Coup de peinture

Les enfants, une bonne âme s’est dévouée pour passer un coup de peinture sur ce blog (enfin, là, il semblerait qu’il a déjà un peu mis le dawa, puisque toute la colonne de droite ou presque a disparu à l’heure où je vous cause).

(Donc pour l’instant, on va laisser ce gentil contributeur dans un anonymat confortable.)

Alors comme c’est surtout vous qui le lisez le blog (parce que moi, finalement, je passe du temps sur l’interface WP, mais pas tant que ça sur le blog lui même), je sollicite votre avis sur le réaménagement éventuel du bidule.

=> ce que vous aimez pas

=> ce qui est pratique / pas pratique

=> ce qui manque

=> ce qui est moche

Après, les goûts et les couleurs, c’est une chose (et j’ai des goûts de chiottes si je veux), mais il y a peut être des fonctionnalités que je pourrais faire réinstaller au passage :

:: la blog roll, mais d’un autre côté je me demande si les gens utilisent encore les blog rolls pour découvrir des blogs, je me disais aussi que je pouvais juste mettre un lien vers mon Google Reader

:: les catégories aujourd’hui ne sont pas très détaillées (en gros la baignoire / le reste), est ce que c’est intéressant de plus expliciter

:: les articles apparaissent dans leur intégralité dans la page d’accueil, est ce que ça serait pas mieux qu’il y ai un extrait (comme ça il y en aurait plus sur la page), qui renvoie à une page autonome

:: un lien vers mon twitter

Enfin et puis toute autre suggestion.

Concernant la bannière, j’en ai déjà quelques unes, mais faut que je me trouve un photographe. Mais là aussi vous avez le droit de me donner des idées (sachant que moi à oualpé dans une baignoire, évidemment, j’y ai déjà pensé, vous vous en doutez)

NS 2010 – live-blogging ce soir

Bonjour les enfants, ce soir, c’est LIVE BLOGGING, sélection des 15 finalistes pour Baltard, avant de passer aux choses sérieuses,

A priori, certaines risquent de se faire concurrencer par un match de foot (Lyon / Bordeaux, des clubs de seconde zone pour ce que j’en sais), mesdames, RESISTEZ !

A vos claviers tout à l’heure …`

20 h 41 : je suis équipée. Un petit verre de vin blanc, le MacBook, la tévé. Z’etes là les vilains ?

20 h 48 : je vois défiler les 1ers candidats, et je me fais cette réflexion (profonde) : y’a aucun candidat qui m’a vraiment tapé dans l’oeil. A part Lussie peut être. C’est mal barré nan ?

20 h 51 : han, Lussie et Soraya la trans ! Sans surprise, Lussie in, Soraya out.

20 h 55 : aaaaah le mauricien est pris, je l’avais oublié ! Soooo nice.

20 h 59 : Manoeuvre en chapka, priceless. Lio en Claudette, useless.

21 h : c’est moi ou ils ont piqué la BO de Harry Potter pour faire monter la sauce ? c’est naze.

21 h 06 : ouh la blonde décolorée elle a vraiment plein de piercings partout. Ouh, et beaucoup de tatouages aussi. En tous cas elles se la donnent bien toutes les 3.

21 h 07 : Marco Prince est le digne successeur de Sinclair. Dès que y’a du nichon, il ne sait plus se tenir.

21 h 10 : j’aime bien le petit Gael en fait aussi. Et puis aussi François. Par contre le rouquin, bof, c’est dommage, parce que j’ai un vieux kiff sur les roux généralement.

21 h 16 : aaaah j’aime bien les fights pourris entre gonzesses ! Allez y, battez vous nues dans la boue les connasses.

21 h 20 : Ah ben oui Emilie, t’as 16 ans cocotte, et ça se voit … Les deux autres ont été bien garces, mais à la guerre comme à la guerre. Tu verras, c’est pas grave, dans 10 ans tes seins seront encore au garde à vous, pendant que nous, hein …

21 h 27 : sans déconner, Leila elle a tellement de breloques sur elle qu’on l’entend quand elle s’agite. Cata, cata, cata.

21 h 30 : ouuuh, Audrey, mauvais esprit, j’aime pas celles qui collent la faute sur les copines.

21 h 31 : RAMOOOOOOON. Noooon, ne te sens pas seul, en ce moment même, y’a pléthore de gonzesses qui mouillent leur culotte pour toi mon loulou.

