L’épaule qui sort de la baignoire

Ce weekend se tenait le salon mondial du tatouage, alors que je recevais les photos réalisées avec Laurence Bosc pour immortaliser mon épaule avant évolution.

Merci encore à elle pour le (bon) boulot !

Comme toujours souvent dans ma vie je suis d’une grande conformité sociologique et statistique, j’ai commencé à me tatouer ou plutôt me faire tatouer assez tardivement, mais au moment où c’est devenu une banalité en France ou presque.
La première idée concrète de tatouage et à la symbolique forte est le lettrage du titre de l’essai de Benoite Groult, qui me permet de faire « un peu » de prosélytisme féministe. Ensuite, comme il est ordinaire mais réel de le dire, le pli est pris et l’addiction effective, avec des idées à la minute ou  presque) pour les 25 prochaines années.

Je ne sais pas où je je m’arrêterai, mais j’aime l’idée de ce bras gauche qui se couvre progressivement d’une espèce d’estampe japonaise.

Team geishas #apeuprès #7ans
(On est très japonisantes ces temps ci …)
C’est cette progression que j’ai voulu immortaliser avec Laurence, et qui me donne du coup l’opportunité de nettoyer un petit peu ce blog, et de le rendre plus conforme à mon image  (et en même temps déjà obsolète, puisque le bras a bien évolué). Celle qui me tatoue est toujours Alison, qui a désormais sa propre boutique boulevard des Brotteaux, l’Atelier Tattoo.

On m’a souvent demandé comment j’assumais d’être tatouée dans une profession où je suis prestataire de services, avec des clients qui peuvent apprécier diversement ce type d’ornement. Très pragmatiquement, je suis toujours en capacité de soustraire à la vue l’ensemble de mes tatouages. Si aucun ne doit être vu c’est possible, et je conseille aux collaborateurs qui me posent la question d’en faire de même : ce n’est pas seulement par bien-pensance ou peur du jugement, il s’agit simplement d’éviter de donner prise à des considérations qui sortent du cadre professionnel. Ensuite, une fois que le rapport de confiance est établi, il est alors possible de les dévoiler (de mon point de vue).

Mais la vérité, c’est que finalement assez peu de personnes vous questionnent frontalement sur le sujet, à croire que les gens sont plus respectueux et pudiques qu’on ne le pense.

Heureusement que j’ai un blog du coup, comme ça je réponds aux questions que l’on ne me pose pas : )

Publié par

Epaule Tattoo

Lecteur égaré (ou pas), bienvenue chez Sabrina, blogueuse lyonnaise depuis 2005 et twittas depuis 2007.

Une réflexion sur « L’épaule qui sort de la baignoire »

  1. Bravo ! J’aime bien votre retour d’expérience et votre franc-parlé. Il est bien vrai que les personnes ont tendance à éviter d’aborder directement le sujet des tatouages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *