La femme est un loup pour la femme

Quand j’ai commencé à travailler et gagner ma vie pour de vrai, payer un loyer et ce qui s’en suit (me marier, faire des enfants, prendre un crédit sur 25 ans, une vraie punk, je vous le disais), un de mes premiers actes « fondateurs » de mon embourgeoisement mon engagement dans la vie d’adulte a été de m’abonner à mes revues favorites. Parce que pour moi c’est le luxe suprême de recevoir à domicile ses magazines, et que j’avais l’impression de poursuivre quelques traditions familiales. Parmi eux, deux hebdos, Télérama (mon papa) et ELLE (ma maman). Ca doit bien donc plus de 10 ans (puisque je travaille depuis 2000) que je paie toutes les semaines pour lire ELLE. Vendredi, en découvrant l’édito signé Alix Girod de l’Ain (AGA pour les intimes), j’ai décidé que ça en était fini.

Je pense que tout lecteur peut avoir des réactions épidermiques à la lecture de ELLE (c’est un euphémisme). Parce que ce magazine, qui s’affirme comme LA référence des hebdos féminins français, et ce surtout de par son ancienneté, n’est pas exemplaire, loin s’en faut. Combien de fois je me suis énervée toute seule (ou ici, devant vous) sur :

:: les articles tressant des louanges aux « rondes » (taille 40 / 42 au mieux, youhou, tu la vois ma grosse cuisse),

:: sur la publicité envahissante (parfois 70% du poids du magazine) et en LEGER décalage avec nos habitudes de consommation (non, je n’achète rien chez Mauboussin ou Dior avec une grande régularité),

:: sur les pages mode importables et improbables (ah oui tiens, très chouette ce short en lurex rose bonbon sur des plateformes shoes jaune, ça va hyper bien passer au bureau cette semaine),

:: sur le jeunisme (pas une mannequin mode ou beauté ne dépasse les 21 ans, et je suis large),

:: sur leur inextinguible passion pour Jennifer Aniston (qui fait la couv environ tous les 3 mois, à savoir dès qu’elle change de coupe de cheveux, ou de mec, l’un étant souvent corrélé à l’autre),

:: etc.

Mais au-delà de ces exaspérations à géométrie variable, ELLE restait pour moi le seul hebdo orienté femme / urbain, et je le lisais avec intérêt (pages culturelles bien faites, quelques reportages sur les femmes dans le monde, double page « c’est mon histoire » pour se taper le cul par terre, …). Dans la famille, la coutume est la suivante. Je suis abonnée, je le lis, et dans la semaine qui suit, je le passe à ma mère, qui le lit à son tour, et le transmet à ma tante, qui le lit elle aussi. Ensuite, elle le confie à un vieux monsieur qui habite son quartier …. et qui les revend sur le marché le dimanche pour arrondir ses fins de mois (c’est d’ailleurs pour cela que je me retiens d’arracher toutes les pages de pub avant de commencer à le lire). Je suis prête à compenser ce papy pour la perte de revenus qu’il va bientôt subir. Car trop c’est trop.

Alix Girod de l’Ain, c’est une des journalistes phare du magazine, au même titre que Sophie Fontanelle, censée être la caution « mère de famille débordée mais un peu déconne et gentiment barrée ». Ben là, elle a bien bien déconné, l’AGA. Dans son édito, elle revient sur le débat concernant la demande faite par le groupement Osez le féminisme de retirer des formulaires administratifs la case « Mademoiselle » (j’en parlais ici). Je ne reviens pas sur la question de savoir si la requête est prioritaire / capitale ou pas, là dessus je maintiens juste mon avis, certes il y a des combats plus cruciaux pour l’avancée des femmes, mais celui là mérite aussi d’être traité, à son niveau, et notamment symbolique. Mais comment ne pas bondir à la lecture de cet édito, en découvrant les arguments massues de AGA pour juger de l’inanité de la requête : on doit pouvoir se revendiquer une mademoiselle (= jeune / sans enfant) toute sa vie, c’est mieux pour se faire draguer et avoir du basilic à l’oeil.

Quand même.

