Je vais bien, ne t’en fais pas(2)

C’est en vérifiant dans mes archives de blog (autant te dire qu’avec 9 ans de conneries, je remonte vite loin) si j’avais déjà utilisé ce bien beau titre (et il s’avère que oui), que j’ai aussi éprouvé que parfois (souvent ?) je me contentais de petites notes décousues ici. Maintenant ma vie décousue est tricotée sur Twitter (qui a dit là bas au fond qu’on voyait mes fonds de culotte, du coup ? je te vois), et j’essaie de trouver une vocation nouvelle à mon bon vieux blog. J’ai bien tenté les récaps photos hebdo, mais c’est Instagram les photos, du coup re impression de doublon par ici. Alors pourquoi pas une petite note décousue ici encore ?

Bref, ça va ça vient. Mais je vais bien, globalement et en masse, malgré l’inventaire râleur et désabusé que je faisais encore de mes maux et malheurs lors de ma séance de thérapie bi mensuelle.

Un an que ça dure cette affaire désormais.

J’ai longtemps conspué les thérapies et les thérapeutes (à ma décharge, je conspue pas mal de choses, ça me tient éveillée). Encore ce matin, après avoir déposé l’Héritier à l’école, devant un cappuccino avant ma séance, je me demandais à quoi celle ci allait servir. Je n’avais rien à dire, je n’avais avancé sur aucun sujet. Angoisse de la page blanche appliquée à la thérapie. Et pourtant assise devant ce monsieur banal, tout se déroule, défile et s’organise, en un cheminement logique et clair. Il ne me juge jamais, est toujours bienveillant, ne rebondissant jamais sur ces envolées où je me déprécie facilement, sous couvert de mon grand sens de l’auto dérision. Quand je lui dis « je sais, je sais que je suis mauvaise / nulle sur telle ou telle chose« , il me ramène à mon humanité, et à la normalité de réactions / sentiments / comportements que je juge pathologiques chez moi. Il ne légitime pas mes colères, mais il me les explique, les détricote avec moi.

Alors voilà, je vais bien.

Comme il n’est pas encore trop tard pour vous le souhaiter (vous les 3 lecteurs encore égarés ici), je vous souhaite en 2014 d’aller bien. C’est le plus important les vilains.

(Et réécoutez Véronique Sanson aussi, elle a dit toutes les choses importantes qu’il y a à dire sur cette Terre. Sisisi.)