Un homme entier

J’ai découvert Gael Faye par le prisme de son 1er roman, « Petit Pays », conte émouvant d’une enfance rwandaise aux ailes coupées par la guerre et le génocide. Avec ma comparse de lettres, nous avions couru le voir en conférence, et faire signer un exemplaire de son roman. Je n’ai jamais été friande des rencontres de chair et d’os avec mes idoles. Les écouter parler passe encore, mais leur parler, à quoi bon ? Car finalement, une fois face à eux, que bafouiller de vraiment sensible, à quelqu’un qui en voit défiler des comme vous, toute la journée, par paquet de douze ?

« J’aime beaucoup ce que vous faites »

Rideau.

Dans le cas de Gael Faye, la rencontre avait été autrement plus riche, et ce grâce à lui, grande sauterelle souriante & chaleureuse. Nous étions parmi les dernières de la file, et il avait pris le temps de nous demander qui nous étions, d’où nous venions, et si on avait apprécié son intervention. Sur ce dernier point, j’étais hélas dans l’incapacité de répondre, puisque la clôture d’un dossier urgent m’avait mis en retard. Nous avions tout de même échangé quelques mots, et après avoir signé nos livres, il avait eu ce geste, spontané et sincère, de se lever pour nous serrer la main et faire une accolade, souriant de toutes ses dents.

Sous le charme, j’avais dévoré son roman, et commencé à écouter ses textes, mi chansons, mi prose scandée, moitié Stromae moitié Fauve. Dans ses chansons, globalement les mêmes thèmes de prédilection que dans ses textes. L’enfance, le métissage, l’amour, la violence, et Paris.

C’est à Paris, salle Pleyel, que je l’ai découvert en live, la semaine dernière.

Il est inchangé et entier, le rythme et le collectif en plus. Assez étonnante cette cohérence entre le romancier et le chanteur. C’était la 1ère fois que je me rendais dans cette salle, et sa configuration rendait à priori la convivialité complexe (beaucoup de places assises, des balcons), et pourtant, il irradiait et dégageait une énergie bienfaisante,  de celle qui te fait danser et chavirer.

(enfin moi)?? Gaël Faye ?? @gaelfaye sans aucune fausse note

Même si je n’ai pas pu m’empêcher de sourire quand il a parlé de Paris métissée, devant ce parterre WASP à 80%, Faye a fait onduler notre humanité, et c’était beau & bon.

Hâte de le retrouver cette été à Fourvière <3