Le second degré me dit-on dans l’oreillette sur twitter m’aurait échappé. Visiblement je ne suis pas la seule (voir chez Simone et chez Dom, ainsi que dans les commentaires sur le site, mais ELLE dans un grand élan de transparence les a supprimé). Je conviens tout à fait que je suis parfois un peu basse de plafond, mais je pratique et goûte la dérision et l’auto-dérision. Si si. Mais que ELLE, qui se veut la référence des hebdos féminins, « avoir l’oeil sur tout« , et être à la pointe de la lutte en faveur des femmes, me sorte des éditos où elle affirme que « ce qu’il faut revendiquer, c’est notre droit inaliénable à être des princesses« , comment dire …. Non. Je ne veux pas être assimilée à ces femmes là, dont la coquetterie mal placée en fait des éternelles vieilles petites filles (elles doivent être contentes Adjani et Deneuve, d’être amalgamées là dedans). Je ne suis pas une féministe poilue et revancharde non plus. Arrêtons les clichés, surtout entre nous mesdames, cela nous dessert, terriblement. « La femme est un loup pour la femme », c’est ce que disait un des commentaires de lectrice qui a été élégamment supprimé par le site ELLE.

Exiger l’égalité entre les hommes et les femmes, c’est exiger un droit à l’indifférence (au sens neutre du terme). Et de la même manière que l’administration ne peut pas distinguer un « monsieur » marié ou non, il n’y a pas de raison objective de lui permettre de distinguer la femme qui l’est ou pas. Point. Que celles qui ont besoin d’une telle béquille pour se rassurer sur leur jeunesse / capacité de séduction aillent se faire soigner.

Ou lire ELLE.

Edit : pendant que j’écrivais, Daria Marx aussi.

Commentaires, spams, trolls et buzz

Ca faisait un moment que je le guettais, il est arrivé ce matin, le 10.000ème spam rejetté par Akismet Spam, la solution installée ici depuis que je suis passée sous WordPress.

Ce matin dans mon « dashboard » (page d’accueil de l’interface quoi) :

You have 1,269 posts, 1 page, 4 drafts, contained within 6 categoriess and 558 tags. You have 7,940 total comments, 7,940 approved, 0 spam and 0 awaiting moderation.

Enfin, rendons à César ce qui est à Henri (coucou ma couille), car c’est lui qui m’a fait passer à cette solution, après 6 mois sur la plate-forme d’M6 (si si si, ça existe, et va comprendre pourquoi, le blog, inactif depuis le 1er janvier 2006, est toujours en ligne), et quelques années sous Dotclear (moi j’aimais bien).

Donc pile un an sous WordPress, et 10.000 spams. C’est vraiment l’enfer, surtout en été, je sais pas pourquoi, j’en reçois encore plus, principalement pour des produits favorisant la virilité de ces messieurs (et pour l’orgasme de madame, hein, on fait quoi ? mais ce n’est pas le sujet du jour). Ce qui nous fait quand même une moyenne de 27 spams par jour, tous ou presque identifiés et isolés par Akismet. Nice job.

Le truc qui fout les boules quand même, c’est qu’il y a moins de commentaires que de spams. 8.000 depuis le 1er janvier 2006. Ca nous fait à peu près donc, en moyenne, 6 commentaires par post (puisqu’il y en a eu 1270 ici depuis le 1er janvier 2006). Ben les gens, on est loin du blog de filles … Certes, je ne poste pas tous les jours (mais presque). Certes, je ne raconte pas des choses passionnantes (un jour, quand j’aurais le temps de me plonger dans les archives, on élira le post le plus in-intéressant de l’année. Pour le plus intéressant, pas la peine de voter, je sais que c’est ceux où on voit ma lune. Bande de pervers). Il faut dire que souvent, comme vous n’assumez pas êtes des grands timides, vous inondez ma boîte mail … pour commenter dessus des articles du blog. Aaaah le ouèbe deux point zéro a encore de beaux jours devant lui …

(Mais envoyez moi encore des mails j’adore ça : sasa.laloute chez gmail.com => j’ai quand même fait conseiller conjugale / sexuelle GRATOS pendant plusieurs mois pour certains …. Pas de souci, je suis très très discrète, et en plus on a du résultat !).

