Nouvelle Star, 6ème

20 h 49 : qui est làààà ? moi je suis presque prête.

20 h 51 : Mahdi il me vrille les oreilles avec Indochine, c’est étrange mais c’est beau.

20 h 54 : Michael le chanteur lyrique à catogan, moi je dis out. « Il est sensible » dit Dédé. Certes. Lary nous plante la chanson. Si je me souviens bien, l’année dernière c’était aussi du Calogero qu’ils avaient massacré ? Thomas le garçon coiffeur et sa maman ont tout donné.

20 h 58 : c’est qui ces candidates qu’on avait jamais vu avant ? dans les 40 derniers …. Esther, d’où qu’elle sort ??? Et la blonde à cheveux longs filasses, sans déc, c’est la 1ère fois que je la vois.

21 h 08 : ‘tain y’a l’Epoux qui m’oblige à étendre la machine à laver !! Heureusement que y’a déjà des pubs. A 21 h 09. Ben tiens.

21 h 19 : Bien le grand steack, bien ! Sinon vous êtes au courant ? il paraît que l’ex de Bruel, elle sort avec Sinclair. Yoan le steack.

21 h 22 : Leila elle déchire quand elle chante, par contre s’ils gardent, faut la relooker COMPLET. Et la coiffer. Et la maquiller. Et lui faire fermer un peu la bouche. Parce qu’elle l’a très très grande.

21 h 25 : Guillaume le grand bourrin sur Indochine. Fouyaya mais il s’en sort bien l’animal. Yasmina bien. Charlotte aussi. Et Mélissa aussi.

21 h 26 : si quelqu’un veut bien tendre une corde à Soan ?

21 h 30 : c’est rigolo de voir les stratégies du jury. Ils essaient d’évincer les « beaux gosses » pour éviter qu’ils ne monopolisent le prime sur leurs belles gueules. Ils ont pas tort.

21 h 34 : Thomas a « marqué un cran d’arrêt ». Chouchou !!!

21 h 38 : bordel de couille, c’est qui ces inconnus retenus ? que ça m’énerve …

21 h 40 : ILS ONT GARDE SOAN !!!

21 h 42 : alors Lio avec un manteau panthère, une frange, et du rouge aux lèvres, c’est juste trop.

21 h 50 : Charles pas pris, normal. De la pub, encore, normal ….

21 h 58 : Yoan la belle gueule. Va cartonner auprès des gonzesses lui. Lio a déjà la culotte trempée. C’est un bon indicateur.

22 h 04 : ‘tain le vieux suspens sur ce pauv’ Jean Phiphou …. C’est moi où c’est Florian qui anime l’émission à la place de Virginie Gilhaume ?

22 h 07 : ooooomooooon dieeeeeeeeu la maman de Mélissa arrive en taxiiiii. Que cette émission est paaaaalpitante. Sans blague, le réalisateur, c’est un peu le Hitchcok de la tévé réalité !

22 h 10 : Damien pris, c’est la revanche des taupes ! Bon il nous fatigue Sinclair avec la beauté de la chilienne. C’est pas Ines Sastre non plus …

22 h 11 : Mélissa. Gooood.

22 h 16 : Damien il a de bons potes. Dans 2 minutes ils lui passent la bite au cirage devant les caméras. Maria Paz, dans la sélection. Mouéééé. Femme de footballeur ça paie hein ….

22 h 21 : Leila, bien bien bien. Mais Leila cette grosse fleur sur ta grosse tignasse, j’espère que c’est la dernière fois que je la vois ma grande !

22 h 24 : raaaaaaah j’en peux plus d’la puuuub.

22 h 31 : ils ont repéché Charlotte. Finalement Lio aura pas eu gain de cause. Du coup je le sens mal pour le goliath au tee shirt Superman, Guillaume. Par contre j’EXIGE qu’on me vire Michael, l’a rien à faire là le troubadour.

22 h 37 : ils ont gardé le troubadour, les cons ! Et Yasmina, c’est bien. Mais ça veut dire qu’on va me virer le Guillaume ça, bordel de couille.

22 h 41 : les enfoirés ! Guillaume sorti, tout ça pour garder le troubadour, qui va se faire sortir dès le premier prime. C’est SCANDALEUX !

22 h 45 : Et puis le troubadour qui parade avec son « ami » Yaaaaan …. Et là ils nous en virent 3, on savait même pas qui c’était. Exit la blonde du coup. Et pareil pour Esther. C’était bien la peine de nous faire perdre du temps avec des seconds couteaux tiens …. Vivement le démarrage des primes hein.

22 h 54 : Camélia, bieeeen. Même avec une maman possessive avec des poils de lapinou en veston.

22 h 58 : Dalé je crois que je ne l’ai jamais entendu chanter …. Et Antoine non plus …. C’est qui ce mec ??

23 h : ils ont gardé Soan. Et le garçon coiffeur sensible. Deux sketches …

23 h 02 : Rooooh Mahdi il a un gnome ! Il perd 15 points pour les ados biactol, mais bueno pour la ménagère de 50 ans (moaaa j’aime).

23 h 10 : conclusion j’ai un GROS regret sur mon nounours Guillaume, mais à part ça la sélection a l’air plutôt intéressante. Et malgré les pseudos suspenses de cette dernière série, l’essentiel est qu’on arrive ENFIN à Baltard.

Et qu’on a encore une interrogation : mais où qu’elle est Virginie Guillhaume ?

Les dessous chics

Hier j’étais en formation. Et en grande forme. Show must go on hein ….

Techniques de recrutement. Oui oui oui. Au moment où toutes les embauches sont gelées, ça me paraissait effectivement fort approprié.

Parce que figurez vous que je suis une recruteuse. Du genre pas commode paraît-il (me disent les gens qui ont ensuite intégré mon équipe). Et qui avait donc besoin d’être formée aux nouvelles méthodes. Il faut dire qu’il n’y a pas longtemps, j’ai sué à grosses gouttes lors d’une séance. La candidate – à qui je demandais en fin d’entretien si elle avait des questions complémentaires – me dit « ah oui, j’ai vu en cherchant sur internet que vous aviez publié un article … (là je pense que je suis passée par toutes les couleurs de l’arc en ciel, en me demandant en accéléré « bordeeeeel de couille comment elle a pu tomber sur mon bloooog ???? ») … sur l’évaluation de la politique de la pêche dans les régions ultrapériphériques (ouuuuuuf, c’est vrai c’est de moi ça aussi), et gna gna gna, est ce que cela entrait dans le cadre de … »

Non mais …. T’y crois toi que maintenant les candidats ils te passent à gougueule avant de se pointer en entretien ? Manquerait plus qu’ils tombent sur mon fesse bouque où je suis en photo avec mon serre-tête avec des antennes en forme de bite, ça serait du meilleur effet.

C’est beau la modernité.

Bref. Le chargé de recrutement nous explique que les techniques ont changé, et qu’il est terminé le temps où l’employeur potentiel était là pour tester et déstabiliser le candidat. Que nenni. Maintenant on est dans la séduction, faut plaire, faire envie, mettre à l’aise et en confiance, pour qu’on puisse les laisser montrer le meilleur d’eux-mêmes. Tiens donc ?

Alors là j’ai commencé à tiquer. Parce que c’est pas pour jouer les vieilles connes (même si je le fais assez bien, j’avoue), mais moi les candidats j’ai rarement à les mettre en confiance, tellement je trouve qu’ils sont hyper détendus du string. Il est bien fini le temps où ils annonaient leur CV, les yeux comme une biche dans les phares d’une voiture, perdus, bégayants et transpirants (comme toi il y a 10 ans quoi). Certains – et pour ne pas les citer, les jeunes recrues d’écoles de commerce de haut rang – limite si tu les laissais faire ils s’assoient sur tes genoux et te claquent une bise en partant. Alors les mettre à l’aise, oui mais pas trop hein. Et quant à les séduire … Bref. Faut pas leur sucer la bite aussi (ais-je pensé très fort).

Mais finalement vu la suite, j’aurais pu tout de suite vider mon sac ….

