ailleurs ici, mais venu d’ailleurs, ça prend toujours un petit goût de frais. Toutefois, même si les espagnols n’ont pas de leçons à nous donner en termes de personnalités politiques contestables, c’est toujours assez désagréable de se faire mettre le nez dans son caca par des voisins taquins.

Quelques passages, pour la bonne bouche (je vous traduit pas hein, c’est pas du suédois, c’est assez facile à lire pour un francophone) …

La enfermedad que sufre Sarkozy no tiene la gravedad del cáncer de próstata de Mitterrand, pero afecta a un órgano tan vital como es el ego, que sufre de una hipertrofia probablemente irreversible. Siendo una persona tan joven y activa, sobre todo sentimentalmente, la dolencia es seria y de tratamiento difícil.

Alors pour la traduction (sommairement, parce que j’ai un vrai métier moi !) : La maladie dont souffre Sarkozy n’a pas la gravité du cancer de la prostate de Mitterand, mais elle affecte un organe vital, l’égo, qui souffre d’une hypertrophie probablement irréversible. S’agissant d’une personne aussi jeune et active, surtout sentimentalement, l’affection est sévère et le traitement difficile.

El trato que ha proporcionado en público a unos y otros, incluso a sus colaboradores más íntimos, es el propio de un monarca caprichoso y atrabiliario hacia sus lacayos. Vejados e insultados sus asesores por el propio señor del Elíseo, puenteados los ministros por los asesores presidenciales y los parlamentarios por las comisiones especiales a las que se les encargan las grandes tareas de reforma, Sarkozy se dirige hacia un altivo aislamiento personal que sólo puede conducir a la ira o a la melancolía. Incluso su impopularidad es extravagante: no se debe a su inaplicado programa reformista, sino a su comportamiento personal.

Traduction : Le traitement qu’il fait subir en public à tout un chacun, y compris ses collaborateurs les plus proches, est le propre d’un monarque capricieux et atrabilaire envers ses laquais. Entre les conseillers malmenés et insultés par le seigneur de l’Elysée lui-même, les ministres pointés du doigt (mis à l’index ?) par les conseillers présidentiels et les parlementaires tancés par les commissions spéciales auxquelles on confie les grandes réformes, Sarkozy s’oriente vers un isolement hautain qui ne peut que conduire à la colère ou à la mélancolie. Même son impopularité est extravagante : elle n’est pas due à son programme réformiste aujourd’hui inappliqué, mais son comportement personnel.

Este biznieto liberal y proamericano de De Gaulle (después del nieto Chirac y del hijo Pompidou) se ha instalado con poderes acrecentados por su ambición y su idea personalísima de la presidencia. Pero una vez obtenida, se ha dedicado fundamentalmente a sí mismo, como un adolescente narcisista, ocupado en sus sentimientos y placeres. El poder puede proporcionar muchos, pero la prudencia aconseja no hacer mucha gala de ellos. Sarkozy hace lo contrario y se refocila en la temeridad y en la exhibición.

Traduction :

Ce petit-neveu libéral et pro-américain de de Gaulle (après le petit-fils Chirac et le fils Pompidou) a été installé avec des pouvoirs démutipliés par son ambition et son idée très personnelle de la présidence. Mais une fois le pouvoir conquis, il s’est fondamentalement consacré à à lui-même, comme un adolescent narcissique, plus occupé par ses affaires sentimentales et son bon plaisir. Le pouvoir peut permettre beaucoup, mais la prudence conseille de ne pas faire trop montre de ses avantages. Sarkozy fait le contraire et se complaît dans la démonstration et l’exposition.

Ha fracasado como rey taumaturgo, que por su imposición de manos debía incrementar la capacidad de compra de los franceses, hasta verse obligado a pronunciar la frase maldita que rompe los sortilegios: « ¿Qué esperáis de mí? ¿Que vacíe unas arcas que ya están vacías? ». Como rey filósofo, ha suscitado las mayores reservas respecto a las tradiciones republicanas, sobre todo cuando ha expresado con desenvoltura sus simpatías intelectuales por el Papa en Roma. Y sólo ha triunfado plenamente en su papel de sultán en el serrallo, con los ropajes que más interesan al gran público y, por lo que se sabe, también a sus pares, fascinados por su capacidad de seducción, su buen gusto y sobre todo su desparpajo, rayano en la desvergüenza. Pero ahí lo que ha conseguido deprime de nuevo a muchos franceses: ha puesto la República a la altura del Principado de Mónaco.

Traduction :

Il a échoué comme roi taumaturge, qui par son imposition de mains devait augmenter le pouvoir d’achat des français, jusqu’à voir obligé de prononcer la phrase maudite qui a rompu le charme : « Qu’est-ce qu’attendez-vous de moi ? Que je vide des caisses qui sont déjà vides ? ». Comme roi philosophe, il a suscité les plus grandes réserves s’agissant du respect des traditions républicaines, surtout quand il a exprimé avec désinvolture ses sympathies intellectuelles pour le Pape à Rome. Il a seulement triomphé pleinement dans son rôle de sultan dans son sérail, avec les atours qui fascinent le grand public et, pour ce que l’on sait, également ses pairs, fascinés par sa capacité de séduction, son « bon goût » et surtout sa manière décomplexée de l’assumer. Mais qu’il a obtenu déprime surtout beaucoup de français : il a mis la République à la hauteur de la Principauté de Monaco.

Sont forts ces espagnols nan ? Il a mis la République à la hauteur de la Principauté de Monaco … Ca a du l’énerver ce papier, le Nabot, mmmm … J’adore ! et on applaudit bien fort LLUÍS BASSETS.

Et on remercie Sasa pour sa traduction !