Je ne soutiens que des gagnants

(ou presque).

Mes rares passions sportives se voient globalement couronnées de succès. Après la Coupe du Monde de Rugby 2007 (battus en demi finale contre l’Angleterre, certes), la France l’a emportée contre les vils danois (mais de bien belles bêtes aussi parmi les joueurs) en finale de Coupe de Monde de Handball hier.

On a quand même eu chaud aux miches (j’ai frisé le déclenchement de contractions, c’est dire), puisqu’il a fallu jouer les prolongations, après une égalisation par les danois (qui avaient UN bon joueur, très chiant), dans les 30 dernières secondes de la seconde mi temps.

(Image de l’Actu en patates.)

Ce matin, sur France Inter, un journaliste signalait que l’équipe serait reçue (aujourd’hui je crois) par la Ministre des Sports. Assez étonnant quand même que lorsque n’importe quelle équipe gagne des championnats d’Europe elle soit reçue par le Président de la République, et là, pour les handballeurs, qui remportent un titre mondial dans une discipline où ils sont incontestés et incontestables de longue date, peau de balle, c’est Jouanno qui s’y colle (la keukine remplaçante de Bachelot, ancienne sportive de haut niveau, et également maîtresse du dit Président de la République, paraît il).

Mon géniteur (lui même ancien gardien de hand, qui n’en peut plus de joie), en forme dès le petit matin, a éclairé son visage d’un sourire narquois et m’a dit “tu sais, si Sarkozy ne reçoit pas les handballeurs, la raison est simple : c’est juste qu’ils sont tous de bien trop grande taille pour poser en photo avec lui.”

Pas con le paternel.

Pour découvrir quelques joueurs, voir ce Topito.

Personnellement, je vous recommande Bertrand Gille, 1 m 87 et 98 kilos (la belle masse, comme je les aime), donc la couette fort guillerette a grandement égayé le match d’hier (et les autres).

bertrand

(MIAM non ?)

Au passage, je découvre le vocabulaire choisi de Bertrand. Heureusement qu’un sportif n’est pas jugé sur sa capacité à prendre la parole hein … (enfin, moi je proposerais bien quelque chose de plus productif à Bertrand qu’une branlette. Je dis ça, je dis rien).