Bonjour, c’est pour déposer une main courante

Je crois qu’ils vont déposer plainte, c’est inévitable. Plus d’une semaine que ça dure pour eux. C’est une nouvelle forme d’esclavage, j’en ai bien conscience. Mais que faire d’autre ?

Une semaine que l’Epoux est parti explorer le pays des geishas. Oh, je suis contente pour lui, il avait besoin de ces vacances. Et moi les geishas je suis pas fan, et je suis pas vraiment « en état » comme ils disent, de faire de gros trajets en avion. Mais boooordel, je ne contrôle plus mes hormones. Elles vivent une vie indépendante de la mienne. Fort exigeante d’ailleurs comme vie. Faut gérer les priorités.

Alors forcément, fallait que ça retombe sur quelqu’un. Sur eux, là, au fond du placard de la salle de bain, Rocco 1 et 2, deux de mes petits chéris vibrants. Mais ils en peuvent plus. Ils m’ont laissé tomber. Je les ai poussé à bout. Z’ont même plus de piles.

Ils vont porter plainte, c’est sûr ….

Sasa vue à la tévé

Pour ceux qui ont rien à faire un vendredi soir, ce dont je doute fort (y’a que des pauvres filles en cloque comme moi pour s’endormir comme une grosse bouse à 22 h 15 au fond de leur canapé), vous pouvez regarder une émission culturelle de qualité, « Esprits Libres« , animée par Guillaume Durand sur France 2. Et je dis pas ça parce que je suis dedans, vous comprendrez en regardant, vu que je pose une micro question au cours de l’émission, qui plus est à laquelle mon interlocutrice a répondu (de mon point de vue) à côté.

Donc ce n’est pas vraiment glorieux d’un strict point de vue télévisuel pour ma pomme, puisque comme d’habitude j’ai loozé, mais par contre le sujet mérite le détour et que l’on s’y arrête, le nouveau féminisme. Sans compter qu’en plus la co animatrice m’a présentée comme une chienne de garde, ce que j’assume avoir été, mais ne suis plus depuis plusieurs années. Sur le plateau du débat (en 2de partie), étaient invités plusieurs auteurs qui avaient une actualité :

:: Régine Deforges et Laure Adler, pour le canal historique du féminisme (2 anciennes du MLF, encore bien gaillardes), et j’ai été heureuse de leur présence pour défendre les acquis et conquêtes féministes, qu’on a tendance de mon point de vue à passer un peu vite à la trappe. Laure Adler est définitivement mon idole, et je lui décerne la phrase du moment : « la ménopause n’est pas un souci pour les femmes, moi je suis en plein dedans, et je pète la forme ! »

:: Eliette Abécassis, qui a écrit « le Corset invisible« , que j’ai lu pour l’occasion, et à qui j’avais plusieurs questions à poser, dans la mesure où je suis loin de partager sa vision de la femme moderne. En quelques mots, elle considère que le féminisme a déconstruit et masculinisé la femme, sans la reconstruire. En conséquence de quoi, même si la femme a gagné aujourd’hui « le droit » de travailler, avoir une vie sociale, politique et publique, elle continue d’être opressée par un « corset invisible », puisque non seulement elle doit continuer d’assumer la majorité des tâches privées (éducation des enfants, tenue du foyer, etc.), mais elle reste sous le joug d’impératifs sociétaux inconciliables : garder la ligne, l’éternelle jeunesse, être mère épanouie et amante accomplie, bref, un quadrature du cercle intenable. Certes, une partie de ce constat est vrai, même si quelque peu dramatisé et victimatoire.

Un, je n’ai pas compris que ce soit le féminisme qui soit mis au banc des accusés, comme s’il y avait un passif à assumer. Au contraire, je considère que le féminisme est loin d’avoir achevé sa révolution, et que des avancées restent à conquérir. Le féminisme a encore une raison d’exister.

Deux, ce qu’il faut ne pas oublier dans ce constat, c’est l’homme. A ce jour, la question a été abordée d’un ton plaintif ou haineux par certains (Zemmour, Soral), humoristique par d’autres(Abiker), mais pas par les femmes et les féministes. Et là, je considère que c’est aux femmes d’aider les hommes à se repositionner, à trouver leur place dans les rapports hommes / femmes. Et notamment d’éduquer mieux les garçons. D’où ma question abordée sous l’angle de la pornographie comme « déviance » dans l’éducation sexuelle des garçons. Car dans son bouquin, Abécassis (comme Zemmour d’ailleurs, ce qui est un comble) émet la théorie que si les hommes recourent dès leur plus jeune âge à la pornographie, c’est pour y retrouver les rapports de domination ancestraux dont ils sont privés par les nouvelles moeurs (tirer la femme par les cheveux au fond de la caverne pour la prendre en levrette …). Ben voyons ! Et là, vraiment, je suis pas d’accord (je parle pas de la levrette, hein, qu’on s’entende bien, ça je suis fervente pratiquante). Heureusement, y’avait Welzer-Lang.