En fin de séance, j’ai vraiment pu mesurer le fossé qui nous séparait, le recruteur-formateur et moi, en matière de séduction. Je ne résiste pas au plaisir de vous restituer ce beau moment de ma vie de bureau.

Sasa : Et donc pour clôre l’entretien, comment on répond aux questions que le candidat pose, notamment en matière de rémunération ?

CR (pour chargé de recrutement) : Aaah la rémunération, tu bottes en touche.

Sasa (un peu ébahie) : Comment ça je botte en touche ? Je peux rien leur dire ? Pas une fourchette ? Pas de perspective ? Walou ?

CR (ferme) : J’insiste. C’est pas du ressort des opérationnels, tu renvoies aux RH.

Sasa (dubitative) : Et en termes d’éléments de séduction, tu trouves pas que ça va manquer, d’avoir quelques billes sur la rémunération ? C’est pas comme s’ils venaient travailler rien que pour mes beaux yeux.

CR (dans ses retranchements) : Non, ton entretien a vocation à vérifier sa motivation, tu dois séduire sur les équipes, les missions ….

Sasa (cherchant une dernière fois à faire valoir son point de vue) : Ben tu vois, moi j’y crois pas trop. C’est un peu comment si pour un rendez-vous galant, je mettais ma plus jolie robe, mais en dessous, des sous-vêtements pas coordonées, ou pire, une culotte défraichie et un soustif de maintien. Tu vois un peu la déception au moment de passer au lit !!!

La tête du formateur ….

La tête des autres formés ….

M’est avis que c’est pas demain la veille qu’on me sollicite à nouveau pour faire passer des entretiens de recrutement moi 😀

4 ans et 15 jours

Dans la mesure où j’ai envoyé mes voeux 2009 au mois de mars, il apparaît cohérent que je me souvienne avec 15 jours de retard que ce blog a maintenant 4 ans (depuis le 10 mars très précisement).

4 ans !

Si j’étais pas une grosse feignasse, au moral légèrement abattu, je vous ferais plein de belles statistiques, sur combien de visiteurs (plein), combien de notes (trop), combien de commentaires (peu mais que des bons), combien de mecs à poil (jamais assez), combien de fois moi à poil ici et ailleurs (pas tand que ça en fait, non ?), tout ça.

La seule chose que je peux dire en la matière, c’est combien ça me fait du bien le blog. Cet espace personnel, tour à tour exhib et voyeur, impudique et racoleur, je le chéris et le défends. J’y suis bien, parfois seule, souvent en bonne compagnie, surtout libre.

Merci à vous qui le lisez, c’est grâce à vous que l’affaire n’est pas que masturbatoire …

Des sioux, à l’ARC*

(* Copyright Alain Chabat, période Les Nuls.)

Mon tonton Didou est donc mort en pleine Semaine nationale de lutte contre le cancer, mise en place par l’ARC, cruelle ironie.

Depuis quelques semaines que sa situation s’était aggravée, les slogans de l’ARC sonnaient un peu comme une provocation, notamment l’angle « anticipation », demain tout ira mieux, pourvu qu’on aie un peu plus de thune pour la recherche contre le cancer. A la radio, la campagne se présente de la manière suivante : tu entends un homme téléphoner à sa mère, il la prévient qu’il sera un peu en retard, gna gna gna, mais qu’est ce que tu as mon chéri, non rien de grave maman, juste un cancer, ah bon d’accord c’est bien je te vois pour déjeuner.

Et le slogan claque « Ca serait formidable d’en arriver là ».

Certes.

Ils sont forts les pubeux.

Mais quand tu es au coeur de la spirale, et que tu vois un peu de près la (sale) gueule du cancer, et dans quelles conditions tu finis ta vie – dans un centre anti cancéreux de pointe certes (à Lyon, Léon Bérard), mais impuissant face à la progression de la maladie et de ses symptômes, amaigri et jaune / gris au point de faire peur à tes enfants (et pas qu’aux enfants d’ailleurs), le souffle rauque et court, cette souffrance inscrite dans les yeux et dans le corps, celle qui te fait souhaiter que tout cela se termine, et vite, parce que même la morphine n’y fait plus rien – ben les campagnes de l’ARC, et celle-là en particulier, elles te foutent les boules.

