Dolto m’a tuer

Je ne lis aucun bouquin concernant l’élevage en plein air des gnomes enfants. J’en ai fait une question de principe.

Pas que ça me gonfle de lire ce genre de prose, au contraire, c’est souvent passionnant. Et tu te dis, mais oui, mais c’est bien sûr, c’est trop bien vu. Mais en fait, au bout d’un moment, quand tu lis des choses qui viennent d’écoles de pensée différentes, tu risques de tomber sur des discours / conseils peu homogènes, voire contradictoires. Tout cela contribue plus à m’embrouiller les idées qu’autre chose. Sans compter que mes quelques expériences en la matière m’ont refroidie.

Il y a quelques années (en 2003 pour être très précise), j’avais notamment lu un essai d’Aldo Naouri, pédopsy assez connu, sur les relations mères / filles (Les filles et leurs mères). La lecture de cet essai m’avait profondé destabilisée. C’était au moment où je fêtais mes 25 ans, et je préparais mon mariage, périodes assez troublées pour qui les a traversées. Beaucoup d’interrogations, sentiment d’être au milieu du gué, de prendre des décisions qui impacteront durablement ta vie, tout en étant largement influencée / conditionnée par ton milieu social, ta famille, ton héritage, gna gna gna (Pierre Bourdieu, me voilà). J’avais mis des mois à le digérer le Naouri. On peut certes admettre qu’une remise en cause de ses fondamentaux peut être parfois salutaire, mais là, c’était vraiment hard core.

Une autre fois, plus récemment (j’étais enceinte de l’Héritier, ou il était né y’a pas longtemps) lors d’une ballade chez les bouquinistes des quais de Saône, j’avais failli me foutre sur la tronche (avouons le, je m’étais un peu mis sur la tronche pour de vrai) avec l’un d’eux (de bouquiniste). Celui-ci essayait de me faire croire que vraiment, les Libres enfants de Summerhill, c’était tout de même ce qui s’était fait de mieux en matière d’éducation sur les 50 dernières années. Au secours.

Ce matin, j’ai eu une nouvelle preuve de la nécessité de me tenir éloignée de tous les préceptes psychanalisants en matière d’éducation. Sur France Inter, ils fêtent le centenaire de la naissance de Françoise Dolto (oui, on s’éclate sur France Inter, je sais bien). Lors d’une diffusion d’un extrait d’émission, je l’ai entendue dire : « L’enfant doit comprendre que les parents ont certaines privautés entre eux. Par exemple, le père et la mère s’embrassent sur la bouche. Les parents n’embrasseront donc pas leurs enfants sur la bouche » (je cite de mémoire).

Ah ben merde alors.

J’en déduis donc que puisque je bisouille sur la bouche l’Héritier (je rassure les fans de Dolto, j’y mets pas la langue non plus), je vais le déstabiliser profondément, et il va croire qu’il peut à l’aise blaise prendre la place de son père. Tssss.

Au final, je considère donc que l’éducation des enfants, ça reste un sujet assez intime. En dehors bien entendu des principaux moraux de base qui régissent toute société civilisée (on ne viole pas ses enfants, c’est très mal, on les nourrit 4 fois par jour, on évite de les soumettre physiquement, moralement …), j’essaie donc d’élever l’Héritier de mon mieux, en évitant de toujours mettre une intentionalité psy dans tous les faits et gestes quotidiens.

Sinon je m’en sors pas.

A part ça, des fois l’Héritier il montre du doigt la porte des wécés et il dit « Papa Papaaa Paapaaaa« . (Et après l’Epoux y gueule quand je lui dit qu’il passe sa vie sur la lunette des chiottes.)

16 réponses sur “Dolto m’a tuer”

  1. De toute façon quoique tu fasses, à 14 ans il te traitera de vieille conne parce que tu refuses de lui acheter un scooter… et c’est tout à fait normal en somme.

  2. En même temps, il faut accepter que les messages, aussi universels soient-ils, sont forcément datés et donc influencés par les modes de l’époque. Comme par exemple la mouvance soixante-huitarde de l’éducation qui ne dénigrait pas pour certain de proposer une éducation aux plaisirs sexuels pour les très jeunes, ce qui valu un fort joli retour de bâton dans la gueule de Cohn-Bendit il y a un an ou deux.

  3. Euh… Embrasser son enfant sur la bouche, c’est chaud, quand même, non ? C’est moi qui suis pas bien ou c’est normal d’être choqué ?

  4. Jamais de la vie je ne ferais une chose pareille, trois enfants, toutes mes dents, et jamais un baiser sur leurs bouches.
    Pas besoin d’être Dolto pour voir ou est le problème.

    La bise.

  5. Excellente l’anecdote finale 🙂
    Il me semble qu’Aldo Naouri est assez sexiste en son genre, je me fierai pas à ce qu’il dit !
    Quant au baiser sur la bouche, ça se fait surtout chez les Américains, non ?

  6. @ Georges et Desper : Ben non, définitivement, je ne vois pas où est le problème de taper un petit bisou sur la bouche d’un bébé d’un an (par contre, juré, quand il en aura 14, devant sa copine, je me retiendrai …).

    @ Coralie : voui, Aldo l’est un poil macho, c’est exact. Limite vieux con en fait 😀

  7. Parce que c’est mon amoureuse que j’embrasse sur la bouche.

    Et mes fils ou ma fille n’ont jamais été mes amoureux 😉

    Enfin, bon, après, chacun fait comme il veut/peut, et il n’y a pas mort d’homme non plus, hein.

  8. Faudra juste pas trop t’étonner s’il te ramène un mec plutôt qu’une copine ! Mais au moins, tu resteras la seule femme dans sa vie !

  9. Oh, les commentaires… c’est pire que du Naouri !

    Plus sérieusement, un gamin en plein œdipe (vers 4 ans), c’est assez bluffant : « Maman, je vais me marier avec toi », « Maman, tu veux bien dormir avec moi », etc.
    Je crois que Dolto conseillait effectivement d’éviter d’embrasser son enfant sur la bouche pour ne pas ajouter de la confusion.

    Donc, profites-en, tu as encore 3 ans de bisous devant toi 🙂

  10. @ Mart’1 : oui je me doute qu’il manquait de la contextualisation à l’extrait de Dolto. De toutes manières, je vois bien déjà à 13 mois l’oeil torve de l’Héritier quand il voit son père me prendre dans ses bras pour comprendre que je me prépare des bonnes années de love story frustrée de son côté.

    @ Desper : le grand épouvantail de l’homosexualité de ses enfants, très peu pour moi. Qui plus est, le message sous entendu (les homos ont été des enfants trop chéris par leurs mères), excuse moi, mais il sent un peu le moisi ! (pour ne pas dire le rance)

  11. « Tout nu et tout bronzé »… en fait, dans la famille Dolto, tu es plutôt fan du fiston.

  12. Ping : El Mariachi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.