21 h 35 : Terry de Guadeloupe, il serait pas de la jaquette ? Tendance village people ascendant daubeur.

21 h 36 : bon Julien, tu sors.

21 h 37 : d’un autre côté, faut garder Terry, l’artiste solo, y’a moyen qui nous fasse rire l’animal. Ramon, tu as pas kiffé, mais NOUS ON TE KIFFE ! je vais te donner des cours de langue tu vas voir.

21 h 40 : aaaah, Abril ! Mazette le pantalon rose ! On dirait celui qui chantait « oooh mon bateaaaaauuu », comment qu’il s’appelait ? Dario Moreno non ? OK Eric Morena, merci les enfants. Je suis une bouse.

21 h 43 : Sacha 19 ans et ses grands cils, j’avais daubé la semaine dernière je crois, mais il est pas mal en fait. Par contre Zyed tu as toujours envie de lui en coller deux (tartes). Mais bon, noeud papillon ou pas, il chante bien, le saligaud.

21 h 51 : finalement, pendant les sélections on voyait que des nanas, et là y’a quand même un certain nombre de mecs valables qui se dégagent on dirait.

21 h 55 : Milou c’est la 1ère fois que je la vois, elle est pas mal non ? Et Ambre elle envoie du bois aussi. Et la belle black, Zia, aussi c’est la 1ère fois. Elles étaient cachées où celles là ?

22 h 01 : il en reste 62 et ils n’en virent qu’un tiers ? ooh mais c’est pas Baltard bientôt ? « vous avez été bons comme des sangliers« , c’est un compliment à la Manoeuvre ça 😉

22 h 04 : Lio, elle prend un plaisir cruel à envoyer chier des candidats. Vilaine va.

22 h 07 : RAMOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON.

22 h 11 : Sarah avec sa belle gueule, on lui accorde le rattrapage. C’est de la discrimination. Sans déc, ça m’énerve la prime à la gueule.

22 h 14 : Terry, casse couilles point com. Faut qu’il reste, lui, il va me kiffer la vibe, je le sens. Aaaah merde, on a failli voir Ramon torse poil. Mais non. Juste Terry en pyjama gris. Misère.

22 h 18 : 3ème coupure pub. Pffff. Bon sinon y’a le bogoss de l’équipe de Lyon qui vient de marquer un but, Lissandro, on enfile les bordelais 3 à 1. C’est bon ça coco.

22 h 25 : Emilie, tu sors, tu es trop jeune. Floriaaaaan, la nounou que j’aime. Mais à part ça je comprends pas qu’on passe autant de temps sur les repéchages.

22 h 28 : faut choisir entre deux, ou Abril ou Terry, sinon ça va faire beaucoup.

22 h 29 : nan, Sarah, tu sors. Tu me gonfles, point. Ah ben nan, ils la gardent, merdalors.

22 h 36 : Abril, enfin la fin. Et puis bon, on s’en fout, côté Hispanie, on a déjà RAMOOOOOON (quoi, je me répète).

22 h 39 : aaaaah ben d’accord, c’est pas Baltard la semaine prochaine ! Bordel de couille.

Bon les enfants, c’était sympa d’être là en tous cas. Je vous fais de gros becks.

WE à Roooome

J’emmène l’EpouX à Rome ce WE, rapport au fait que c’est son anniversaire (dans 2 mois, mais c’est un point de détail), et surtout qu’il rêve d’aller voir l’expo pour les 400 ans de la mort du Cavarage (oui il en rêve, parfaitement).

(Moi j’en rêve un peu moins, mais éventuellement je me rincerais l’oeil avec de jeunes éphèbes portant des fruits. Youhou.)

Au passage, comme c’est Pâques, on pourra aller demander des comptes sur les chnis nenfants faire des génuflexions devant Benoit XVI.

Ce matin, j’ai fait un petit appel au peuple sur touitteur pour trouver un hôtel. Hugues m’a proposé un clic clac (même pas le sien, quelle déception), Romain une auberge, Emery un 5 étoiles.

Devinez ce que j’ai choisi ?

Un 5 étoiles. Mais un autre, plus « modeste ».

(Je suis prévisible, je sais.)

