Looking 4(nite) Manuel

(Si tu comprends le titre de ce post avant même d’avoir lu la suite, fais moi signe, je te fais une place au chaud.)

S’il y a une chose que je n’avais pas prévu dans le parcours de la parentalité c’est bien l’apparition de Fortnite dans nos vies.
Gros soupir.
Si tu ne sais pas ce qu’est Fornite, je te laisse regarder cette vidéo. Tu vas rire (ou pas).

L’invasion des jeux vidéos dans notre vie ne s’est évidemment pas faite en un jour. Ce fut un processus progressif, je dirais même pernicieux. Quand j’en parle avec avec certains d’entre vous qui n’ont pas d’enfants (heureux et sereins les nullipares), ils me regardent avec des grands yeux ronds, avec une pointe d’apitoiement sur nos atermoiements de (mauvais) parents soumis à la dictature vidéaste.
Je me souviens de cette planche de Mafalda (ma bédé de jeunesse favorite), où cette dernière était scrutée comme un « bicho curioso » parce qu’elle n’avait pas la télé chez elle. L’équivalent de la télé dans les années 80, c’est la tablette ou la ps4. Si dans la cour d’école tu n’as pas accès à ces loisirs collaboratifs (puisqu’ils jouent en ligne), tu perds un gros pan de socialisation. Et clairement pour un animal social comme le fiston il est impossible de le priver d’un tel vecteur. En tous cas, on n’a pas su l’éviter à 100%, et on s’en mord les couilles tous les jours.
Tout ça pour dire que nous avons perdu la bataille Fortnite depuis quelques temps déjà. Ne nous juge pas.

Pour autant, ne perdant jamais une occasion de me coller dans une situation merdique, je me retrouve désormais engluée avec une blague toute pourrie, qui va me retomber sur le coin du nez à tout moment (comprendre, sous 6 mois à 2 ans, je pense). Je vous fais le pitch.
Lors d’une soirée où les enfants traînaient leurs guêtres autour de la table d’apéro (pire erreur, avoir des conversations entre adultes quand des oreilles innocentes ET curieuses traînent autour), nous dissertons à bâtons rompus des jeux vidéos. C’est alors que l’héritier et ses potes se mèlent à la conversation et nous demandent d’un ton badin si quand même on connaît pas des « vieux comme vous » qui jouent à Fortnite. Et là mon cerveau ne filtre pas les réponses comme il aurait dû, et je sors très naturellement : « Si ! je connais une personne qui joue à Fortnite et qui a mon âge, il s’appelle Manuel Ferrara.

[Petite pause Wikipédia si tu es une personne innocente. Manuel Ferrara a effectivement mon âge, il exerce la douce profession d’acteur dans le monde du cinéma pornographique. En dehors de visionner de temps en temps des extraits de ses meilleures performances, je le suis sur son compte Instagram tout à fait propret, sur lequel il diffuse notamment des petites stories, où on voit qu’il joue au basket et à Fortnite.]

Bien évidemment l’Héritier s’est engouffré dans la brèche et a insisté pour savoir qui est cette Merveilleuse personne qui partage sa passion. Prise de court et dans l’hilarité générale, je n’ai rien trouvé de mieux à dire que c’était un copain de lycée. Bien évidemment l’héritier a une mémoire d’éléphant, il me demande environ tous les 15 jours quand est-ce qu’il pourra écrire à mon pote Emmanuel Ferrara.
J’attends donc, tremblante le jour où il va faire une requête dans Google et connaître la vraie profession de mon pote de lycée.

Allez y, rigolez.


Bien entendu, j’en profite, si sur un malentendu, le bon et beau (et TTBM) Manuel F. venait à s’égarer ici, il serait bien urbain de me couvrir au cas où. Bisous.

Une réponse sur “Looking 4(nite) Manuel”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.