Enfin la vérité éclate au grand jour

Ce matin, dans le train de 6 h 30, j’avais un peu la tête dans le sac. Rapport au fait que j’entendais toujours la fine équipe de Rammstein battre la mesure dans ma tête, alors que non, le concert était bien terminé depuis quelques heures.

Ce fut ma foi un très joli spectacle de bonne facture, avec plein de moyens pyrotechniques très chouettes (des flammes, des éclairs, des étincelles, ça te faisait friser les poils de nez tellement tu sentais bien la chaleur), des allusions phalliques très fines (sur German Pussy, une projection-éjaculation de mousse sortie d’une énorme bite sur roulettes) et des purs moments de polésie, quand le batteur s’est fait porter dans la fosse sur un bateau pneumatique. Entre autres.

Comme d’habitude, nous autres lyonnais avons pâti de l’accoustique daubique de la salle (la Halle Tony Garnier pour ne pas la nommer), qui te permettait certes d’entendre assez distinctement la puissante et virile voix du chanteur (il a une paire de pecs, le gars, j’en bavais presque), mais aussi beaucoup trop bien tes voisins pré pubères annoner les paroles des chansons dans un allemand plus qu’approximatif.

Le pompon étant tout de même l’odorama : toutes ces aiselles mises à l’air au fil de la soirée, qui laissaient régulièrement circuler des odeurs de dessous de bras mal peignés, et arrivaient directement à mes narines sensibles, ce fut assez pénible. L’adolescent 2009 ne se lave pas suffisamment, c’est établi scientifiquement.

Bref, alors que le train s’ébrouait lentement, et que mes tempes palpitaient doucement (ça s’appelle une migraine je crois), je découvre mon Libé du matin. Oh l’heureuse surprise. Pour une fois un grand sujet de société à la une : le partage des tâches ménagères au sein des couples hétérosexuels (aujourd’hui les articles ne sont accessibles en ligne que pour les abonnés, mais ils le seront demain je crois).

Et là, pof, l’étude (de l’INED, donc réputée sérieuse) qui prouve (une fois de plus, une fois encore), hommes modernes, couples modernes, mon cul, kiséki qui se cogne la majorité des tâches familiales, et encore plus après l’arrivée d’un enfant ?

LA FEMME.

Et pas la femme de ménage. Même si cette dernière semble être bien la seule alternative possible pour éviter à la femme (du ménage hétérosexuel moderne) de se tirer une balle.

Un résumé de de l’INED est disponible ici.

Pourquoi est ce que je me réjouis tant de cette étude ?

Simplement parce qu’elle évoque en termes neutres et scientifiques une réalité que j’ai le sentiment de vivre depuis 2 ans (la naissance de l’Héritier) : une répartition inéquitable des tâches familiales entre l’Epoux et moi. A mon détriment. C’est un sujet récurrent de désaccord / de débat entre l’Epoux et moi. 

Je ne dis pas qu’il en est le seul responsable, ou qu’il se carapate / ne prend pas sa part. Je sais aussi qu’il en fait beaucoup plus que d’autres. Mais ma perception au quotidien est celle-là : j’ai l’impression d’en faire plus, plus que mon mari, plus qu’avant, et des trucs plus chiants. Je vois bien qu’au fil du temps, on arrive à une répartition nomenclaturée, des tâches qui sont systématiquement attitrées à l’un ou l’autre, débouchant sur une taylorisation un peu flippante.

Quelques exemples :

Maman : les RDV chez le pédiatre et le suivi médical de manière générale, le bain de bébé, le choix des vêtements de bébé (au quotidien, pour les valises), les machines à laver à faire tourner et à étendre, les repas quotidiens (notamment ceux de bébé), la serpillière, la poussière, les relations conflictuelles contractuelles avec la nounou ….

Papa : les impôts, le nettoyage du nez, les repas élaborés, les séances de Lego, le rangement de la chambre de bébé, le bricolage …

Les tâches vraiment partagées : les courses au supermarché.

Ce qui m’intéresse dans l’étude, au delà du constat, ce sont les facteurs d’explication. Et je les partage en grande partie => l’arrivée d’un enfant renforce les inégalités à cause de la réduction de l’activité des femmes.

Et effectivement, la réduction de l’activité, je la sens très bien au quotidien. J’optimise mon temps de travail au bureau (je cherche à être plus efficace, je dis pas que j’y arrive tout le temps), je prends moins de temps pour moi (moins de déjeuners, moins de ciné, moins de sport, moins de shopping), et tout cela, pour en faire plus … pour / avec l’Héritier. Et comme cela s’est fait naturellement au fil du congé maternité, ensuite, le pli a été pris. Et si bien évidemment le papa le fait un peu, c’est forcément à la marge, parce que lui n’a pas de coupure significative de son activité professionnelle. Conclusion, ensuite, il y a un effet de cliquet, qui fait que même en reprenant le travail, on continue de s’attreindre à certaines tâches, sans avoir les moyens de les répartir de manière plus équitable avec l’homme (à part piquer une crise existentielle tous les 3 mois et une poussée de féminisme toutes les 3 semaines).

Et je trouve ça profondément chiant. Et injuste.

Caliméro vous laisse là-dessus ….

14 réponses sur “Enfin la vérité éclate au grand jour”

  1. Ohlalala que je l’aime ce billet, pourquoi mon mari ne parle pas français ? Tu peux me le refaire en Anglais ? 😉
    Ceci dit ne te plains pas, dans notre couple, moi qui suis femme au foyer forcée car au chômage, je me cogne TOUT à la maison, sauf…. la vaisselle un fois sur deux.
    Oui mais Monsieur travaille lui ! Et moi je fais quoi ?
    Bref, bref, bref, bref j’appréhende le retour à la vie active, car comme tu le dis, Monsieur a pris le pli, donc qui va se cogner TOUT le travail ménager ???
    Je me suis promis que si j’ai un bon salaire, ce sera la femme de ménage ! En même temps ça ne règle pas le fond du problème………..

  2. Sophie > C’est pas si excessif que ça d’avoir une femme de ménage.
    Nous on en a une qui vient 2h tous les 15j. Entre 2 c’est moi qui gère plus ou moins (plus que moins) mais on est pas des dingues de la propreté (enfin je ne le suis plus). On paye presque 80€ pour ces 4h sachant que la moitié est déductible des impôts (en crédit d’impôts).

  3. Sans vouloir la jouer Mars & Venus & Cie, l’enjeu est aussi autour de la communication/négociation sur la répartition des tâches « de manière équitable avec l’homme ». En cas de crise, au mieux l’homme proposera d’en faire plus, mais le couple est un cadre informel. On se contentera de vagues promesses qui apaiseront la crise.

    Notre vie est tellement réglée à la milliseconde qu’il faut peut-être appliquer les mêmes méthodes de gestion pour les tâches domestiques qu’au travail. Qui dit engagement, dit échéancier. Un fichier Excel ne ferait pas tache pour dépassionner les débats.

    J’ai déjà entendu des « tu en fais plus que la moyenne », mais je constate que ma conjointe en fait plus que moi (travail à la maison (elle), horaires de bureau (moi) + effet cliquet). Je propose régulièrement de l’aider ou d’en faire plus mais sans prendre le temps d’évaluer et de redistribuer les tâches domestiques. On reste dans le flou avec un vague sentiment de ce qui « revient » à l’un ou l’autre, dans la limite du tolérable.

    Il faut aussi étudier le pourquoi du renoncement à certaines taches. Par exemple aider les filles à s’habiller et à se coiffer demande des compétences techniques et de négociation qui ne sont pas spécialement innées pour un homme : « mets ce qui est au-dessus de la pile » et « je ne sais faire que les queues de cheval et les couettes » ne sont pas forcément les bonnes réponses.
    Pour en revenir à ma métaphore de l’entreprise, le manque de compétences se résout par la formation. Si l’argument final est « Je le fais parce qu’il ne le fera pas ou mal », c’est sûr que l’on court au burn out.
    Pour la volonté, qui est l’autre volet important, des ultimatums bien sentis et concrets feront l’affaire. Mais surtout pas de cris suivis de longues phases de résignation.

    Heureusement, en dernier recours, il est toujours possible de flusher l’incompétent chronique. Mais je suis sûr qu’entre deux parents monoparentaux, le déséquilibre se perpétue.

