Confession du lundi

14 mars 2011

Hier, fête, joie, je suis allée au cinéma ! Ouééé.

Voir « Animaux et Cie« . Hoooo. (Mais en 3D).

(Petite résonance vis à vis de la blague des carottes et des bonnes soeurs. C’est au couvent, la mère supérieure annonce le repas du soir. « Des carottes ». Hurlements de joie dans l’assistance (Ouéééé). Elle ajoute « Râpées« . Consternation de la même assemblée (Hooooo).

(De rien.)

C’est ça ma vie actuelle, vaguement mono-centrée (non rien à voir avec les carottes). Les enfants. Les enfants. Les enfants. Je râle, je peste et tempête, je déteste être monotâche, surtout quand cela s’assimile à la vie d’une femme au foyer. Mais je suis incapable de faire autrement. Parce que je suis encore (et toujours) poursuivie par ma culpabilité de mère active : le (court) congé maternité auquel j’ai droit, il est pour les enfants. Point barre. C’est le temps qui m’est imparti pour nouer des liens privilégiés avec la chair de ma chair, et il ne faudrait pas que je le gâche. Genre en allant voir des films de « grand » au cinéma.

J’ai donc tiré mon lait avec ma trayeuse de compète (la KITETT, je vous jure que c’est comme ça qu’elle s’appelle, et même qu’elle a mauvaise réputation, la vilaine), failli pleurer en découvrant la maigre production (40 ml) au bout de 20 minutes de pompage de mes nibs éreintés (je ne vais pas m’apessentir sur le déroulement laborieux de l’allaitement, mais bordel de couille, faut avoir la foi mes enfants), et emmené n°1 voir son premier film en 3D et sur grand écran (il est déjà allé avec l’école, mais ça compte pas, là c’était avec MôMAN).

(Un jour, j’apprendrais à faire des phrases courtes et mieux séquencées. Un jour.)

Le pitch d‘ »Animaux et Cie » est assez en phase avec l’actualité cataclysmique : les animaux de la savane se retrouvent dans la panade totale, privés de flotte, et donc au bord de l’agonie. Une rapide enquête révèle que c’est la faute d’une sale race, l’humain, qui a construit un monstrueux barrage pour se payer un hôtel rutilant avec piscine et golf. Un groupe d’animaux se constitue en armée révolutionnaire pour mettre fin à cette spoliation. Parmi les animaux, un suricate couillon mais attachant, un lion courageux, philosophe et végétarien (s’appelle Socrate !), un couple de tortues 7 fois centenaires (je vais y revenir), un ours polaire, un diable de Tasmanie pétomane (je vous laisse imaginer le nombre de gags à base de prouts toxiques), et un coq, Charles, arrogant et prétentieux, qui se prend pour le patron, et qui est évidemment … français (et malicieusement doublé par un imitateur de Jacques Chirac, c’est pour faire la blagounette aux parents qui subissent le film avec leur progéniture, je suppose). Autant vous dire qu’on est LOIN de « Black Swan » ….

Donc je suis tombée sur LE film pour enfants écolo de l’année, et on m’avait rien dit … Toujours est il que l’Héritier a bien aimé, même si ça lui a déclenché une bonne demi heure de questions encore bien chiantes pointues auxquelles j’ai du répondre en rafale. Et moi (attention SPOILER, et confession du lundi à la fois) j’ai même pleuré quand les tortues 7 fois centenaires meurent, après s’être fendues d’un discours écologiste poignant (c’est surtout Winifried d’ailleurs qui s’y colle), sur ce salaud d’humain qui se croit tout permis sur cette Terre qui n’est pourtant pas qu’à lui, bordel (je résume hein).

(Voici Winifried et Winston, les tortues amoureuses.)

C’est beau les hormones. Ou la fatigue. Ou les deux.

(D’ailleurs, au rang des questions de l’Héritier, est ressortie celle du « mais c’est QUAND que vous serez morts Papa et toi ?« . Alors je lui ai confié que je supporterais sans doute pas son père pendant encore 685 ans, rapport que ça fait déjà 15 ans que nous regardons ensemble dans la même direction l’horizon rougir sur une mer d’huile, enfin à peu près, mais qu’on avait encore UN PEU de temps pour s’y préparer. Inch’allah.)

Sinon, pour de vraies images qui donnent AUSSI envie de pleurer sur le sort de ce monde pourri, on peut aller sur Boston Big Picture, ici et .

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer celle qui m’a faite pleurer (comme ça, on équilibre avec les tortues).

(Pauvre petit bonhomme.)

Sur ce, je vous laisse, j’ai les seins qui se sont remplis on dirait, je vais aller tourner autour de ma fille voir si elle a pas envie d’un casse dalle. (Putain d’allaitement à la demande.) Sinon j’irais faire du gringue à mon KITTET. Youhou.

Partager/Marquer
2 Réponses En laisser une →
  1. Martoune permalien
    mars 14, 2011

    « La vilaine », ah ah, bordel, ça si c’est pas de l’euphémisme. C’est pas le terme que j’aurais employé pour cette machine qui m’a mutilée. En 10 min !!

  2. mars 14, 2011

    Putain mais c’est fou ça !
    « Kittet », c’est mon deuxième prénom ! Pourtant, les seins ..

Laisser un commentaire

Note: Vous pouvez utiliser du HTML dans vos commentaires. Votre adresse de courriel ne sera jamais publiée.

S'abonner aux commentaires de ce billet par RSS