Quelques instants(gram) de ma semaine #21

Misère de printemps pourri de merde. Lundi, tellement je me cailla les miches que je partis à mes rendez vous avec UN PANTALON. Evidemment, nous allâmes, le pantalon et ouam, A PARIS. What else ?

(Je raffole pas des pantalons, ça me fait un postérieur bien trop voyant.)

(Même Cristina Cordula – dont on m’a offert un opus pour la Fête des Mères, si si, bonjour le message subliminal – le dit, quand tu as un gros boule, évite donc les pantalons.)

Enfin toujours est-il que dès que je ne suis plus à Paris, il fait bien beau, ça s’appelle LYON.

La preuve mercredi, où la Dauphine a pu conduire la décapotable de son Pépère.

(Oui la Dauphine est la digne fille de sa mère, elle adore être au volant et tenir le manche. Oué.)

(Enfin rapport au fait qu’il ne lui reste plus beaucoup de points sur son permis, il est fort possible que la mère de la Dauphine ne conduise pas beaucoup dans les prochains mois, histoire de ménager les dits points. Ahem.)

(Le degré de choutitude de cette enfant est au delà du compréhensible, on est d’accord.)

Jeudi, je suis allée voir un client à la Confluence, cette fois côté Conseil Régional.

Ils se sont fait plaisir sur la verrière les zozos.

J’en avais profité pour inaugurer ma robe zèbre (avec une veste rouge).

Le doute m’habite.

(Définitivement, je ne suis pas une blogueuse mode.)

Le vendredi, on a joué au jeu de l”intrus. Le vendredi, c’est permis.

Tout le monde a bien vu que la couronne de la galette des rois n’avait rien à faire ici. Bien joué les jeunes.

Petit WE détendu du tanga, avec la familia, malgré cette séance calamiteuse de manège que j’ai du me cogner, histoire d’empêcher la Dauphine de se lever en permanence. Alors elle a pas basculé du petit avion, par contre moi je me suis cognée une bonne gerbouillade.

Dimanche matin, c’était mon grand retour à la piscine du Rhône. Je rejoins cette note de Lyon 69, cette piscine est à la fois la honte et la fierté de l’activité nautique lyonnaise. Un super emplacement qui fait envie, et donne envie d’aller y faire trempette, mais une infrastructure dégradée et démodée (doux  euphémismes), dont on attend TOUJOURS la rénovation. En attendant, ce matin là, 21 degrés dehors, et moins de 20 degrés dedans, c’était bon de sentir les chairs se resserrer dans le froid (rétracte toi, cellulite, et fuis, fuis, loin de mon boule), mais bordel on s’est gelé les ovaires.

Pour finir le WE, l’Epoux et moi avons découvert notre premier spectacle de burlesque, avec la troupe de Tournée, de Matthieu Amalric, qui se produisait dans le splendide théâtre des Célestins. Alors elles, pour le coup, globalement, ne font pas la chasse au capiton, et c’était beau à voir. C’était très chouette, comme je me l’imaginais, doucement subversif, gentiment sexy et très rigolatique.

J’en ai profité pour me faire signer une photo par une des filles, Kitten On The Keys, qui posait ….. dans sa baignoire. La boucle est bouclée.

Bonne semaine les loulous !

4 réponses sur “Quelques instants(gram) de ma semaine #21”

  1. Punaise, y’a personne ici… C’est l’exode après les élections qui a commencé ou comme il fait beau tout le monde est à l’apéro pendant que Ray trime…

    On gagne quoi pour avoir trouvé pour la couronne ?

  2. @Ann: j’y ai pensé en postant… Ça ferait un complément audacieux à ma queue en tire-bouchon…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.