Quelques instants(gram) de ma semaine #71 et #72

Ca file ça file !

En semaine #71, un peu de shoes therapy pour faire passer une petite grosse déception pro.

Une paire.

PhotoInformation

 Et une 2ème paire, pour la route (hihihi).

(Les 2 chez André, pour celles intéressées.)

PhotoInformation

 J’ai évidemment sacrifié au rituel de fin d’année, la chorale de l’école.

C’était mon fils (entouré de moult gonzesses, les gourgandines) le plus beau. Point barre.

(Et il chante aussi bien que sa maman > comme un casserole.)

PhotoInformation

 

PhotoInformation

D’ailleurs, à force de chanter comme ça, je crois que les nenfants ont déclenché les foudres de Zeus.

PhotoInformation

 Heureusement, ça n’a pas duré, car le WE arrivé, c’était les préparatifs pour fêter dans le rhum et le madras mes 35 printemps.

PhotoInformation

 On a ainsi pu noyer le chagrin de la décrépitude dans 12 litres de punch / 180 accras / 60 samoussas et autres boudins créoles.

(Si vous avez besoin des proportions pour organiser une fête pour 50 personnes, demandez moi PAS, je me plante tout le temps.)

PhotoInformation

 J’avais donc investi dans la robe traditionnelle de Martinique, et dansé avec l’Epoux sur Franckie Vincent, et ça, c’était bon <3

PhotoInformation

 D’ailleurs, j’avais aussi investi dans le madras pour la Dauphine et l’Héritier ….

(Je suis gravement fan, avouons le.)

PhotoInformation

 Parmi les gâteries que j’ai eues, au climax d’entre elles, la paire de Louboutin offerte par le frangin, qui a bien bien fait monter en gamme la shoes therapy ….

(Et fait pousser de petits cris excités à la population féminine présente, c’était très drôle.)

PhotoInformation

 En semaine #72, retour fleuri au boulot,

PhotoInformation

Encore quelques gâteries (une espèce de tuerie à 400 calories chez Angelina).

PhotoInformation

 Un ciel plus clément sur nos têtes,

PhotoInformation

 Encore un peu de TGV (pour changer),

PhotoInformation

 Et une fête corporate au jardin d’acclimatation, où j’ai dansé jusqu’au petit matin, grâce à une djette inspirée et inspirante.

PhotoInformation

 Le lendemain, j’étais moins brillante, mais j’avais ma robe super woman.

PhotoInformation

 Celle qui te permet de garder la patate pour tenir le coup au WE bien rempli.

PhotoInformation

Dont une très chouette soirée de filles aux Nuits de Fourvière avec un groupe de jeunes parisiennes (Theodore, etc.), Barbara Carlotti et Claire Diterzi.

PhotoInformation

Les filles de Paul Gabriel Theodore, très chouettes.

PhotoInformation

Barbara Carlotti et ses escarpins rouges <3

PhotoInformation

Claire Diterzi et son univers un poil barré.

PhotoInformation

Dimanche, déjeuner avec les grands parents et leurs petits enfants, sur les berges du Rhône, une bonne adresse à burgers copieux et frites bien grasses sur la péniche la plus proche de la Préfecture (Star Ferry).

PhotoInformation

Bonne(s) semaine(s) les affreux !

 

7 réponses sur “Quelques instants(gram) de ma semaine #71 et #72”

  1. @Ann: Ben ouais… Maudit Twitter… Tout fout le camp…

    Et si on en profitait pour faire le bordel? Elle est pas là…

  2. Ah ben bonjour l’enthousiasme…

    Bon…

    Trouvez moi un scout quelqu’un…

  3. J’arrive j’arrive !
    Dis t’en pense quoi toi tu maternage (200 comm rageux en perspective, ouvre le parapluie)? Des idées pour le diadème cochon de la prochaine décennie de Sasa ?
    Les louboutin c’est tout pourris elles sont même pas en madras !
    Et d’où qu’on a même plus de clip a la musique toutes pourrie et à la culotte toute mouillée par ici ?
    D’ailleurs des news de la tigressa del oriente (nom approximatif de mémoire) ?

    Bordel on sait même pas au final si il y a eu un nippelgate avec la robe maudite (cf photo twitter à côté) !

    Tout se perd mon bon cochon !

  4. Bordel plus de news de brit brit ni de la tigressa, MAIS COMMENT je vais briller en société moi ?

  5. Le maternage…mouais… C’est un reflexe de bonne ça… Franchement, faut avoir que ça a faire, et aucun centre d’intéret… Une nanny philipino, y’a que ça de vrai. Nous on aplusieurs cochonnets, ben on a une nanny qui s’en est toujours occupé. Comme ça on s’est jamais réveillés pour le biberon, et Mme Raymond a pu continuer a vivre. Non mais franchement…

    Pis t’as raison, ça manque de culottes mouillées par ici… A la grande époque, chez Mme Sasa, ça dégoulinait de partout… Même les scouts en perdaient leur latin (de catéchisme).

    Allez, hop, tout le monde a poil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.