Bon, bien évidemment, à part ça (le Caravage et les génuflexions), le programme est assez ouvert, si vous avez des recommandations à me faire (shopping, restaus, autres expos), notre dernière visite romaine datant de 2001, je suis ouverte à toutes vos suggestions.

Moi, mon Point G, il est dans ma chatte.

Sasa, elle est très très distinguée.

(Enfin, je crois.)

Non mais sans déconner.

Moi aussi j’aime bien les fringues, tout ça, mais y’a un moment, où il faudrait voir à arrêter de nous prendre pour des jambons.

(Voir l’article de Fromage.)

(Mais je me suis déjà énervée à ce sujet. .)

Je vais bien, ne t’en fais pas(*)

(* Titre piqué à Olivier Adam, l’écrivain français contemporain que je préfère, je crois.)

Fin de semaine un peu chargée, grosse réunion client à préparer, déroulée hier à La Défense (le quartier le plus déprimant de Paris), raté pour la Journée de la Procrastination. L’ambiance reste morose sur quelques secteurs économiques « baromètres » (ceux qui se prennent de plein fouet les conséquences effectives et directes de la moindre capacité des ménages à consommer). On sent bien que la crise / la crise / la crise dont se gargarisent les politiques est encore bien là, et qu’on en est pas sortis. Les chefs d’entreprises me disent qu’en 2009 les projets avaient continué à avancer, plus ou moins facilement, on serrait les dents en se disant que 2010 serait meilleur. Las, la reprise attendue peine à se pointer, du coup 2010 risque d’être vraiment hard core, on a grignoté les réserves en 2009, cette fois ci on va se serrer la ceinture pour de vrai (youhou).  Pourtant j’avais sorti mes collants à trous trous pour aérer les gambettes et distraire les yeux, le temps était magnifique, jusqu’à ce que je quitte Paris, l’orage a pu arriver ensuite (moi mégalo … ?).

Puis hier soir, avec l’Epoux, on s’est fait un petit bain de jouvence. Ou on a pris un méchant coup de vieux, c’est selon si l’on voit le verre à moitié plein ou à moitié vide. Concert de Coeur de Pirate donc, au Transbo, qui reste tout de même la meilleure salle de concert lyonnaise. Bon son, taille humaine, bonne bière. Le public était assez varié, mais avec tout de même une bonne proportion de petites minettes et autres ados prépubères qui font des coeurs avec leurs doigts. Kikoolol.

Toujours est il que j’étais un peu inquiète, concert à 19 h 30, sachant qu’une première partie n’était pas indiquée et que l’album entier de Coeur de Pirate fait très exactement 36 minutes, je me disais, c’est plié, à 20 h 06 on peut aller se pieuter. En vrai, il y avait bien une première partie, assez sympathique, et Coeur de Pirate a eu le bon goût de nous faire quelques reprises (Phoenix, sa fameuse reprise d’Umbrella de Rihanna), et des nouvelles chansons. Ce qui nous a permis de tenir jusqu’à 22 h 15. Chouille.

(Je vous mettrais bien des photos du concert, mais elles sont sur l’iPhone de l’Epoux, j’attends toujours – c’est comme les photos de 2009 pour mes voeux de la nouvelle année mais c’est une disgression – qui les a prises du haut de son mètre 89. Je vous raconte pas comme les ados crisaient grave d’être derrière lui. Quand on dit que les nouvelles générations sont de plus en plus grandes, c’est une vaste fumisterie, elles sont certes très agitées ces jeunes filles, mais plutôt naines.)

Chouette concert en tous cas, Béatrice est très touchante (et ressemble à mort à France Gall, mais bon, personne dans la salle ne devait même savoir qui est cette vénérable dame, donc on se l’est dit dans le creux de l’oreille, comme des enfants comme deux vieux cons), souriante au piano, avec ses tatouages et ses cheveux blonds paille, son accent québecois bien marqué (qu’est ce que c’est sexy les accents). Ses chansons sont bien interprétées en live, elle s’accompagne très bien au piano, et s’entoure de bons musiciens. Quand tu penses qu’elle a 20 ans, ça te fout un coup de vieux, 12 ans de plus qu’elle. Pfiou.

(D’ailleurs, voir ses cheveux m’a fait repenser que je voulais une couleur, hop, j’y vais demain, à moi le blond platine.)

