Valéry & Lady Di

Il est fort notre VGE. Sans doute plus sympathique à gratter que la Constitution Européenne, une romance de type Harlequin avé la Princesse Diana va bientôt paraître, La Princesse et le Président.

Alors, info ou intox ?

Par pure curiosité, je serais curieuse de lire cet opus. Tout comme j’ai longuement cherché un des précédents romans de l’académicien, « Le passage« , qui était apparamment assez désalé (à l’époque, Amazon n’existait pas, mais là, d’un coup, 18 euros, boof).

J’ai eu l’insigne honneur de rencontrer l’ancien Président dans le cadre d’une mission que je réalisais du temps où il était Président de la Région Auvergne (Vulcania, toussa, c’était lui, moi je travaillais sur une sombre étude de faisabilité qui a fait plouf pour cause d’élections régionales perdues quelques mois après). Je me souviens d’avoir été très intimidée par cette rencontre (j’avais 26 ans à l’époque). Lors des présentations, il m’a questionné sur mon parcours académique. Connaissant le sien, je rougissais d’avance de devoir présenter le mien.

J’ai pas été déçue.

Alors que je lui dis que j’ai fait Sciences Po, son oeil semble s’éclairer, il me demande « Sciences Po ? Sciences Po Paris ? ». A moi de répondre, navrée par avance, « Non non, Sciences Po Lyon« .

Un ange passe.

Et lui de me lâcher, dans sa mansuétude, « Aah, c’est pas mal non plus« .

Voilà tout ce que j’ai retenu de mon parcours académique relu par le Président Giscard. « C’est pas mal non plus. »

Sgnuuurf.

(Enfin, s’il s’avère qu’il a sauté Lady Di, ça a de la gueule tout de même.)

4 réponses sur “Valéry & Lady Di”

  1. Ah ah ah !
    « C’est pas mal non plus ». Sorti des grandes écoles parisiennes, la France c’est le désert des tartares.

    D’un autre côté, tu aurais dû savoir que seul l’IEP de Paris est communément nommé « Sciences-Po », sans désigner de ville ; c’est aussi le seul à disposer du statut de grand établissement. Pour les IEP de province, on accole toujours la ville de l’institut, qui dépend fortement d’une université. La plupart des IEP de province aujourd’hui ne font d’ailleurs plus que délivrer le master de leur université de rattachement, et partagent des cours avec les étudiants de licence/master.

    En résumé :
    – « j’ai fait Sciences-Po » = je sors de l’IEP de Paris.
    – « j’ai fait sciences-po » = j’ai fait des études ayant trait aux sciences politiques, quelque part en province ou à la Sorbonne, en IEP ou en université, de la même façon que quelqu’un dirait « j’ai fait droit », « j’ai fait lettres classiques », « j’ai fait biologie moléculaire »…

    Les IEP-istes de province ont tendance à abuser assez largement de cette ambiguité qui leur confère un vernis de prestige devant certains publics mal informés. 🙂

  2. Yes, he could… sauf que non…

    Ceci étant. VGE est du genre intello. Grosse pointure, autant en sciences (geo)politiques qu’en amateur d’art.

    J’avais coutume de me marrer de sa marionnette des guignols et de son départ de l’Elysée maintes fois projetée aux enfants de la télé.

    Reste un sacré bonhomme.

    Quant à Lady Di, disons que pour le coup, il s’est un peu oublié… ce n’est qu’une fiction et rien d’autre.

    Est-il utile de préciser qu’il était aussi une grosse pointure dans la promotion de ses livres ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.