Je râle, mais je crois être une blogueuse épanouie. Mon employeur ne m’a pas (encore) découverte, je conserve mon indépendance financière et ma liberté de pensée (copyright le décoloré de Patagonie), c’est-à-dire que j’écris n’importe quoi et n’importe comment à titre complètement gracieux, je rencontre (parfois) des lecteurs avec de gros sexes forts sympathiques, même mon troll je l’aimais bien (mais je crois que c’est lui qui s’est lassé). Et je suis bien contente de n’avoir pas à répondre à trop de commentaires, je veux bien soigner ma mysanthropie mais point trop n’en faut.

Ce qui me gonfle plutôt ces temps ci, c’est l’évolution des blogs et de la blogosphère (j’aime bien faire ma vieille peau). Peu de nouveaux entrants rigolos (les dernières trouvailles, elles se comptent sur les doigts … d’un doigt, et le retour du Vinvin aux sources, bien sûr). Ca me fait penser que j’ai pas actualisé ma blogroll depuis un an … (fleeemme).

Et là pour la rentrée, une grosse saturation du Google Reader (et du Twitter) rapports aux buzz orchestrés par les agences de pub interactives. J’avais déjà poussé un coup de gueule en juin (pas ici je crois, mais en commentaire sur quelques blogs concernés), quand on s’était fait envahir en quelques jours par une foultitude de posts sponsorisés concernant un service internet de la CAF concernant la garde d’enfants. Je ne supporte pas de voir le même contenu (remix plus ou moins habile d’un dossier de presse) sur 10 / 15 / 25 blogs de mon Reader. Surtout qu’en l’occurrence, à vouloir lancer le site sur le ouèbe mondial au moment approprié (en juin, quand les familles recherchent un mode de garde pour l’année scolaire suivante), la CAF avait ommis de fournir un contenu valable sur le dit-site. Une coquille vide ça s’appelle.

Avec Twitter, ces jours-ci, ça vomit non stop du teasing massue sur un nouvel hebdo qui va sortir demain, concurrent de ELLE paraît-il, mais + jeune / + trendy / + mieux quoi (et avec Kate Moss en couverture, que c’est osé !). Moi, en tant qu’abonnée à ELLE, je me demande juste comment on va me répercuter sur mon abonnement la baisse du ELLE de 2,30 à 2 euros (la vénale).

Je traîne mes guêtres sur le ouèbe pour découvrir des univers personnels, des humeurs, des beaux garçons, du point de croix, de la vie, de la bite, du débat, du mouvement quoi (un intrus s’est glissé dans cette liste, à toi de l’identifier). Et plus j’avance, plus j’ai l’impression d’être cernée par les hommes / femmes sandwichs. C’est d’un chiant.

(Ou alors je ne lis pas les bons blogs, et dans ce cas là faites passer les liens.)

Tout ça pour dire que bien qu’étant à Paris ce WE (principalement pour aller à Rock en Seine samedi et dimanche parfaire ma culture musicale, mais pas seulement), je compte bien éviter tout mouvement moutonnier qui porterait mes pas vers … les jardins du Palais Royal (comme c’est original) si j’ai bien suivi (par contre, je veux bien croiser des gens, à Rock en Seine ou ailleurs, mailez ou twittez moi si vous le voulez).

(Sasa en train de se suicider devant son Reader.)

(Nan je déconne. Je voulais mimer un suicide républicain lors de la cérémonie de mariage de mon ami Pierre. Chouette non ? J’ai aussi refait (en coulisses hein) la photo de la Cicciolina lors des élections de 1987, avé le téton dehors et tout, mais en fait le résultat était tellement obscène que je l’ai supprimé. Je m’excuse auprès de mon beauf d’ailleurs pour l’avoir entrainé dans cette dégradation des symboles de la République.)

(En plus j’apprends que WP est la meilleure plateforme de blog pour le SEO selon Matt Cutts » je sais même pas ce que ça veut dire, mais c’est sioupeur non ?)

(Elle est toute décousue cette note. Désolée.)

Comment j’ai ENCORE failli m’énerver, et puis finalement non.

Vendredi, j’ai reçu mon ELLE de la semaine.

Déjà, petit énervement, il est mince comme un sandwich SNCF, l’été, le ELLE. Un peu paradoxal quand on est dans la période de l’année où on a logiquement un peu plus de temps à consacrer aux pages des hebdos (faut il voir une corélation entre l’ardeur au travail des journalistes et la faible présence d’annonceurs pendant l’été ? mais ce serait médire. Et ce n’est pas mon genre.)