Alors oui, donnons des sioux, à l’ARC, quand même. Mais un peu de pudeur bordel.

Et comme me l’a dit Vali chérie, « aimons-nous vivants, n’attendons pas que la mort nous trouve du talent« **

(** François Valéry ET Alain Chabat dans la même note, c’est du niveau, la preuve que le moral va remonter, forcément …)

Tout sur Robert

L’avantage des vols long courrier, c’est que tu peux te gaver de films que jamais tu n’oserais aller voir en salle.

Ton mec aurait refusé.

Tu passerais pour une midinette auprès des copines, qui elles, préféreraient aller voir le dernier Techiné. Les connes.

Tu te paierais l’air con dans la salle, seule trentenaire (jeune trentenaire, mais trentenaire quand même) au milieu d’adolescentes pré-buboniques en émoi.

Du coup, Paris Cayenne, 9 heures de vol, 4 films. La fête du slip du film.

Parmi les 4, je suis tombée amoureuse. De Robert. Robert Pattinson. Comment on peut être née en 1986 et s’appeller Robert ? (mon dieu 1986 …)

En étant anglais ? Ah oui d’accord.

Robert tien le rôle d’Edward, vampire de son état, dans Twilight, chapitre 1 Fascination, sorti à la fin de l’année 2008.

J’ai toujours bien aimé les histoires de vampire. S’il faut en lire un, c’est Le Vampire de Ropraz de Jacques Chessex, vraiment impressionant (et un peu plus digeste que le Stoker). D’où mon inclinaison à regarder Twilight (comment je me cherche trop des excuses). Et un je ne sais quoi dans l’affiche du film qui avait réveillé en moi l’instinct (très faiblement endormi) de la pré-ado en rut.

J’ai été assez impressionnée. Certes l’intrigue n’est pas très neuve (en bref, un vampire qui tombe amoureux d’une mortelle), mais l’atmosphère du lycée et les paysages de forêt et de lacs (on se croirait dans Twin Peaks), les personnages (tous très beaux, très sophistiqués), la photo aux couleurs sombres et contrastées, vraiment ça fonctionne au poil, avec tous les resorts de l’intrigue adolescente comme on les aime. L’amour impossible. Le rejet / l’hostilité familiale. La tension sexuelle. J’imagine l’effet que ça peut faire sur les ados. Si j’avais 12 ans, je serais grave tombée amoureuse d’Edward (déjà là limite je bavais sur mon siège).

J’ai honte, mais j’ai presque envie de lire les bouquins de Stephenie Meyer. Mais c’est des pavés. Et y’a pas Robert dedans. Du coup j’hésite.

Mais pendez-là !

Que le Pape se fende de déclarations nauséabondes sur le préservatif, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre (même si j’ai bien conscience que sa parole a un poids et une influence sur une partie du monde chrétien, et en particulier en Afrique).

(Oui je sais, je ne suis pas tout à fait outillée pour utiliser l’expression « ça m’en touche une …. » mais c’est une licence poétique dirons nous …).

Mais qu’en France, la libre expression de Mme Christine Boutin (qui n’en est pas à son coup d’essai) soit possible, ça me démonte.

« Je pense que ce n’est pas drôle de mettre le préservatif quand on fait l’amour »

qu’elle a dit. Source AFP.

Pas drôle … Non mais sans déc.

Moi je propose d’affubler la petite mère Boutin d’une coiffe spéciale Tete de Noeud, je suis certaine que ça serait très drôle tiens.

(Heureusement que notre copine Roselyne la cochonne veille au grain.)

Nouvelle Star, 4ème, en différé

Décalage horaire aidant (4 heures en moins ici), à l’heure où je vous cause, je n’ai pas encore vu l’émission. Et vous oui …

Ouiiiiiiiiiin.

Qui plus est, au lieu d’attendre la bave aux lèvres que le programme commence, je vais aller me restaurer avec ma collègue, en bonne camarade civilisée, dans un restaurant de Cayenne. Je boirais un tipunch à la santé de Dédé, des candidats. Vous me raconterez ?