Double (ration) de penne s’il vous plait (avec Kheiron)

Dernièrement, j’étais invitée par ma franginette, pour voir Kheiron, qui donnait son spectacle – 60 minutes avec Kheiron – au Radiant. J’y allais sans rien connaître du spectacle, et ne connaissant pas grand chose du gars depuis sa prestation monomaniaque et vaguement monosourcilesque dans « Bref » (si rappelez vous, c’est le personnage secondaire qui interroge tout le temps le héros pour savoir s’il la baaaaaaaaaaaise).

En sortant des dites (et trop courtes) 60 minutes, c’est assez difficile de résumer ou de partage l’heure passée, mais  le « concept » déployé est clairement bluffant : Kheiron s’appuie sur la salle et ses spectateurs, qu’il interpelle et questionne à tout bout de champ, et tricote un one man show interactif, drôle, plutôt caustique, mais très « tendre » j’ai trouvé. Techniquement, j’imagine que ça se travaille entre impro et quelques idées de base, mais dans l’exécution, c’était vraiment impressionnant : très rythmé, pas de baisse de régime, gros sens de la répartie et de la reprise, vraiment fou à voir.

Parmi les interactions, celles avec  les + jeunes et les + vieux du public m’ont fait hurler de rire. Entre parenthèses, j’ai envie de dire – quand même – quelle idée d’amener des enfants de 10 ans à ce type de spectacle (clairement, c’est pas de leur âge DU TOUT). Toujours est il que j’ai eu une pensée compatissante pour les géniteurs du petit gars à qui Kheiron a expliqué qu’une double péné, ça n’avait rien à voir avec reprendre des pâtes à la cantoche le midi ….

Il est vrai que j’adore l’humour orienté fesse (en dehors d’aimer la fesse elle même), mais surtout, je suis friande, de manière générale, de ces (rares) moment de vérité, quand les masques et les conventions tombent, et la vérité nue, crue et légèrement malaisante, tombe avec un grand plouf en plein milieu de l’assemblée. Ca me rappelle, il y a quelques mois,  cette histoire absolument géniale, d’une passe d’armes entre Gégé Depardiou & Rocco – 25 cm – Siffredi, et qui parle aussi d’une histoire de double peine ^^

Pour qui n’aime pas Sophia Aram (et aurait bien tort), l’histoire a été narrée, entre autres, par les Inrocks à l’époque, et en quelques mots, c’est une bête histoire de mépris, de jalousie et de lutte des classes. Depardiou, sans vergogne, se moque de Rocco qui monte les marches à Cannes, et « entache » le prestige de la manifestation par sa présence vulgaire. Rocco, sous le coup de l’humiliation, se fend d’une petite vengeance comme on les aime, bien placée (sous la ceinture), et qui remet de suite en place le vieux Gégé à sa place. Certes, il contrevient à toutes les conventions sociales (= rester discret sur l’identité des personnes avec qui l’on partouze, discrétion bourgeoisie oblige), en agitant sous le nez (certes fameux) de Depardiou sa marque de gloire, son fameux gourdin (en bon état de marche).

Bref, de double péné en double peine, j’en reviens à Kheiron, pour vous le recommander chaudement, et ci dessous vous pouvez même me chercher avec l’Epoux, 3ème rangée à droite, avé la  moustache.

?Photo "moustache" de mon bouillantissime public lyonnais du 04/03/17 :)?

A post shared by Nous Trois Ou Rien (@kheiron_) on

(et je découvre qu’il est nommé pour un Molière, big up !)