On va essayer d’attendre le vrai printemps et l’été pour continuer à aller écouter de la musique, en lorgnant sur la programmation des Nuits de Fourvière par exemple, qui hélas ne me paraît pas très réjouissante, en tous cas peu innovante.

Vos cadeaux pour mes 5 ans – Un lecteur dans sa baignoire

J’étais tellement ravie de cette contribution que je l’ai annoncé sur touitteur hier (alors que je ne supporte pas les tweets annonçant un post, c’est de l’autopromo gavante je trouve). C’est Xav, très très vieux lecteur de ce blog aussi (même qu’on a fait un ensemble, de blog, une fois), qui me l’a envoyée.

Depuis le temps que je le connais, ce charmant garçon, il m’avait caché ce qui va être révélé aujourd’hui à vos yeux ébahis, à savoir un paillason pectoral splendide !

Peut être que je suis fétichiste, mais sans déconner, ça vous donne pas envie de plonger vos mains dedans ?

(Je l’ai averti le Xav, prochain déjeuner, il y passe, je lui arrache la chemise et je fais des tresses pendant le repas.)

(Je pose même pas la question à Erwan, avec qui nous partageons cette addiction, mais d’après son commentaire, il a l’air de vachement plus consommer que moi, saloperie de monogamie hétérosexuelle.) 

Bon, et pour les autres, ne vous sentez pas intimidés par votre pilosité moins avantageuse, je sais que là on a placé la barre haut, mais c’est l’intention qui compte, et je suis ouverte d’esprit. Très.

NS 2010 – live blogging ce soir !

Les enfants, roulement de tambour, ce mardi soir je serais bel et bien dans mon canapé, MacBook sur les genoux, pour commenter en votre douce compagnie la suite (et fin bientôt non ?) des sélections pour Baltard.

Nous sommes passés pas loin du drame domestique hier soir, je tenais à vous le signaler (on n’en savourera que mieux notre soirée). Alors que j’installais l’Héritier devant les Barbapapa (complètement hypnotique ce dessi animé, il faudrait que j’essaie bourrée, ou défoncée), j’ai découvert que le chargeur du dit MacBook s’était cassé dans la prise, net. Apparamment les oeuvres de la femme de ménage, autant vous dire que le petit personnel, c’est plus ce que c’était.

L’Epoux a joué les héros, et a trouvé une prise de secours (par contre, le chemin du supermarché, ça, il cherche toujours hein, enfin, j’me comprends). Alléluia.

Ce soir, on pourra donc dauber tous ensemble ici et ci dessous dans les commentaires, ça va être cool.

En attendant, pour vous chauffer les oreilles, vous pouvez aller écouter le 1er album de Camelia Jordana, la demi-finaliste de l’année dernière, qui paraît-il est pas mal (j’en sais rien moi-même, et je vous rappelle que de toutes manières j’ai des goûts douteux). Ou découvrir le site ouèbe de Lussi in the Sky, qui avait fait une grosse impression aux sélections. Petit mélange de Lio et de Superbus je trouve pour l’allure, et effectivement plutôt péchue, comme dirait mon grand-père (s’il était encore de ce monde).

A ce soir les vilains.

20 h 15 : est ce que vous êtes chaaauuuuds ?

20 h 46 : est ce que vous êtes moooooorts ?

20 h 52 : OK Vanille, 16 ans, fan de Pocahontas. Je vais aller me servir à boire tiens.

20 h 55 : C’est moi ou Marco Prince il répète ce que dit Lio ?

20 h 58 : Bon vu comme on s’emmerde, je vous confie un truc. Je me suis fait de la soupe. Industrielle bien entendu. Avec du Boursin. Ca déchire sa maman. Honnêtement.

21 h : Whitney Houston, it’s always a catastrophe. C’est mathématique.

21 h 01 : Bon Sasha, d’abord tu vas t’acheter une virilité, et puis on en recause (par contre, avant, tu m’expliques comment tu fais pour te mettre du ricil sous les yeux, j’y arrive jamais).

21 h 05 : Naaaaan pas du Cash. Pas quand on a pas de poil aux pattes bordel. Et puis cette dégaine, la bite en avant, c’est cheumo.

