Vincent Cespedes, dans mes bras !

Je l’avais dit ici il y a 18 mois (j’aime être précise), je suis tombée en amour de Vincent Cespedes. A l’époque, je l’avais écouté parler d’humour, avec pas mal d’intelligence.

Là, il vient de commettre un essai, « L’homme expliqué aux femmes » (comme je viens de terminer « La carte et le territoire« , et « Apocalypse bébé« , je pense que je vais l’acquérir de ce pas) ce qui nous donne l’occasion de le voir passer en promo dans pas mal de médias.

Au hasard, son passage sur France Inter, presque 20 minutes avec Vincent, presque pas gâchées par le crâne rasé de l’animateur au premier plan (la caméra de France Inter, elle tient plus de la ouèbecam posée dans un coin du studio qu’autre chose). C’est ça qui est beau avec la radio en 2010, tu as AUSSI l’image.


Vincent Cespedes
envoyé par franceinter. – Regardez les dernières vidéos d’actu.

(Sinon, il a eu aussi le droit à son portrait dans Libé.)

Donc le truc qui est bien, c’est que cette fois Vincent nous parle amour, sexualité, séduction. Et il est plutôt convaincant, et pas seulement grâce à ce regard acier et cette barbe éminemment virile.

Là où il gagne déjà des points, c’est en pourfendant les thèses simplistes sur la masculinité, à la Zemmour. D’ailleurs, dans l’entretien ci- dessus il dit de lui, « Zemmour, c’est le puceau fondamental » (on l’applaudit bien fort). Il a raison, pas seulement sur la qualification de Zemmour, mais sur la tendance actuelle de la société à vouloir faire de l’homme un monolithe, un phallus dressé et infaillible. Oui, je pense aussi que la pression qui pèse aujourd’hui sur vous messieurs est forte, et que l’on attend beaucoup (trop) de vous, dans une exigence de virilisme exacerbée (« l’onde de choc »). Alors que oui, vous devriez avoir le droit aussi à exercer « l’onde de charme ».

Sur sa théorie de « l’encouplement« , je le trouve assez proche d’un Pascal Bruckner. Certes, le « devoir faire couple »paraît un contre feu régressif par rapport aux courants plus libéraux des années 70′, mais je reste par ailleurs assez peu convaincue par les alternatives. Si l’on refuse l’encouplement, par peur des conformismes, de la lassitude et de la monotonie, quels sont les chemins possibles ? Innovez qu’il dit ? Oui, tant que l’on est seul oui, c’est envisageable sans trop de dommages collatéraux, mais avec des enfants ? que peut-on leur proposer qui ne soit pas un couple et qui soit stable, constructif pour eux ?

Enfin Vincent, on en débat quand tu veux …

Pfffui.

Je suis amoureuse.

Hier soir, dans « Mots croisés » sur France 2, s’est déroulé un intéressant débat sur la place et le rôle des humoristes dans le débat public et politique, débat suscité par la récente polémique (dont le Petit Nicolas s’est mélé ces derniers jours) sur la chronique de Stéphane Guillon concernant DSK. Stéphane Guillon himself, Anne Roumanoff, Eric Naullau, entre autres, étaient présents pour défendre leur rôle.

C’est là que j’ai découvert parmi les intervenants un barbu aux yeux bleus, répondant au doux nom de Vincent Cespedes. Pas moyen de trouver une jolie photo, surtout avec sa barbe sexy.

Raaaaaaah lovely. Et en plus il a pas l’air con. Peut être même qu’il pourrait remplacer Nicolas Demorand dans mon coeur (c’est dire s’il m’a plu).

(Par contre, je conseille à Roland Cayrol, qui atteint un sacré point de Godwin en moins de deux, histoire de nous plomber les débats, a prendre une retraite largement méritée.)

Si vous avez plus d’infos sur ce jeune homme, je suis preneuse (surtout que ce matin, mon co bureau essaie de me faire croire que Vincent serait du côté obscur de la force).