:: Daniel Welzer-Lang est un sociologue de l’Université de Toulouse, qui travaille sur la sexualité des couples, entre autres, la violence masculine, etc. Il est d’origine lyonnaise, et a commis pas mal de travaux peu connus du grand public mais remarquables dans leur genre, notamment sur ….. l’échangisme (et il faut le savoir, Lyon est une ville particulièrement bien dotée en la matière, c’est même le 1er loisir marchand). Là il venait pour son dernier essai « Utopies conjugales« , où justement, il aborde cette difficulté du « vivre ensemble » pour les hommes et les femmes. C’est lui qui a rebondi au cours du débat sur ma question, pour re-dire qu’il était important de prendre en considération ces hommes qui sont « perdus » (et dont les féministes, c’est vrai, ont tendance à se moquer, genre « pauvre chou, après des siècles de domination, tu peux bien souffrir un peu », Laure Adler s’est d’ailleurs bien gausée du psy et de Tesson, qui arguaient dans ce sens). Là-dessus, est intervenue en contre-point une journaliste de Libé, qui justement a traité de cette question de la dite perte de repères des hommes.

:: Cécile Daumas, c’est elle, a publié « Qui a peur du 2ème sexe ? ». Je n’ai pas eu l’occasion de le lire celui là, mais je compte bien le faire, puisqu’elle m’a confirmé après l’émission qu’elle formulait des réponses et alternatives aux discours machos et / ou misérabilistes des Zemmour et autre Soral en m(â)l(e) de rapports classiques de domination homme / femme. Elle a rebouclé la boucle en fin de discussion.

Bref, tout ça pour dire que le débat était intéressant / de qualité, et je vous invite à le visionner (et pas seulement pour me voir faire la plante verte au milieu du très chic décor de l’émission) même si j’ai trouvé Abécassis un peu faible en termes d’argumentation par rapport aux autres intervenants, mais n’est pas polémiste de plateau qui veut (même pas moi, et pourtant, j’en avais des trucs à dire). Mais c’est sans doute aussi une question de point de vue et d’opinion, de la même manière que j’ai trouvé Ségolène bien pugnace et à la hauteur face au lutin …

Petit plus qui ne gâche rien, la production de l’émission, visible de mon côté en les personnes de Stéphanie & Clémence, est bien organisée, et te permet de participer dans de bonnes conditions, même si au final tu passes 4 heures sur un plateau au fin fond de la Plaine Saint Denis, pour 1 minute d’intervention. C’est toujours une bonne occasion de bouquiner sur des sujets de fond, et d’assister / participer à des échanges de bon niveau. Si jamais vous êtes intéressés par le concept, envoyez moi un mot, je ferais passer.

Edit : qui a attendu 00 h 59 pour entendre ma bafouille ? (qu’a été coupée ! mais ils ont aussi coupé l’intro sur les chiennes de garde du coup). Bazar, mon haut était un peu transparent on dirait. Je déteste m’entendre parler. Je vas me coucher, je vous laisse avec Rolf Le Penis, Lepenies pardon …. (pour une émission qui débat sur le féminisme, c’est balèze d’interroger un mec qui a un nom pareil). Bonne nuit les petits !

Vincent Perez, la tête sur le billot

Je suis tombée amoureuse de Vincent Perez en 1994, j’avais 16 ans. C’était dans « la Reine Margot« , de Chéreau, avec Isabelle Adjani dans le rôle titre. Tout était grandiose dans ce film. Les décors, les costumes, la musique (de Goran Bregovic, je l’écoute souvent), les personnages, l’histoire, ces amours vénéneuses et tourmentées. J’ai encore gravé en mémoire (alors que je ne l’ai plus vu depuis) la scène finale, quand Mathilde tient la tête de son amant décapité sur ses genoux. Je m’y voyais déjà (t’inquiète chéri, c’est une licence poétique).

Depuis lors, je le suis à la trace le p’tit Perez. Et je vais de déconvenue en déconfiture. Il accumule daubes et merdes, sans vergogne. Ce soir, je suis atterée, on a touché le fond. Je savais que TF1 nous proposait une nouvelle série policière, à l’américaine, « Paris Enquêtes Criminelles« . Bien évidemment, entendant que Vincent Perez faisait partie du casting, je me suis précipitée. Sur TF1 …. Quelle conne. Alors, Vincent, il a beau faire, y’a rien à faire. Les enquêtes à la française, par rapport aux bulldozers américains, c’est un peu comparer la qualité de conduite d’un Fiat Panda à celle d’une Ford Scorpio (je sais, c’est un peu iconoclaste comme comparaison, mais ce sont deux voitures que j’ai eu, je sais de quoi je parle au moins ….).