    Autre point de vue intéressant sur cette même étude:
    http://cecilegladel.blogspot.com/2009/12/les-femmes-francaises-toujours-esclaves.html

  4. ca y est, ca y est nca chouine! Bah on va t’offrir un bouquet de fleur et pis ca ira mieux, hein?…
    ….

    Bon doucement calme toi… je plaisante bien sur…
    Pour ce qui est de la répartition des tâches, chez nous on fait moite moite…sur tout… je fais meme la petite tisane de madame tous les soir (apporté au lit s’il vous plait avec le miel déja touillé)…
    Par contre il y a une notion qu’il faut prendre en compte dans ce genre de sujet… la notion du temps (ou de la patience)… force est de constater que mesdames trouve les choses plus vite sale et plus vite urgent que nous autres… comme cela agace, c’est nettoyé…
    mais on a rien demandé nous…mais on est bien content quand meme 🙂

  5. Ben il est où le problème ? lol

    Moi je dirais de façon très basique, que lorsque monsieur (re)trouve une mâmân à la maison çà doit vaguement lui rappeler quelque chose et encore tu as de la chance « il en fait beaucoup plus que d’autres » t’imagines sinon…j’ajoute que tu es en train d’éduquer un petit mâle selon ces mêmes principes, on en finira donc jamais avec le sempiternel schéma –une maman, une maitresse, une pute- dans lequel madame doit adapter une offre de circonstance qui satisfasse…dur dur !!!

    Ah et « l’épouse » est d’accord avec toi !!!

  6. Je ne peux qu’être d’accord.
    J’ai changé de boulot et je n’y arrive plus. J’ai fait le constat cette semaine qu’outre le boulot je gère la nounou (que j’ai oublié de payer), les courses (sur internet OK mais les menus aussi), la cuisine, le linge
    le papa s’occupe de sa fille tous les matins et moi presque tous les soirs, mon seul temps pour moi c’est mon rv psy tous les 15j. et c’est pas du lux
    Et là il me reste à faire, la vaccination (et la queue qui va avec) et l’inscription à l’école (et la queue qui va avec) SU-PER
    Alors merci pour ton post, ça me « rassure » et m’attriste en même temps

  7. Oui François de Mtl, suite à un diagnostic partagé avec les acteurs du foyer (il est important de récolter le « ressenti terrain »), tu m’élaboreras une jolie stratégie (et en concertation s’il te plait) en t’appuyant bien sûr sur un benchmark (niveau européen). Puis tu me déclineras tout bien en plan d’actions. Et tu finiras par un PERT sur un an. Tu seras mignon.
    Si tu pouvais assortir tout ça d’indicateurs, on pourrait développer des outils de pilotage trop bien et s’évaluer à mi parcours. YOUPI…….
    Bon, je vous laisse, faut que je passe l’aspi.

  8. Ici, c’est Monsieur qui fait la cuisine, et du même coup la plupart des courses.
    Oui, j’ai de la chance. Mes fils trouvent normal que l’Homme s’occupe de la nourriture; et j’encourage l’évolution en refusant le moins possible leur aide pour le ménage…

  9. Je suis allée lire les articles de Libé. L’interview associé de Dominique Méda, qui propose de faire de la répartition des tâches domestiques une affaire publique, fait bien ressortir un dommage collatéral important : c’est un « noeud de l’inégalité professionnelle ». Alors, oui, c’est un enjeu politique.

  10. Allez hop, des liens vers les articles sur FB, histoire de diffuser le débat. Merci Sasa.

    (j’aime bien la formulation du tag « je m’énerve pas, je m’intéresse ») 🙂

  11. La repartition des taches… Sujet inepuisable de tensions. Choisir les vetements de bebe? Quels que soit ceux que je choisis ils sont systematiquement interceptes et remplaces par d’autres meme quand ils sont parfaitement identiques; le lavage? Trop stressant pour attendre le week-end, elle le lance le soir avant que je rentre; les actions en voiture? Elle a peur de blesser quelqu’un en auto et c’est donc a moi de gerer seul; les petites courses lourdes? Bebe ne participe va pas aux courses et si ce n’est pas l’homme qui transporte les charges lourdes, cela multiplie les petites courses et donc les moments ou l’on est pas ensemble. Une question qui n’est jamais posee: pourquoi les hommes meurts plus tot? (Remarque: la longevite est differente en celibataire ou en couple… Mais pas de le sens de mon discours). 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.