Le jour où j’ai découvert qu’on pouvait s’appeller Gérard et être une bombe sexuelle

Il y a quelques mois, sortait 300, adaptation apparamment ultra violente d’une BD que j’ai essayé de lire, et qui m’était tombée des mains. Pourtant, on m’avait conseillé le film, notamment pour me repaître de jolis messieurs bien roulés ET en jupettes, les spartes. Quelque part, je n’avais pas été complètement lésée, puisque j’avais mon sparte de poche, AKA l’Epoux, qui lui était allé le voir le dit film, et m’avait braillé pendant des semaines aux oreilles « This is Spaaaartaaaa« . Du pur bohneur.

Jusqu’au jour où j’ai découvert Gérard. Très exactement Gerard (sans accent, c’est un écossais) Butler, qui joue le roi Léonidas dans le dit film. Bave bave bave. Pour moi, jusqu’à présent, Gérard c’était un prénom de beauf à bedaine, moustachu, buvant des Ricard bien tassés en regardant passer la caravane du Tour de France. J’en suis toute chose là ….

Un film de plus à rajouter à la liste de ceux que je veux voir pendant mon congé maternité.

5 réponses sur “Le jour où j’ai découvert qu’on pouvait s’appeller Gérard et être une bombe sexuelle”

  1. Roooh excuse Tatiana, comment j’ai pu oublier !!
    Mais avoue que c’est l’exception qui confirme la règle.

  2. euh.."Un film de plus à rajouter à la liste de ceux que je veux voir pendant mon congé maternité."
    …bah si ton gosse se met, très précisément à l’age de 7 ans à arracher des têtes en crachant des "this is spaarta!" a tue-tête, tu sauras d’où sa vient..;-)
    bonne continuation!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.