Quelques instants(gram) de ma semaine #18

On a renoué avec un peu d’exotisme cette semaine les enfants ! (enfin, exotisme)

Lundi matin, rassurons nous, nous avons tout de même pris un TGV ….. pour Paris.

C’était l’apocalypse à Paris, des trombes d’eau, du matin au soir. Mes escarpins et moi en avons bavé gravement. Petite cerise sur le gâteau, le soir même, m’attendait à la maison le résultat de mon empressement à revenir du WE du 8 mai avec la Reine Mère > deux amendes, deux fois 49 €, deux fois un point en moins. Championne du monde, celle qui roule à 117 corrigé 111 au lieu de 110. Grrrr.

Du coup, je me dis que finalement la vie est plutôt bien faite, et heureusement que je prends plus souvent le train que la bagnole pour voyager, sinon à l’heure actuelle je n’aurais déjà plus de points DU TOUT (alors que là il m’en reste, genre 6) et que mes yeux pour pleurer (c’était sans doute le comptage que je faisais dans ma tête sur la photo ci dessous. Ca ou le bilan douloureux frange + lunettes = revival 70s mortel.)

Cette fois ci mes pérégrinations professionnelles m’ont donc mené à la cité thermale de Dax. Dax, autant te dire, de Lyon, c’est d’abord 2h pour Paris, puis 5h de TGV à petite vitesse. L’enfer ferroviaire, telle est ma destinée.

Ci dessous, c’était l’assemblée devant laquelle j’officiais (avant l’entrée des participants s’entend.)

Mais LA découverte de la journée, OH DIVINE SURPRISE, ce fut celle de ma chambre d’hôtel 3 * * * (si si).

Non, ce n’est pas Bucarest en 1978.

Mais bien le Grand Hôtel de Dax en 2012.

Youhou j’ai envie de dire.

La prochaine fois, je testerais le Splendid (ci dessous), je me le suis promis, dont le côté Art Déco m’a rappelé Miami Beach. Ahem.

Cet hôtel mis à part, la ville n’a pas vraiment d’autre point commun avec la capitale de la Floride, mais est une bourgade bien sympathique, où l’on mange de la bonne nourriture du sud ouest, roborative et arrosée. Le seul vrai point noir (en dehors de mon couvre lit à fleurs) : les moustiques, qui m’ont littéralement dévorée.

Avant mon départ, la dernière surprise que m’a réservée Dax était la salle du petit déjeuner, remplie de curistes, en claquettes plastique aux pieds, et en peignoir. Mon arrivée en escarpins et iPhone à la main fut du plus bel effet.

(En tous cas, ça m’a pas très donné envie de faire des cures. Ni de vieillir. Ni de petit-déjeuner en peignoir et claquettes plastique.)

J’ai bouclé la boucle de la semaine en repassant par Paris (vous connaissez Paris et le désert français, pour aller à Dax, j’ai du y transiter à l’aller ET au retour ….). C’était chouette de revoir enfin Paris sous le soleil.

Le WE, j’ai pu en revenir à mes activités de MILF. Je suis allée voir l’Héritier jouer au tennis sous un grand soleil et pour la 2ème fois de l’année. Le moniteur, à peine 22 ans, est très fade, pas du tout mon genre avec ses faux airs de Nadal du pauvre, du coup j’espère pouvoir inscrire sans tarder le fiston dans un club de rugby, histoire d’égayer les samedi matins.

Le constat de la semaine dernière se confirme : ils jouent de plus en plus ensemble.

En passant devant la piscine du Rhône (toujours en aussi sale état, quand on sait qu’elle doit ré-ouvrir le 8 juin, ça fait un peu peur), une petite oeuvre urbaine à base de disque vinyle.

Et en ce lundi férié / non travaillé (c’est cadeau pour financer les cures des petits vieux à Dax et ailleurs), au Parc de Gerland, un sandwich tout frais de tonton, tata et neveux.

J’en profite aussi pour faire savoir que ces charmants enfants que j’exhibe régulièrement sur ce blog seront en déficit de garde partagée en septembre prochain, suite au déménagement de notre famille actuelle. Donc si vous avez envie que votre progéniture partage sa vie avec la mienne quelques 40h par semaine, autour de la Place Jean Macé à Lyon, faites moi signe ! (notre nounou est TOP, et on aimerait vraiment continuer à la faire bosser avec nous)

(Par contre, avec moi vous aurez la paix, rapport à mon emploi du temps, vous me verrez jamais !)

Bonne semaine les vilains !