Qui sauvra Vincent Perez de cette descente aux enfers cinématographique ? Moi en attendant, je l’accueille dans ma baignoire, à bras ouverts.

Ma 1ère ambition ministèrielle : placer la France au sommet de la lutte pour l’allaitement

Chère s concitoyennes, chers concitoyens,

Comme vous le savez, j’ai accepté hier le poste de Ministre de la Santé, des Solidarités et des Nichons dans le nouveau gouvernement formé par Vinvin. Bien que dans la foulée Monsieur le Premier ministre et DJ de l’Elysée, Hervé Resse, ait émis une proposition fort intéressante concernant les dotations mammaires des françaises, je pense que la priorité pour la France, c’est de redonner du souffle, de la grandeur à notre belle nation. Pour ce faire, car je ne suis pas seulement Ministre, mais je suis aussi une future mère, j’ai décidé de déclarer l’allaitement Grande Cause Nationale pour mon Ministère en 2007.

Pour ce faire, je vous propose de prendre l’exemple sur les Philippines (information reprise ici, un blog de qualité). Dans ce beau pays, pas moins de 3.869 paires de seins ont été exhibées en même temps aux, dans le but d’établir un record du monde. A cette occasion, 3.869 femmes qui sont venues allaiter leur enfant en même temps pour inciter les femmes philippines à donner le sein à leurs enfants et renoncer au lait en poudre. Selon l’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, les bébés nourris au lait en poudre ont 25% de chances de mourir de diarrhée que ceux nourris au sein.

Le Livre Guinness des records doit encore homologuer la performance, mais les organisateurs ont souligné que le nombre de femmes impliquées dépassait celui de 3.738 réunies l’an dernier à Manille dans le même but. Ce record avait lui-même largement dépassé celui de 1.135 participantes le 3 août 2002 à Berkeley, dans l’Etat américain de Californie.

Dans les semaines qui viennent, je m’atellerai donc à cette tâche d’envergure, atteindre les 4.000 paires de seins exhibées fièrement par 4.000 femmes françaises allaitantes. Il en va de la grandeur de la France.

Une image : « La liberté guidant le peuple »

Un slogan : le sein, c’est sain !

Mammairement vôtre, Sasa.

On dira que je suis partisane …

…. et c’est vrai. Mais franchement, elle a été bonne. Vraiment. Bravo louloute.

Sur la qualité du duel, je reprendrai la conclusion de David Abiker : « Demain, chacun dira que le débat n’a été gagné par personne. Que chacun a fait ce q’uil avait à faire. Faux. Elle a fait mieux que d’habitude et il a fait moins bien. Bizarrement elle est faite pour discourir à deux et il est fait pour dialoguer seul. Dans un débat, ce n’est pas à son avantage. »

Hééé oui. Mais bon, il reste que dimanche, ça va être tendu comme un string, je le sais.

Ouaaaaaaaaaah, chuis Ministre !!

C’est évidemment avec grande joie que j’apprends ce matin même ma nomination au Gouvernement de Monsieur le Président Vinvin.

Ce poste de Ministre de la Santé, des Solidarités et des Nichons me siera comme un gant MAPA à une ménagère de moins de 50 ans, je n’en doute pas. Bien que j’avoue l’idée de proposer derechef la création d’une Délégation aux Hommes Velus et Tous Nus me titille un peu, pour de strictes questions de parité, dans la mesure où il existe un Ministère des Femmes à Poil que Mr Wawarama a obtenu.

Quand je pense que dans quelques heures à peine je dois intervenir à la tévé dans un débat sur le néo-féminisme ….

Je vous laisse, faut que j’appelle ma mère pour la prévenir.

La p’tite araignée qu’est toute grignette(*)

Non mais sérieux, faut arrêter les conneries. Déjà, ça me pompe l’air que 80% de l’offre cinématographique se compose de grosses daubes américaines, pour lesquelles ils sentent obligés de nous servir des suites. Mais là, stooop. On en est au 3ème opus. Toujours est-il, Tobey Maguire, il est aussi crédible en Spiderman que moi en Lady Di.

Allez, sur le paillasson Tobey, on veut des mecs, des vrais.

(*) : se dit pour une personne peu étoffée physiquement, taillée comme une ablette, comme une biscotte quoi …