Y’en a vraiment qui foutent pas lourd …

… disais je en illustration de cette photo (ça vous manquait une photo de la Dauphine non ? promis je vais me calmer. Peut être.).

photo(7)

Les journées passent à toute vitesse (la phrase que te sortent toutes les femmes au foyer et les retraités, ah ah). Depuis hier, la Dauphine a donc un mois. C’est passé en un clin d’oeil, et à la fois j’ai l’impression qu’elle a toujours été là.

Je commence à repenser à ma vie d’après, d’après le congé maternité plus précisement, avec notamment une décision que je mûris et que j’ai du mal à prendre, celle de réduire mon temps de travail. Travailler moins pour gagner moins (la CAF n’ayant pas la prodigalité que j’avais pu imaginer dans le cadre d’un congé parental).

C’est à la fois tentant et effrayant. Tentant bien sûr, parce que du temps en plus, pour moi, les enfants, ça devrait être chouette. Effrayant parce que je suis pas sûre de totalement assumer, le temps en plus, l’improductivité vis à vis de mon employeur (mon côté bon petit soldat, on se refait pas), le fric en moins (oui parce que je travaille pour l’argent AUSSI), la répartition entre le temps pour moi (égoïste) et pour les enfants (la mère indigne qui ne s’assume pas comme telle).

C’est compliqué, voilà. Et comme j’ai pas grand chose d’autre (à part les tâches maternelles et ménagères) pour m’occuper l’esprit, ben je cogite. Beaucoup.