Bon, Louise Bourgoin en couverture.

Et le titre qui me saute au visage : Tendance mode : ETRE RONDE C’EST CHIC !

Raaaah la la la.

ELLE et sa vision étriquée de la ronde, épisode 55 (les 5253 et 54 sont disponibles), que je me suis exclamée en mon fort intérieur … Je fonce donc dans les pages pour commencer à me chauffer toute seule (ma spécialité ces jours ci, vous remarquerez).

Hé bien en fait non.

Bon bien sûr, avec 18 mois de retard, ELLE découvre Beth Ditto (un lien vers l’article scanné est dispo chez Big Beauty, également citée elle-même dans l’article, ce qui répare en partie le précédent article sur les blogueuse soit disant rondes, qui portaient – omondieu – du 40/42, au pire).

Mais surtout, ils font quelques belles pages avec une vraie mannequin qui taille du 44 (le minimum pour être déclarée ronde, à mon humble avis, et je sais de quoi je parle), Crystal Renn. Très belle.

Comme quoi, à force, ça va finir par rentrer dans les moeurs, la corpulence + + +.

Il serait temps.

Sinon rien à voir, mais un « Vie de merde » spécialisé « mauvais coup » est sorti. C’est drôle la misère sexuelle (quand c’est celle des autres).

Sasa sans fard

Ce WE, y’avait 2 catégories de blogueuses.

Celles qui daubaient sur le retour cheapos de 20 ANS. Moi m’en fous, j’ai été courageuse, j’ai arrêté de le lire autour de 21 balais. C’est pas maintenant que j’en ai 31 (bordeeeel, 31) que je vais m’y remettre. Et encore moins pour y pondre des articles à 20 euros (chose qu’on ne m’a pas proposée, me direz vous).

Et celles qui scotchaient sur le dernier numéro de ELLE, sur les 8 stars sans fard. Mouééé. Sans fard peut être, mais en noir et blanc les cocottes. Et photographiées par Peter Lindbergh. Et pas au photomaton de la Place Clichy (il y a t il seulement un photomaton, place Clichy, c’est une bonne question).

Moi aussi je peux le faire hein.

Et Peter était même pas dans le salon. Juste le Mac et Photo Booth.

Avec Monica, on s’épile les sourcils tout pareil. C’est fou ce que l’on a en commun (si juste elle peut me rendre Vincent Cassel, ça serait fort urbain de sa part).

Et si je me tire les cheveux en arrière, comme Monica en pages intérieures, j’ai presque l’air d’avoir de nouveau l’âge de m’acheter 20 ANS. Et hop, la boucle est bouclée ….

Vous ferez tout de même le constat du remarquable teint que j’affiche sur ces photos, et ce grâce à 3 jours de soins au Spa Sisley de la Bastide de Gordes. Vouiiii, lusque, calme et volupté. Spa que l’Epoux a appelé le « spa suce-les » tout le WE, rapport au fait que ce petit cadeau risque apparamment de nous condamner à sucer des cailloux les trois prochains mois. C’est l’Héritier qui va encore gueuler. Aucune allusion sexuelle sous tendue en lien avec la qualité des cagoles jeunes filles du pays qui prodiguaient les soins dans ce lieu paradisiaque ….

PS : Ce que je vais dire est d’un snobisme absolu, c’est tout con, mais quand tu veux rendre un lieu classieux et que les filles y causent comme Daniel Auteuil dans « Manon des Sources« , ben ça casse un peu le mythe. Moi j’ai bien aimé, ça m’a mis à l’aise, parce que sinon, dans ces endroits, je me sens toujours comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Ou comme une trentenaire fringante au milieu de mamies emperlouzées.

J’aurais du prendre une photo, mais je vous jure que c’est vrai : y’avait un gars à la piscine, dimanche, allongé à côté de moi, il lisait le « Manuel de l’expert comptable suisse« . Et moi le tome 2 de Twilight (je ne suis qu’une merde, j’ADORE ça). Comme quoi, on est toujours le snob de quelqu’un ….

Je comprends rien à la mode.

Pourtant, c’est pas faute de m’y intéresser (ça me change de la réforme des collectivités locales, que voulez vous).

Je lis des blogs de mode.

