Où sont les hommes ?

Ce n’est pas moi qui pousse ce cri d’amour et de désespoir (car moi, j’ai signé un contrat en exclusivité avec l’Epoux, un contrat de mariage que ça s’appelle, je vous le recommande, très romantique). Mais c’est bien le lot de beaucoup (trop) de mes bonnes amies et camarades.

En effet, il semble qu’il y aie une espèce de malédiction, une fois passé un certain âge (plus de 22 ans on va dire, à la louche) et certaines situations sociales favorisant les rencontres (à savoir principalement la vie étudiante), pour les filles, la recherche de l’âme soeur devient un espèce de parcours du combattant dans un désert aride. Je ne fais pas de la statistique à la petite semaine, mais dans mon entourage, moult jeunes filles et jeunes femmes dans la fleur de l’âge sont belles et bien seules, alors que les hommes célibataires de ma connaissance, je les compte sur les doigts …. d’une main.

Alors où sont les hommes, à part dans ma virtuelle et néanmoins alléchante baignoire ?

=> A l’armée, nan, pu possible.

=> Dans les ordres, nan, de plus en plus rare.

=> En mission humanitaire au Liban, mouaif.

=> Du côté obscur de la force, tous passés dans le rang des Gays Men (j’en discutais encore ce W-E avec de leurs membres, mais quel est le secret que détiennent les hommes pour réaliser des fellations – paraît-il – meilleures que les nôtres bordel ! Un sombre argument de dimensions de machoires m’a été avancé, je n’y crois qu’à moitié). Il semblerait effectivement que l’entrée dans les moeurs de l’homosexualité favorise le passage à l’acte, et le choix d’un camp qui prive la gente féminine d’une certaine frange d’hommes (souvent + beaux, raffinés, cultivés que la moyenne, qui plus est, sniiiif).

=> Tous casés alors ? Hé bien il semblerait que ce soit l’explication la plus plausible. J’ai donc procédé à une petite vérification statistique auprès de l’INSEE (bin oui, chui consultante moi, j’adooore les chiffres). Si on prend le dernier recensement exhaustif (1999) pour la France métropolitaine, sur les tranches d’âge qui nous intéressent, les 15-29 ans et les 20-44 ans (au-delà de 44 ans, on est plus célibataire, désolée, on est vieille fille, divorcée ou veuve, c’est pas les mêmes problèmes).

Nous avons donc 12 334 720 hommes, pour, attention c’est incroyable : 12 309 818 femmes ! soit donc une égalité quasi parfaite. On ne peut donc pas accuser un deséquilibre générationnel, on n’est pas en Chine, où les hommes doivent aller chercher des femmes hors les frontières, pour cause de politique de l’enfant unique désastreuse. C’est un premier point.

Voyons ensuite l’état matrimonial. Sur la même tranche d’âge (15 à 44 ans), 33% des hommes sont mariés … contre 39% de femmes ! Par contre, 5% des femmes sont divorcées (contre 3% des hommes) et 1% veuves (contre moins de 1% chez les hommes). Bon, alors la limite de l’exercice avec l’INSEE, c’est que l’on ne connaît pas dans la tranche des célibataires la part de ceux qui sont en concubinage, hétéro ou homosexuel. Toujours est-il qu’en théorie il reste 7,8 millions d’hommes célibataires, contre 6,7 millions de femmes ….

J’ai cependant trouvé un indice statistique intéressant, la part des personnes vivant en ménage « seul ». Certes, on peut vivre seul tout en étant avec quelqu’un dans la vie, mais c’est temporaire (ou alors voué à l’échec à terme, comment ça je suis terriblement conventionnelle ?). Donc, la part des gens qui vivent seuls est de 13% chez les hommes …. contre 10% chez les femmes, pour notre même tranche d’âge. D’accord, beaucoup d’hommes (plus que les femmes), préférent rester chez leur mère (tanguy style) plutôt que de vivre seuls, mais là encore, pas d’explication à la raréfaction des hommes sur le terrain des 25 / 45 ans, cibles de mes consoeurs célibataires …

Le mystère reste donc entier, et suis prête à entendre toute explication valable. Je tiens à préciser ici que mes copines sont toutes « Jeunes et Jolies » comme dirait le magazine (et non « grosse et bouffie », comme mon père se plaisait à nommer cette feuille de chou du temps où je le suppliais de me l’acheter, en même temps que OK Podium). Toujours est-il que je fais suivre toutes les propositions motivées et argumentées (d’une photo en pied). Ouais, je sais ça existe déjà, ça s’appelle Meetic, mais ça n’a rien à voir.


Toutes mes pensées vont donc aux belles célibattantes, je leur ai préparé pour cette dernière semaine avant congés une belle série qui fait du bien aux yeux dans la baignoire. En leur souhaitant de bonnes vacances et une rentrée bien occupée !

8 réponses sur “Où sont les hommes ?”

  1. Le pire c’est qu’ils ne sont pas loin. Suffit juste de savoir les trouver. Doivent être un peu timides à mon avis. Alors forcément, coté communication, ça coince sur le premier pas.

    (la photo en pied dans le "qui suis-je?" et un tirage de portrait plus récent en date du 15/07… "Parce qu’une on sait qu’ c’est d’ la triche") 😉

  2. ben aude, y ‘en avait plein dans la série "y’a un apollon des blés (1) a (4)", excellente série parue la semaine dernière sur le présent blog

  3. arghhhh… iciiiiii [grands gestes]. Bon ok, jsuis pas dans la tranche… mais bon. Et au fait depuis quand vous cherchez des + cultivés + rafinés + etc ? Tous mes potes qui font les beauf sont maqués. Il doit bien y avoir une raison… Bref. Pour la photo… bah regardez le lien, mes ça commence à bien dater. (PS : non je ne suis pas gay !)

  4. Effectivement, sur les 4 participants des blés, 1 seul de célibataire.

    Fanch, c’est intéressant ce que tu énonces là, tu penses que la beaufferie a + de succès que le raffinement auprès des femmes ?
    Faudrait en débattre, moi perso j’ai hérité d’un spécimen très rare, il est à la fois complètement beauf, et a des côtés très raffinés.
    Par contre, sorry, ton site m’est prohibé depuis le boulot (doit y’avoir plein de photos de fesses, c’est du propre !

  5. Tudieu, c’est en effet assez rafiné. Quand à mon (vieux) blog, c’est bizare qu’il soit interdit, aucune paire de demi-lune à l’horizon… mais bon, il ne vaut pas trop le coup. Donc la décision est prise, dès que je m’assume, je fais une belle photo de moi, et je te l’envoie. Si t’as quelques décénies …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.