Plus un poil de sec sur la scène du Pavillon Baltard

Plusieurs personnes se sont émues que je ne me sois pas plus répandue sur l’élimination de mon chouchou, Pierre, lors du dernier prime de la Nouvelle Star. En fait, même si j’avais plutôt pronostiqué le départ de Julie, qui chante toujours (enfin plutôt parle de manière rythmée) de la même manière, je savais que Pierre n’allait pas faire long feu. Pas assez de personnalité, trop propre sur lui (si au moins il avait fait son coming out), trop gentillet dans les interprétations.

Pour être franche, on s’ennuie ferme depuis quelques épisodes à Baltard. Julien est loin devant (un peu comme l’année dernière Christophe la Tortue), même si Marianne James essaie de le cornaquer un peu, histoire d’entretenir un suspense auquel plus personne ne croit. Derrière, c’est mignon, mais c’est tout lisse (un peu comme Pierre finalement). Tigane est plutôt pas mal, c’est vrai, et joli garçon, mais c’est pas le futur Seal non plus. Quant à Gaetane, j’ai toujours eu envie de lui claquer le beignet, avec ses frisettes et ses yeux de hareng saur. Et donc Julie, malgré sa coupe d’iroquoise, ne réveille pas grand chose en moi.

Sauf pendant le duo avec Julien sur « Etienne Etienne » de Guesch Patti. J’avoue.

Personnellement, je suis particulièrement sensible à cette chanson, qui correspond à mes premiers émois d’ado pré pubère (mais pourquoi elle se frotte avec tant d’énergie sur la chaise la dame … ?). Et visiblement, sur la scène, j’en connais une qui a vraiment vécu le truc de l’intérieur. Veinarde va !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.