Je suis consternée (je le suis de longue date). Elles s’habillent toutes pareil. Les mêmes marques tournent en boucle. Les mêmes looks. Du gris. Chouette un slim. Roh les low boots. Ah tiens une jupe crayon. Voici des collants de couleur. Des carreaux. Ooooh la jolie petite broche, comme Michelle Obama, trop bien.

Je suis abonnée à ELLE.

Je suis aterrée par les pages mode. C’est pas mettable. C’est hors de prix. (Mais je l’ai déjà dit par ici je crois, c’est un axiome dans mes relations controversées à ELLE.) 

Et des fois juste tu vois la couverture, tu te dis juste « m’enfin !!! » Au hasard, cette semaine.

Non mais sans blague, c’est quoi cette tenue ??? C’est pour aller au sport ? avec la ficelle du jogging qui dépasse ?

(Et je vous raconte pas les conseils pour « oser le slim cuir », parce que je pense que lorsque qu’on taille plus du 34 fillette, c’est exclu.)

Finalement, mon vrai regret, c’est qu’en France, on n’a pas Urban Outfitters.

Mais bon, comme je suis pas (si) chienne, je vous recommande deux blogs de mode qui sont tout à fait sympathiques (eux).

Walinette, parce qu’elle ne se prend pas trop au sérieux, et qu’elle essaie vraiment de créer des looks qui lui appartiennent.

Big Beauty, parce que c’est une vraie belle plante, et qu’elle ose des choses assez incroyables, elle m’épate vraiment.

(Ceci était ma contribution mode de l’année, j’espère que ça vous a plu.)

Tendance vieille conne

Des fois, je me demande si je ne suis pas en train de devenir une vieille réac. Complètement hermétique aux tendances contemporaines, notamment modesques. Alors que la fashion semaine se termine (enfin !), toutes les pouffinas blogueuses françaises nous racontent combien c’était trop bôoo les défilés : toutes ces tenues immetables, ces coiffures improbables (qui oserait porter dans la rue une coque de 60 cm de haut sur la tête, hein qui ?), tous ces mannequins exangues, au maquillage cadavérique (le nude que ça s’appelle) … Y’avait pas de raison que je ne donne pas mon avis, très qualifié, moi aussi …

Avouons le, j’ai été faible (oooh ouiii fouette moi !), je me suis ré-abonnée à ELLE. Juste pour le plaisir de pouvoir dauber sur les éditos mégalos, les articles démagos, et surtout, surtout, les pages modes surréalistes, que tu feuilletes avec des yeux ronds en te demandant, si vraiment, c’est possible, de s’habiller en intégral tartan vert et bleu (moi je pensais que c’était réservé au Prince Charles), avec un veston en lapin, et des chaussures en skai à plate-forme, tout ça pour la modique somme de 4.700 euros pour l’ensemble. A condition bien sûr de peser 45 kilos pour 1 m 75.

Pareil avec les blogs de mode de fille qui se prennent en photo avec la tête coupée et les pieds en dedans. J’en ai une bonne demi douzaine dans mon lecteur de flux, et l’effarement est là aussi souvent au rendez-vous (cf paragraphe précédent sur les émerveillements concernant la fashion week). Dans ces cas là, ce sont mes racines paysannes provinciales plouques qui remontent à la surface, sous le mode « vraiment à Paris tout est permis« .

Du coup, je ne résiste pas à la tentation de vous faire partager cette ignominie découverte, sur un blog espagnol (Chic o chuc, très à la pointe des tendances, et ça nous change des françaises). Les chaussures à talon, oui mais sans talon.

Sans déconner, c’est pas le truc le plus IGNOBLE qu’on aie vu depuis un certain temps ? Et je vous le donne en mille, c’est la reine de l’élégance et du bon goût qui les adoptées. Non pas Loana. Elle.

Le malade qui a engendré ces pompes contre nature ? Lui. Entre autres ….

Sur ce, je vais chercher des chaussures PLATES, rapport au fait que mon entorse se rétablissant lentement, j’ai eu le droit de quitter mon attelle, oui, mais pas de mettre des talons. Autant dire que le prétexte est tout trouvé pour faire une razzia grolles … (Allumons un petit cierge à Sainte Rita, patronne des causes perdues, pour que je trouve mon bonheur en 41 fillette ….).