Quelques instants(gram) de mes semaines #31 et #32

Allez, deux semaines pour le prix d’une, l’actualité ne m’ayant pas laissé le répit de mon petit compte rendu hebdomadaire.

A ma décharge, à peine rentrée et embrassés les miens, j’ai du repartir … en TGV.

Heureusement, une espèce d’été indien a sauvé cette semaine de retour des tropiques. J’adore le temps du début d’automne, les températures rafraîchissent, mais pas trop (je refuse de manière tout à fait dogmatique de mettre des collants, même fins, avant le mois de novembre), les jours aussi, et les ciels sont souvent magnifiques.

J’ai entamé (et pas terminé, ma spécialité du moment, les livres inachevés) la lecture du Bastien Vivès sur la blogosphère. Ca me parle et me fait rire, mais je me suis demandée si ça faisait rire grand monde, toute cela étant très référencé, je me dis que plein de choses peuvent échapper aux non initiés.

PhotoInformation

J’ai réussi aussi à passer un peu de temps avec la Dauphine, cette merveille d’enfant qui du haut de ses 19 mois et près de 14 kilos a de fortes velléités d’autonomie. Je le sens, je n’aurais bientôt plus de bébé, mais une vraie petite fille. Ca me colle le brin (un peu) (rendez moi mon bébé).

(La digne fille de sa mère, elle aime bien montrer ses guibolles.)

(Qu’elle a dodues, aussi, oui, comme sa mère.)

PhotoInformation

(Petite victoire féministe, je l’ai emmenée au manège, et ELLE a choisi une bagnole jaune plutôt que le carrosse de princesse rose pailleté de bleu et d’étoiles. YES SHE CAN.)

PhotoInformation

Par contre, au rang des échecs, on peut afficher celui de ma courte carrière dans la coiffoune pour enfants. L’Héritier se remet difficilement de la frange à la Geoffroy de Bouillon que je lui ai taillée. Et on le comprend. Pardonne moi mon enfant, maman ne le refera plus (mais 18 € le coiffeur pour mioche, c’est un peu du racket, non ?).

PhotoInformation

Mais bon, j’ai été (presque) pardonnée, grâce à l’organisation d’un anniversaire (5 ans !) tout à fait réussi sur la thématique des dinosaures. J’ai réalisé de mes blanches mains trouvé un gâteau avec des dinos dessus (100% chocolat et produits chimiques, ils se sont régalés), on a fait une chasse aux trésors avec  des dinos, bref, gros succès auprès des gars comme des filles (au nombre de deux présentes, toutes deux conquêtes de l’Héritier si j’ai bien suivi, j’avais tenu et exigé la parité dans les invitations). D’ailleurs, c’est assez frappant de voir déjà les différences de développement entre filles et garçons à l’âge de 5 ans. Les filles sont déjà plus mûres, posées, dégourdies et futées  là où les mecs rivalisent de puérilité et coups d’éclats risibles pour concourir à la palme du plus couillon (et mon fils ne laisse pas sa part au brachiosaure en la matière).

PhotoInformation

Bon par contre, à la fin de la journée, j’étais au bout du rollmops.

(Gros succès aussi des petites ardoises avec le prénom dessus pour les verres. Tant que personne ne se prénomme Jean-Stanislas, parce que ça rentre pas dans l’espace, vois tu.)

PhotoInformation

Le dimanche, j’en avais fini de me réjouir de l’été indien : il a fallu ressortir les collants.

Un 30 septembre, les boules donc.

PhotoInformation

Lundi suivant, OH SURPRISE, un autre train pour Paris, direction Cayenne à nouveau via la capitale de la France.

Comme je suis une gueudin, j’ai retenté les jambes nues.

J’ai eu froid. Mais pas longtemps, puisqu’à Cayenne, il faisait … 36° en  moyenne.

PhotoInformation

(Petite pub au passage pour les cocktails de la Conserverie, du côté des Grands Boulevards, 11 à 13 € mais ils les méritent.)

PhotoInformation

A Cayenne, j’ai retrouvé mes températures tropicales, ma piscine, mes moustiques et mes clients.

PhotoInformation

Quand je suis en déplacement, j’ai plus de temps à l’hôtel pour faire des tests coiffounes sur moi-même (sachant que je suis incapable de me faire une tresse seule). Là dessous j’ai essayé le chignon avec mèches d’Erika Moulet (journaliste sur LCI que je trouve charmante).

(Il paraît que c’est la chérie à Elie Seymoun.)

C’est pas gagné …

(pour la coiffure)

(pas pour Elie)

(quoique)

PhotoInformation

 

 

 

Sinon, histoire de casser le mythe, il faut savoir que Guyane ou pas, les missions exotiques ne changent pas complètement le cadre de travail. Là par exemple, j’ai animé des débats pendant 3 jours dans un amphi sans fenêtres, mais climatisé à l’excès, limite j’ai regretté … de ne pas avoir de collants. J’aurais été à Maubeuge, ça aurait été pareil.

PhotoInformation

Mais bon, c’est vrai, y’a tout de même quelques différences avec Maubeuge.

Les palmiers …

PhotoInformation

Les pieds dans l’eau le soir …

PhotoInformation

Le restau Paris Cayenne, sans doute la meilleure table de la région, que je vous recommande si par hasard …

PhotoInformation

Vendredi soir, j’ai quitté Cayenne, c’était beau vu de haut aussi.

PhotoInformation

Mais le plus beau spectacle qu’il m’est donné de voir en ce moment est celui de la complicité grandissante entre mes deux merveilles. Complicité basée sur une propension naturelle à l’échafaudage de conneries, avouons le. Mais qu’il est doux de les entendre se marrer tous les deux, même à nos dépends. Il veut la faire rire à tout prix et elle la moindre de ses grimaces la fait hurler de rire (ils sont faits pour s’entendre). Je crois que la fonction première de la fratrie est en train de se constituer, et c’est un vrai petit bonheur.

PhotoInformation

Bonne semaine les vilaines et les vilains.

Publié par

SABRINA

Lecteur égaré (ou pas), je te souhaite la bienvenue chez Sabrina, blogueuse lyonnaise assidue depuis 10 mars 2005 (oui, tout ça). Ici point d'ambition éditoriale majeure (comment ça, on s'en était rendu compte ?), pas de recherche de monétisation de mes modestes et insignifiants écrits, ou de gloire wharolienne ... Juste un modeste journal de bord, tenue par une honorable mère de famille (oui, parfaitement, honorable), qui apprécie (dans le désordre) les jolis garçons (surtout s'ils pratiquent le rugby), l'auto-dérision, l'Epoux et ses taz, la mauvaise foi féminine (qu'elle pratique assidûment), la télé réalité, et la légèreté en toute chose, autant que faire se peut. Bonne lecture.

4 réflexions au sujet de « Quelques instants(gram) de mes semaines #31 et #32 »

  1. Tu parles principalement de tropiques et de progénitures. Feras-tu se rencontrer les deux, un jour, histoire de montrer à tes enfants ton bureau euuuuuuuuuh… pardon ton petit jardin secret ? Ou par essence un jardin secret doit-il rester secret ?

  2. Simple answer: no.We’re so far in debt that I’m working two jobs just to try and keep up. After 12-14 hours every day I’m just so exhausted I don’t have much left to give. Add to it a project that my wife insists I finish that takes time away from them and some days I don’t take five minutes to just be with them.God gets leftovers too right now. Thanks for the spiritual kick in the teeth today, Pete. .-= Jason´s last blog .. =-.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *