Où sont les hommes (les vrais avec du poil autour) ?

La semaine dernière j’ai fait exception à mes principes et valeurs morales les plus profondément ancrés (à savoir, je ne suce pas pour un BN), j’ai participé à une soirée organisée pour des blogueuses. Il faut dire que la délicieuse Louise (quel joli prénom en plus) m’avait pris par les sentiments. Elle m’avait donné deux mots clefs : pinards + mecs à poil (ça fait 4 OK, j’ai un peu extrapolé je crois). Il s’agissait donc de participer à une soirée dégustation de vins avec les vignerons les produisant. Ca s’appelle « My sexy winemaker », c’était donc fait pour moi.

On a couché tous les vignerons \o/ #msw

La thématique de la soirée était « Vins Doux Naturels du Languedoc et du Roussillon » (muscats pour le dire un peu vite)  elle fut délicieusement arrosée (et divine surprise, sans gueule de bois le lendemain matin). Je tanguais (c’était une péniche sur la Seine) de vigneron en vigneron, sifflotant leurs liqueurs magiques. Ils me racontaient de belles histoires autour de leurs domaines, de très chouettes moment. Quand les blogueuses présentes à mes côtés se présentaient, la plupart avaient des blogs food / cuisine et demandaient avec quoi assortir les vins doux …. Autant dire que quand je devais causer du mien de blog, c’était un peu la teuhon côté ligne éditoriale. « Oui au départ c’est juste pour rigoler, je mettais des photos de gars dénudés, ahem, ceux qui n’auraient pas dormis seuls dans la baignoire s’ils avaient tapé au carreau …. Voilà voilà. Bon et puis j’ai parlé de ma vie, de féminisme et des relations hommes femmes, au travail, et puis de l’équilibre vie privé vie pro, quand on a des enfants, et puis des photos de mes enfants, de ma vie de famille ….Blah blah blaaah »

Ca fait désormais plus de huit ans que ce blog existe (mandieu), et qu’il a été pas mal fagocité par Twitter et Instagram, mais j’y suis attachée, car c’est mon extimité, ce petit bout de ma vie que je livre en pâture, tantôt récréation tantôt défouloir, de temps lieu de partage et d’échange. Je vous vois râler de temps en temps en commentaires, beaucoup trop d’espace consacré à mes enfants (ces emmerdeurs) et mes passions douteuses et éphémères (le running récemment), pas assez à la gaudriole et mes VRAIS combats de fond (la lutte contre l’épilation excessive de la foune, les mérites comparés de la levrette claquée et du plug anal, et quelques trollages bienvenus de la ligue des mères parfaites allaitantes ET beuglantes ). Bref, vous êtes pleins de mansuétude, mais j’ai compris le message, il faut qu’on revienne aux fondamentaux : les hommes, les vrais, avec du poil autour (parce que si je veux préserver nos buissons ardents mesdames, je milite aussi pour la valorisation du paillasson pectoral de ces messieurs). Donc acte.

Alors parmi les vignerons avec lesquels j’ai pu échanger, mes chouchous :

:: le domaine de Mas Becha de Charles Perez, le vin est bio et le gars passionnant. Son muscat rouge est à tomber et le design de ses bouteilles très chouette.

:: le domaine de Barroubio, qui m’a fait gouté le meilleur Muscat de St Jean de Minervois de la soirée.

J’ai goûté aussi un Muscat de Rivesaltes de 1969 (ça m’a fait la soirée) et c’était évidemment un fin nectar …

On m'a servi un 69 ... Un Rivesaltes \o/ #msw

Sinon, côté mecs (vraiment) à poil, déception mais les vignerons ne se sont pas désapés 🙁

Alors je vais m’efforcer de faire quelques recherches désintéressées évidemment (n’hésitez pas à faire tourner vos bons plans aussi). Récemment on m’a causé de celui qui serait probablement la prochaine coqueluche de l’équipe de foot du Brésil, un certain Hulk, mais bon footballeur, excessivement musclé et insuffisamment poilu, ça fait pas trop chauffer ma baignoire. Je vous laisse en juger ci-après.

Peut mieux faire hein … (à votre bon coeur)

Karole, Biolay et nuances de fessées

Vu cette nuit sur le blog de Caroline (oui je vis de folles nuits d’insomnie en Martinique, y’a pas de mystère, le décalage horaire, ça se récupère pas, pas en moins de 3 jours) le clip du prochain single de Benjamin Biolay.

Raaaaah.

Autant dire que ça m’a pas aidé à me rendormir cette affaire.


Benjamin Biolay Aime Mon Amour (exclu vidéo) par Europe1fr

Je partage l’avis de Caroline, Karole Rocher (vue dansn « Polisse« ) te convertirait au saphisme d’une simple inclinaison de sa noble nuque, et puis bon Biolay, Biolay quoi.

Grou.

Sinon, au titre du prolongement du grou et de la cogitation à la faveur de mon insomnie (autant dire qu’en 2 heures, je te reconstitue un max d’idées foireuses lumineuses pour occuper mes journées) j’ai décidé de lire « 50 nuances de Grey » (en français, comme une bonne feignasse). Je me doute que c’est une vaste daube écrite avec les pieds, mais je me connais, c’est comme pour « Twilight« , c’est de la merde, mais on ne peut pas s’empêcher de s’en délecter (je suis faible). Accessoirement, sans être une maîtresse sado maso, je suis assez pro fessée au lit, et je suis curieuse de voir comme ces pratiques « coquines » sont valorisées dans la chick litt. N’est pas Pierre Louys qui veut hein.

Casting de Belles Gueules

Messieurs (oui, poussez vous un peu, les grognasses, laissez moi donc flatter la part mâle et velue de mon lectorat), j’ai besoin de votre aide, histoire de donner raison à l’Epoux, qui est persuadé que depuis 2005 qu’il m’a acheté le présent nom de domaine, je me sers de mon blog comme piège à mecs (alors qu’en fait, c’est sur twitter que je cultive le pectoral non épilé dans son milieu naturel).

La marque de produits de beauté pour hommes (si, ça existe) Nickel recherche pour sa prochaine campagne de communication (dont se charge donc le pubeux qui me sert de mari) des « belles gueules » en mode casting sauvage, et entre autres sur Twitter et FaceBook (me cherchez pas sur FB, Sasa n’y est pas). Autant vous dire que je ne perds pas l’occasion de m’associer à la dite recherche, pour une fois que j’ai LE DROIT d’aborder des beaux mâles dans la rue … (coucou, tu permets que je caste le fessier, jeune homme ?)

(Ah on me dit de focaliser sur le visage. Au temps pour moi.)

Personnellement, j’ai ma PETITE idée du candidat idéal à ce type de casting.

Nickel le définit comme « un homme qui a de la gueule et qui ne fait pas la gueule. C’est un gars qui a de la personnalité, du caractère, du charisme. C’est un mec qui ne se la raconte pas et qui a pourtant beaucoup de choses à raconter. C’est un homme bien dans sa peau, avec de l’humour et inspirant la sympathie. Un vrai mec, quoi. »

Moi je verrais bien …

(Au hasard)

Gilles Lellouche

Romain Duris

François Vincetelli

Enfin, voyez le genre …

Alors comme dirait l’Héritier, c’est quoi la carotte ? (mon fils n’avance qu’au bâton et à la carotte, je sais, c’est nul, je vous empile, ON FAIT CE QU’ON PEUT).

La carotte de Nickel c’est (en dehors de votre belle gueule en 4 par 3 sur tous les panneaux publicitaires de France et de Navarre, youhou) 500 € et un an de produits de la marque.

Si c’est un lecteur du présent blog, je me dévouerais, et fournirai une photo dédicacée de mes seins lui paierai des mojitos (à boire en ma douce et distinguée compagnie, sur Lyon ou Paris).

Allez, lancez vous les vilains.

(Et envoyez moi des photos aussi, en parallèle, c’est pour mes archives.)

(PS : bien naturellement, on ne peut pas dire que ce post soit sponsorisé. Je partage ma vie avec l’Epoux, mais dans la mesure où je gagne à peu près correctement ma vie, il ne me donne pas d’argent de poche. Même pas contre faveurs sexuelles. C’est dire.)

Quand Charles Ingalls se met au porno

A l’occasion d’une soirée à zoner sur Lookiz (le streaming c’est le diable), j’ai découvert Hard, une série télé produite par Canal +, dont j’avais entendu dire du bien.

Ce qu’on avait oublié de me dire, c’est que le rôle de l’étalon de SophiX, société de production de « films pour adultes » qu’une mère au foyer un peu coincée reprend à la mort de son mari, a été confié à un de mes chouchous de baignoire, découvert dans Clara Sheller, François Vincentelli.

François, pour ceux et celles qui l’ignorent, c’est une belle carrure (épaules larges mais pas trop, torse viril comme j’aime, pas trop fuselé, pas gros non plus), une chevelure poivre et sel très fournie, et un sourire ultra brite avec un petit air malicieux. Il excelle dans le rôle de Roy Lapoutre (Roy en hommage à son hamster, Lapoutre le nom de jeune fille de sa mère, technique bien connue pour pseudo qui dans mon cas donnerait Caramelle Lepetit – si je « françise » le nom de jeune fille de la Reine Mère), hardeur aux 3.000 partenaires à la limite du candide, grand coeur et gros engin, toujours dévoué pour le bon plaisir de ces dames.

Non mais rah quoi.

Je n’ai vu pour l’instant que la saison 1, qui est très réussie, grâce notamment à la présence assez charismatique de Roy, hardeur au grand coeur, mais aussi de toute une galerie de personnages plutôt stéréotypés, mais touchants (les acteurs analphabètes et obsédés, les actrices blasées, le metteur en scène à l’ancienne, le trav au grand coeur, la belle mère autoritaire, les ados pénibles, la mère dépassée, la meilleure copine folle de cul, …). Mine de rien, il aborde aussi la question (non résolue en grande partie à ce jour), de l’accès des femmes à une production pornographique (en tant que spectatrices j’entends, parce qu’en tant qu’actrices, ça va, elles sont bien bien sollicitées) qui soit aussi source d’excitation et de plaisir pour elles.

(Cette photo très second degré – et illustrant assez mal somme toute je vous l’accorde le puissant sex appeal de Roy Lapoutre – est assez représentative du ton de la série : guillerette, décalée et gentiment subversive, donc sans doute pas très représentative du monde du porno 2011, mais est ce que c’est vraiment important ?)

Le Charles Ingalls du porno, qu’il dit dans cet entretien (et en plus il cite « Weeds »).

« Prends moi fort au fond de la cabane » Charles Roy François.

(Oui je sais la cabane, c’est plutôt Francis, mais « prends moi fort au fond de la petite maison dans la prairie », c’était moins évocateur, je trouve.)

Une idée pour compléter celle d’Eva (youhou)

Le WE dernier, pont de Fête Nationale oblige, faut croire que la corporation des journalistes n’avait pas grand chose à se mettre sous la dent, du coup a monté en épingle la proposition d’Eva Joly concernant le 14 juillet de remplacer les défilés militaires par des défilés citoyens. L’occasion de découvrir que la campagne 2012 était bien lancée, au ras du bitume (voir le lien ci dessus).

Je ne suis pas tout à fait d’accord avec Eva. Parce que j’aime bien trop les uniformes pour me passer d’une occasion pareille de reluquer à l’oeil des gars en rangers et pantalon moule paquet. Par contre, pour faire « plus popu », on pourrait laisser une plus grande place aux pratiques de nos amis les pompiers.

Pratiques consistant à se désaper intégralement dès que l’occasion se présente, comme j’ai pu le constater lors du bal de la Madeleine (dans mon arrondissement), où j’ai retrouvé des amis et Romain Blachier, édile du dit arrondissement et bon camarade.

Je prends grand plaisir à partager quelques modestes clichés.

pomp1

pomp2

pomp3

pomp4

pomp5

pomp6

pomp7

(Oui, oui, y’a bien eu jeté de string. Comme le bouquet de la mariée oui.)

Accessoirement, grâce à l’ami Romain, ma copine vieille peau et moi on s’est pris 15 ans dans la vue, grâce à ses amitiés avec des jeunes gens, mâles et femelles NES APRES 1990 et qui boivent de l’alcool.

Ce garçon(net) était en face de moi, en train de siroter une coupe de champagne, le poitrail ouvert sur une médaille de baptème.

Moi : « c’est quoi l’année, là, sur ta médaille, je lis bien ? » (je suis très myope)

Lui : « c’est mon année de naissance »

Moi : « 1991 !?!? » (me collant le nez sur sa poitrine – chéri c’était pour un contrôle visuel)

Lui : « ben oui »

(Poum. Sasa dans les pompes.)

La vieille peau qui m’accompagnait (Karine je t’aime, 15 ans qu’on vieillit ensemble, c’est beau non ?) : « mais je passais mon BAC en 1991 ?!?! »

Du coup on a encore plus bu pour oublier.

Et on remercie, nos culottes et nous, bien fort les pompiers de la Madeleine, et leur absence totale de culotte en fin de soirée. Amen. Vive La République. Vive La France.

PS : j’en profite pour saluer le camarade du dit garçon (charmant par ailleurs, mais si jeune mon dieu, si jeune), qui m’a fait épeler mon pseudo twitter, pour s’y abonner fébrilement avec son smartphone à la pomme … avant de m’unfollower 24 h après (après m’avoir dit « mais non, je ne cours pas après les followers, d’ailleurs tu vas voir, je vais te follower, et je te demande rien en retour », AH AH AH, le jeune né après 1990 est non seulement jeune mais aussi mesquin).