21 h 17 : Même pas mal, The Verve je sais même pas qui c’est 😀 (et même pas honte)

21 h 18 : Dave, de l’Île Mauuuurice ! SO CUTE. Par contre sa tata Patricia, elle fout les jetons. Ca porte un nom cette maladie des yeux, là, les yeux qui s’exhorbitent un max ?

21 h 21 : Ca le fait Dave, hein, ça le fait ? Caution beau gosse, parce que bon, il chante à peine correctement, mais il a les yeux qui disent braguette non ?

21 h 24 : Il mérite Dave, il mérite moi je dis ! James Blunt il le fait très bien.

21 h 28 : C’est un peu une grande couille béate ce Marco Prince.

BORDEL DE COUILLE. C’est quoi le plan : les trucs écoutables, on passe dessus hyper vite ???

Remboursez nos invitations !

21 h 38 : et en plus, il faut suivre l’épopée de la Gilberte Montaigné de service. Nan mais merde !

21 h 40 : c’est des crevards la prod. Ils les font dormir à l’Ibis. J’ai reconnu, une fois, ça m’est arrivé (de dormir dans un Ibis). C’était une expérience affreuse (de dormir dans un Ibis).

21 h 44 : bon, l’abrutie avec sa moustache, vous me la sortez. Non pas Virginie, la candidate. Enfin, si, Virginie aussi.

Je profite de la pause pub pour vous mettre un lien fort intéressant sur la sodomie. Le rapport avec la NS ? aucun. C’est juste que j’ai pas pu lire l’article dans la journée, je viens de le faire, je le trouve sympa, je pense à vous, c’est cadeau. De rien les gens.

21 h 57 : Florian, la nounou des candidas, apparaît ENFIN. Je vous ai déjà dit que les rouquins c’était mon kiff ? Grave.

22 h 05 : le petit lutin avec le bonnet, il va dégager.

22 h 09 : aaaaaah Lussie. J’la kiffe bien. Pa contre la trav à côté, faut qu’elle arrête (Soraya).

22 h 11 : Comment qu’elle est arrivée jusque là Soraya ? Casserole !

22 h 23 : Ouuuh, je l’avais pas vue, la perçée bruxelloise. Et RAMON NON PLUS, on m’avait caché RAMON ! Qu’est ce que je foutais mardi dernier ? Ah oué, ça y est, je me souviens. Hu hu.

22 h 26 : braille un peu le François nan ?

22 h 31 : Waaaaaa. Coeur de loup ! Bon, ben les gens, heureusement que vous êtes là, bicoz tout ça c’est un peu mou de la queue hein.

22 h 33 : MON DIEU. ABRIL  enlève tes doigts de la prise mon grand !!

22 h 34 : quand Manoukian rigole, il se forme un affreux petit bourrelet entre ses deux yeux, c’est flippant !

22 h 41 : Aaaah Zyed, ce gros prétentieux. C’est un grand malade.

22 h 42 : Sacha j’ai l’impression qu’il veut faire comme dans Wayne’s World, showiiiing avec sa bite. Non ?

22 h 48 : on est d’accord, ça manque de mecs cette année, grave ! les seuls potables sont pas majeurs (même Leila, la braillarde, ça lui a foutu les jetons)

22 h 50 : je crois que vous avez raison pour la pédéitude de Prince. Quand il a vu Dédé accroupi comme un couillon sur la planche à repasser, il lui a dit « reste pas comme ça ça va me donner des idées« . HAAAAN.

Cette soirée était sponsorisée par les lubrifiants Lubrix.

Bon, est ce que je me finis toute seule devant Belle toute nue ? Tant qu’à faire, je préfère Nouveau look pour nouvelle vie, mais bon … Faute de grives, les merles tout ça.

Bonne nuit les gens, merci pour votre présence, elle anime une saison qui effectivement ne s’annonce pas fameuse pour l’instant.

5 ans de blog – mes lecteurs m’écrivent – Christian

De ceux qui se sont manifestés, et que je ne connais pas IRL (In Real Life, comme disent les djeunes), je crois que pour de vrai c’est Christian le plus vieux lecteur de ce blog.

Il m’a écrit une gentille bafouille (j’en aurais presque rougi dites donc) que je publie ci dessous (par contre, cet empafé s’est débiné pour la photo à oualpé dans la baignoire, une sombre histoire de travaux, j’ai rien compris, à part que visiblement il n’assumait pas sa calvitie naissante et sa brioche Kro).

Et je pense qu’on le retrouvera sans doute demain soir pour commenter la NS ….

« Une baignoire, des ronds dans l’eau »…et un lecteur tout mouillé

Bon, je ne sais pas depuis combien de temps je le lis son satané blog… 4 ans environ, ce qui est sûr c’est que c’est le seul que je lis avec une telle assiduité…pourquoi ? I dont now…on n’explique pas les rencontres, mais c’est vraiment un drôle d’endroit pour une rencontre. D’autant qu’elle et moi (oui car le bloggeur en question est une bloggeuse) nous ne sommes jamais rencontrés et pour cause, le dévoilement n’est que dans un sens, d’elle vers moi….et quand je dis « vers moi », c’est ce qu’elle se plait à me faire croire, car évidemment elle se dévoile à bien d’autres…putain c’est compliqué tout cela.

Mais voilà que pour fêter ses 5 années de flux, ma bloggeuse favorite sollicite ses lecteurs assidus, pour la production d’un texte…moi qui me suis habitué à cette douce passivité de lecteur, tu parles d’une gageure. Et puis écrire sur quoi, d’abord ?  Sur moi ? Ah non merde ! je ne supporte pas cette impudeur qui pousse quiconque qui pense que sa petite vie est tellement intéressante, à la raconter sous prétexte qu’il  peut maintenant facilement blogger, twitter…

Et puis aussi, cette impudeur fait naitre chez moi un malaise. Je lui ai déjà écris d’ailleurs (à ma bloggeuse, on suit ?), car de l’impudeur, elle en fait preuve croyez moi (mais c’est sans doute bien le moins lorsque l’on tient un blog)…ainsi, j’avais été choqué à la vue d’une photo de son fils (oui elle à un héritier) à peine né, car moi, jamais je ne pourrais faire çà…serait-elle inconsciente ? Ne pourrait-elle s’imaginer que quelque part, il existe un psychopathe qui suive ses histoires et note scrupuleusement le moindre de ses faits et gestes ? : « ouhai, elle habite Lyon, elle pose chaque matin le petit chez la nounou, puis se rend à la « Feurme », hum…»….peut lui importe apparemment, elle possède cette dose d’insouciance, doublée d’une impudeur certaine, indispensable à l’exercice…Mais alors comment est elle arrivée à me captiver ?  Sachant qu’en plus,  il m’a fallut surmonter un autre préjugé, pour qu’enfin j’accepte d’aller voir sous la mousse de son bain, je m’explique…

Ma bloggeuse favorite semble au départ faire partie de ces femmes libérées des années 2000, qui n’ont rien à voir avec celles des années Cookie Dingler !! (ah ok, faut avoir + de 40a pour comprendre), soit, the perfect exécutive woman (encore un terme des années 80 il faudrait vraiment en trouver un autre aujourd’hui) qui, après des études brillantes (forcément), gère tout de front : amour, travail, sexe, mari, enfants, coiffeur…et avec une insolente réussite : super job, pleine aux as, bagnole monstrueuse, jacuzzi at home, vacances sous le soleil des iles, no soucy et toujours au top parce qu’elle le vaut bien…bref, celle que je croise chaque matin (alors que je dépose tranquillement ma fille au collège) dans son 4×4, clope au bec, portable coincé entre l’épaule et l’oreille et qui me tend un doigt par la portière en me grillant la priorité ou qui, lorsqu’elle me regarde dans les yeux me fait me demander : « merde j’ai pas oublié mes couilles sur la table de nuit ce matin moi ?»…oui, elle a tout pour ressembler à cela ma bloggeuse favorite…et bien non !!!

Ma trentenaire de bloggeuse (oui c’est une trentenaire) elle, elle n’hésite pas à admettre que parfois, elle a du mal à jongler entre un job passionnant et (très ?) rémunérateur qui l’accapare et une vie de famille (marié, un enfant) passionnante qui l’accapare. Elle n’hésite pas à avouer qu’elle se retrouve bien malgré elle dans des situations grotesques, elle n’hésite pas à pulvériser ses congénères « exécutive woman » et à trouver touchant les mecs qui oublient (parfois) leurs couilles sur la table de nuit…bon elle avoue aussi un faible pour les couillus, poilus…mais surtout, ma trentenaire de bloggeuse raconte tout cela avec une plume (lire « écriture » pour les plus vicieux) à faire pâlir bien des éditorialistes, ses posts (oui ! on dit comme çà sur le net) sont drôles, impertinents, un brin exib., bref, ce sont pour un moi de vrai moment de lecture plaisir.

