Les petites chaussures vertes

(Enfin, aussi petites que puissent être des salomés en taille 41 hein.)

Je les guettais depuis quelques jours, j’ai même passé outre mon aversion pour les vendeuses de chaussures en leur posant la question, comme une vieille addict (« la collection de chaussures de blogueuses, elle arrive quaaand ? »). Et bien entendu, à la date donnée, je me suis précipitée. Pas par addiction seulement, mais par atavisme : quand on chausse du 41, il faut pas attendre trop longtemps si on tient vraiment à un modèle en particulier.

Voilà, elles sont (déjà) à mes pieds, le modèle vert de Violette. (Même que j’ai hésité avec les oranges. Ma vie est passionnante. Bientôt vous allez vous croire sur un blog de fille, ça va être terrible. Promis après j’arrête.)

Elles sont belles comme je le pensais, et semblent plutôt confortables au premier essayage. Je réserve encore mon avis sur l’usage, parce que je ne sais pas si la plate-forme est très stable, mais ça a l’air.

Pour ceux qui ne lisent pas les blogs de modeuses, il s’agit donc d’une collection de chaussures lancée en collaboration entre six blogueuses et André (marque qui a revu sa gamme à la hausse depuis quelques années, en termes de standing et de qualité, mais aussi en termes de prix), à l’initiative de Walinette si j’ai bien suivi.

Tous les modèles ne sont pas à mon goût (et au passage, CARTON ROUGE aux modèles non réalisés jusqu’au 41, je comprends même pas comment ça peut être admis ce genre de ségrégation, c’est d’ailleurs comme ça que certaines marques ne me sont pas permises ou que je les boycotte, comme Minelli, dont la plupart des modèles s’arrêtent au 40). Mais celles de Violette m’ont tout de suite crié « achète moi achète moi » (oui, ce n’est pas moi qui aime les chaussures, ce sont les chaussures qui me réclament, nuance !).

Bon maintenant faut que je trouve des nippes qui vont avec.

(Je déconne, le vert émeraude, ça va avec tout nous dit Violette. Ahem.)

Mais bon, aujourd’hui, toute tentative shopping est exclue, dans la mesure où j’ai l’impression de n’être qu’un sac à alcool (1 pot de margarita, 2 mojitos, et 3 mai thai, secouez, vomissez). J’essaie juste de donner le change au boulot, mais avec ma tête de zombie et ma voix de camionneur slovaque, autant dire que je ne suis pas crédible 3 minutes.

(A toutes fins utiles, je précise que ceci n’était évidemment pas un post sponsorisé ou un placement produit. Suis pas Lady Gaga. J’ai acheté ces pompes – 139 euros quand même – avec l’argent de poche que m’accorde l’Epoux mes économies de femme active.)

(Et je sais, mon bureau, c’est le bronx, mais c’est parce que mon co-locataire est particulièrement bordélique. Moi je suis très ordonnée. Co-loc avec qui j’ai dansé sur Christophe Maé hier soir. MYTHIQUE. Dommage que j’ai pas eu l’occasion de prendre photos ou filmer, parce que pour un fan de métal indus’, c’est quand même pas classe.)

(Parce qu’on sait jamais … On regarde vers le ciel …)