Objet à vocation de distraction

Ah tiens, ça faisait longtemps non ? Ca nous changera de mes lamentations maternelles pré reprise professionnelle, et puis je me suis dit que si je vous collais encore une photo de la Dauphine – elle a 4 mois aujourd’hui, la coquine – j’allais perdre la dernière frange non maternelle de mon lectorat décimé.

Donc un mec à poil. En toute simplicité.

C’est Jo Wilfried Tsonga. Celui qui adore manger des Kinder Bueno, oui voilà.

Et il paraît que c’est pour une bonne cause (mais on s’en fout un peu nan ? oui).

Comme une envie de short rouge …

Pas pour moi, hein, j’évite la sur exposition de mes cuissots pour l’instant, et ce malgré la chaleur de four sur Lyon depuis quelques semaines. Je crois qu’il va falloir que j’arrête de manger pour 2 (mais en même temps, je nourris un bébé balèze, ça me sert de paravent depuis 3 mois 1/2).

Décidément Julien Doré, il est très bon. En plus il rend hommage à la Ford Punto.

Souvenir ému de la voiture de fonction de feu mon grand père, une Ford Scorpio, dite Le Tank, que j’ai conduit quelques années après qu’il ait lui même décidé d’arrêter de conduire (après ses 70 ans), et que j’aimais d’amour (sièges chauffants en cuir, tableau de bord en merisier, boîte auto, 18 litres de conso / 100 km, un amour de bagnole non écologique). J’ai des émotions automobiles discutables, je sais. Et encore, je vous ai pas causé de ma 1ère tuture, une Fiat Panda en carton, ni de ma préférée, une Honda Civic que des japonais prenaient en photo dans les rues tellement elle était vintage.

Voilà, c’est tout. Pour le moment.

Le comte en slip dans ta radio

Pour ceux qui ne connaissent pas le Comte de Bouderbala, voici une bonne occasion de le découvrir, en slop.

Le Comte est un humoriste spécialiste en stand up, basketteur ayant fait (et faisant toujours) une partie de sa carrière (sportive et humoristique), aux States. Son portrait dans Libé, qui m’avait impressionné à l’époque, car je trouve ça assez remarquable de pouvoir internationaliser une carrière d’humoriste, surtout entre deux pays comme la France et les US, où les ressorts du rire sont très différents.

Il passe à 9 h 15 le jeudi dans l’émission de Pascale Clarke sur France Inter, et grâce à lui j’ai compris qui était Boris Boillon, dont tout le monde diffusait la photo sur touitteur sans que je comprenne qui était ce Ken ultra épilé du torse.

(Au passage, note pour plus tard penser à nettoyer ses pages Copains d’Avant et FB avant d’accéder à de hautes responsabilités, hu hu.)


Tous en slip monsieur l’Ambassadeur !

envoyé par franceinter

Bon, petite déception tout de même, et carton rouge à Sami, car en guise de Sloggy, c’est un IMMONDE calebute bleu lavasse qu’il nous sert, et ça, c’est un peu LA faute de goût. Même à la radio.

Toujours est il qu’au milieu de ces histoires de révolutions maghrébines et moyennes orientales, se dessine une perspective assez improbable à la base, et pourtant hautement réjouissante de mon point de vue, mon Lolo Wauquiez serait pressenti pour remplacer MAM, sur un siège éjectable pour les raisons que l’on connaît. Mon Lolo Ministre des Affaires Etrangères, ça claquerait n’est il pas ?

Oui je regarde l’actu par le tout petit bout de la lorgnette, mais on est pas sur le Monde Diplo hein, et accessoirement, monopolisée par mes tâches de parturiente, je n’ai que 10% de mes déjà limitées capacités intellectuelles en ordre de marche. La faute à la tétée de 3 h.

Ma passion 2011 : les Experts

Lors de ma première grossesse, j’avais eu la chance de pouvoir suivre la Coupe du Monde de Rugby 2007, et donc de me rincer l’oeil sans vergogne, à longueur de match, et même suivre France – Géorgie pendant mes contractions (avant d’accoucher 10 heures après).

Pour la Nouvelle-Zélande j’ai un peu d’avance (ça sera en septembre prochain), mais il semblerait que je me sois trouvé un petit lot de consolation fort appréciable, et ce grâce aux Mondiaux de Handball, en ce moment en Suède.

J’ai donc découvert fort récemment la très performante équipe de France de Hand, les Experts (qui font donc suite aux Barjots). Et plusieurs de ses joueurs au physique avantageux.

Quelques illustrations ?

PAS DE PROBLEME.

Nikola Karabatic, arrière gauche. Il a son propre site, avec son propre calendrier.

Michael Guigou, ailier gauche, qui ressemble vaguement à l’Epoux.

Bertrand Gille, pivot, qui est un peu le Chabal capillaire du Hand.La belle bête.

(Soupir.)