Sabrina (car c’est comme çà qu’elle se nomme) ou Sasa pour les intimes (j’en suis) c’est le genre à, te faire passer, un article de Elle (épilation ticket de métro ou pass navigo ?) pour une thèse sociologique, un épisode des « Desperate Housewives » pour le 7ème épisode des « scènes de la vie conjugale » de Bergman (oui pour les incultes ce fut une série avant d’être un film…ah tu ne savais même pas que c’était un film !!!), une soirée « nouvelle star » pour une resucée du « grand échiquier » (Jacques Chancel, mais si…tu ne vois pas ?), te faire héler l’épouse qui se trouve dans la cuisine alors que toi tu es devant ton écran d’ordinateur ; « ah ah ah, t’écoutes là ? Attends, j’te lis l’article de Sasa… la bloggeuse…mais si tu sais la Lyonnaise, là…oui voilà… écoute c’est trop drôle… »…Te faire penser que c’est de toi dont elle parle si bien et que oui, tes idées à la con sont partagées par quelques autres dans ce pays et, fin du fin, te faire écrire un post sans même t’en apercevoir…rien que pour çà j’en reprendrais bien pour 5 ans et avec grand plaisir…

Alors bon anniversaire Laloute, bon anniversaire à tous tes lecteurs et on se donne tous rdv à Lyon dans…5 ans ?

Christian

Post préféré : Cry my a river

Louie Louie (saved my life)

Ce matin, j’avais décidé, de manière complètement arbitraire et unilatérale, que c’était le printemps. Plus d’excuse pour rester à mouler à domicile, il fallait rechausser les crampons les runnings.

Pour qui veut me suivre, je décolle de la place Jean Macé, hop, tout droit vers les quais, et zou, les Berges du Rhône, vers Gerland, avant de faire demi-tour au niveau du Lycée International, et repartir chez ouam. Soit à peu près 6 km et quelques, que je fais en général en 45 minutes, d’une foulée aérienne et aristocratique.

Là, comme c’est la reprise, j’avais décidé d’y aller mollo, en faisant demi-tour plus tôt (au niveau de la station service, pour être précise). Malgré cela, arrivée au début de l’avenue Berthelot, je sentais mes cuisses tirer, mon souffle plus court, bref, au bord de l’abandon.

C’est alors que dans mes oreilles a résonné une chanson, alors que démarrait l’émission Mangin Palace (oui, même en courant j’écoute France Inter, ça s’appelle de l’addiction, je sais).

Et grâce à elle, j’ai connu ce que les joggueurs appellent le second souffle, ce petit coup de mieux qui vous permet de repartir à grandes foulées conquérantes (enfin, à vous traîner chez vous sans plus de cérémonie, mais d’un pas relativement rapide). C’était bon.


The Kingsmen Louie Louie

J’ai donc fini mon tour en 35 minutes.

J’ai mis ensuite la journée à m’en remettre, mais j’ai fini. Youpi.

Sinon, y’a la version d’Iggy Pop.


Louie Louie – Iggy POP (acoustic)

Finalement, entre le rugby hier soir et les régionales ce soir, c’était plutôt un bon WE. Un WE de la gagne quoi (sur ce, il est 21 h 51, je crois que la grande gagneuse va aller se pieuter).

Ironie du calendrier …

Il y a bientôt un an, Didou, mon tonton tout fou, avait le toupet de nous quitter en pleine semaine de lutte contre le cancer. Salaud de crabe.

Décidément, il semblerait que le printemps soit une période de prédilection pour les crabes. Aujourd’hui c’est Marie Do qui a tiré sa révérence. Mêmes causes, mêmes effets. (Et sans doute encore pendant la fameuse semaine de lutte contre le cancer …)

Pierre Marcelle lui a consacré une nécrologie toute tendre et râpeuse, à l’image du personnage.

Je l’avais découverte à l’image dans l’émission de Guy Birenbaum, la Ligne Jaune. Elle était belle. Très. Etrange sensation que de voir se finir un blog par la mort de son auteur. Poignant et surréaliste.

Adieu Marie Do.