Mon Chabal de poche

Hé oui, fallait que ça arrive, à force de baver sur de musculeux et roboratifs messieurs, ben j’en ai pondu un moi-même … Le modèle de poche pour l’instant, 4 kilos 180 pour 51 centimètres. Gaspard. On est prié de s’extasier devant la perfectitude et l’absolue beauté de cet enfant (même si moi aussi, je lui trouve une suprenante ressemblance avec Robert de Niro dans Ragging Bull).

Alors tout d’abord, mes plates excuses pour cette lamentable séance de live-blogging du match France – Georgie, que j’ai quand même réussi à regarder jusqu’au bout. Mais les contractions + le PC + les essais de Dominici toutes les trois minutes (comme les contractions entre 13 et 16 heures tiens, un lien de cause à effet ?), c’était trop pour une seule femme.

Ensuite, je vous épargnerai le récit trashouille des quelques heures qui ont précédé l’arrivée d’Elvis (va falloir que je m’y fasse tiens) de Gaspard. Mais bon, c’est par pour me faire plaindre, mais à sortir, les 4 kilos de barbaque, quand sa mère la péridurale elle fonctionne pas bien (« vous avez appuyé sur la pompe ? » / « je la tiens entre mes dents la pompe, connaaaasse« ), qu’on veut éviter les forceps (« poussez madame, alleeez, je vois sa tête là, elle vous gêne, il faut encore pousser« ), tout en restant digne, ben c’est pas facile.

Pour le coup, j’ai pas été digne du tout, j’ai même franchement honte. J’ai hurlé comme un goret (et demandez à ceux qui me connaissent, j’ai la voix puissante) pendant la dernière phase, et je salue le professionnalisme et le flegme des sages-femmes, auprès des quelles je me suis platement excusée de leur avoir fait perdre un décibel d’audition. Bien que ces dames, disons le tout de même, sont un peu rosses. Un peu à te prendre pour une comédienne (comme si c’était mon style, tiens). Genre, tu es en train de te faire recoudre, et tu sens l’aiguille, ET LE FIL, passer. Tu les en informe poliment (« maaaaaaaaaaal, ça fait très très maaaaaaaal« ). Et elle te demande, benoîtement, « mais c’est une gêne ou une douleur, que vous sentez ? ». Gnurf.

Big up à l’Epoux, bien évidemment, qui est resté à mes côtés tout ce temps (et qui a dont perdu 2 décibels d’audition, ainsi que trois doigts, broyés par ma main droite en détresse), apaisant et aimant (et pourtant, je me doute qu’il n’est pas facile de voir l’être aimé se transformer en harpie rougeaude et gueularde pendant 6 longues heures). Quand je pense que les sages-femmes qui me recousaient l’ont invité à venir regarder le boulot « regardez monsieur, y’a pas eu trop de déchirures, là, on fait deux points et c’est tout« . Non mais sans blague, elles y pensent à mon image de sex-symbol (et à ma vie sexuelle d’après) auprès de mon mec, ces artistes de l’aiguille ?

Enfin, c’est promis, je ne m’étalerais pas ici sur les joies (et elles sont nombreuses, si si si) de la maternité. Je pense qu’au contraire cet espace sera salutaire pour créer une alternance minimale entre mes longues séances de mère débutante et ma vie de fêeemme. Parce que ne nous mentons pas, ça gatouille sévère. A titre d’illustration, cette après-midi, je me suis marrée comme une baleine parce que mon fiston bien aimé, que je venais de nourrir (je vous ai pas dit, mais j’ai des nichons MAOUSSES, c’est la folie), en pleine séance de change, m’a d’abord pissé dessus, puis une fois changé, chié dans sa couche neuve. L’empaffé. Franchement si c’est pas retords un môme … Ben alors que ma cruauté naturelle aurait du me pousser à beugler et à le laisser dans sa marinade, ben je l’ai rechangé, tout en le couvrant de baisers. Je ne suis plus qu’une merde mère comme les autres.

Merci à tous et toutes pour vos gentils messages et attentions, ça m’a toute émue de revenir à la maison et d’y trouver toutes ces marques d’intérêt, voire d’affection. Je m’arrête là sur ce chapitre, parce que compte tenu du bouleversement hormonal qui m’habite, j’ai la larme plus que facile. Et puis que c’est pas tout ça, on a une coupe du monde à gagner …

Allez, une petite dernière pour la route : je suis assez fière de cette petite tenue (qu’il va porter 2 semaines, mais c’est pas grave). Oué je sais, on dirait un troll, c’est d’un ridicule achevé. J’attendrais qu’il aie 16 ans pour lui montrer la photo (de préférence devant sa petit amie, hé hé hé) et qu’il me poursuive pour maltraitance sur enfant ;D

Edit : qu’il soit rendu ici un salut spécial aux pachas et pachattes, ils se reconnaîtront, qui nous ont fait une jolie surprise dans le carnet de ce jour de Libé. L’Epoux et moi nous avons pleuré à chaudes larmes. C’est les hormones on va dire …