Ma journée de la glande

Le 23 octobre, c’était la journée de la glande. J’aurais bien voulu y participer de manière plus active, si je puis dire, mais il semblerait que le concept soit pas vraiment super raccord avec la fonction de jeune mère. Toutefois, je tiens à vous faire part de ma « journée de la glande » à moi.

03 h 00 (hé oui, c’est déjà le 23 octobre, même à trois heures du mat) : l’Héritier braille. L’Héritier doit avoir faim. Bon pronostic, me dis-je alors qu’il s’accroche à mon sein gauche comme si sa vie en dépendait (ouiiii, je sais, sa vie en dépend, ça va, on peut rire un peu nan).

03 h 20 : l’Héritier s’est endormi sur mon sein. A ma droite, l’Epoux ronfle aussi. C’est beau, une chambre la nuit. Mais on s’emmerde un peu. Pas moyen de lui faire enfourner le sein droit (à l’Héritier). Je le recouche, il dort comme une souche. Alors que je suis parfaitement réveillée.

05 h 00 : Raaah, c’est con, ça faisait bien une demi heure que j’avais retrouvé le sommeil. Mais l’Héritier a décidé d’attaquer le sein droit. L’Epoux ne bronche pas. C’est beau une chambre au crépuscule (en fait je me permets ici une petit licence poétique, parce qu’en cette saison, à cinq heure, il fait encore nuit noire).

05 h 35 : Je me suis endormie pendant que l’Héritier tétait. Lui aussi s’est endormi d’ailleurs. Je le recouche, j’écoute sa respiration rendue rauque par un nez bouché, je l’appelle le Marcassin depuis deux jours. Dans la couche conjugale, l’Epoux ne bronche pas.

08 h 00 : Ce petit est réglé comme une horloge. Un vrai ventre sur pattes, avec une pxxxx d’horloge interne. Mais ce flemmard rend encore les armes au bout d’un sein. L’Epoux prend le relais pour le bain, le change et le nettoyage des sinus. J’ai le temps de prendre mon petit déjeuner.

09 h 00 : Après l’avoir fait jouer dans son transat, on arrive à le coucher. Pour une heure ….

10 h 15 : Et un nichon qui court, un !

10 h 45 : Je le couche. Pendant que l’Epoux va faire des courses, je réussis à me doucher, m’habiller, relever mes mails, consulter mon agrégateur, écrire un post. Tout ce temps libre, pfuiiii !

12 h : L’Héritier a fait un cauchemard, ou une petite colique. Il hurle à la mort. Je le prends contre moi, il se love sur ma poitrine, les jambes recroquevillées, comme dans mon ventre, je lui masse le dos doucement. Au bout d’une demi heure, j’arrive à le recoucher, profondément endormi. Les principaux participants à la journée de la glande, ce sont les nourissons de ce pays, c’est moi qui vous le certifie 🙂

12 h 45, puis 13 h 15 : Je trouve ça étrange qu’il dorme aussi longtemps. Je rentre dans sa chambre pour vérifier s’il dort bien, s’il respire, s’il ne s’est pas étouffé dans un vomi. Je le regarde sourire aux anges dans son sommeil. Je peux passer des heures à le regarder dormir, c’est terrible.

13 h 45 : Aaaaaah il se réveille, 3 heures de sommeil ou presque, c’est énorme ! Je lui donne le sein. Le gauche, je commence toujours par le gauche.

14 h 15 : Il fait mine de s’endormir sur le sein (pour changer), je vais le changer. Histoire de bien le réveiller pour le deuxième sein. En guise de représailles, l’Héritier me pisse dessus, juste quand j’ai fini de le nettoyer. Les enfants sont retors ….

14 h 45 : Il finit par s’endormir sur le sein droit (le 2ème). Je me dis qu’il y en a bien pour deux ou trois heures.

15 h 00 : Nous déjeunons à notre tour, il est bien 15 heures.

15 h 30 : Je participe enfin activement à cette journée de la glande. J’écris ce post en fait.

16 h 00 : Soyons fous, allons explorer le vaste monde avec l’Héritier. Vingt minutes de préparation du matériel indispensable : mes nichons bien empaquetés, du change, des couches, des lingettes de secours, la nacelle et la poussette, la cape de pluie de la poussette au cas où, la turbulette d’extérieur, la couverture, le bonnet, les moufles si nécessaire. On est parés.

16 h 30 : Après une désincarcération difficile de l’ascenseur (z’ont jamais eu d’enfants en bas âge les concepteurs d’ascenseurs, mais c’est également le cas des architectes, des fabricants de bus / métros / trottoirs / entrées de magasins), on est partis. On passe au magasin de puériculture chercher un de ses cadeaux (merci tata Juju), puis dans une papeterie pour les faire-part de naissance (la norme pour les envoyer, c’est 2 mois non ? nan ? tant pis). Ooooh un magasin de pompes ! Pour adultes. Ah ben non, il est presque 18 heures, faudrait pas qu’Attila demande sa pâture pendant que j’essaie des grolles, en égoïste. Bah, tant pis, on repart, de toutes manières y’a que des low boots pourites (oui, on se console comme on peut).

18 h 20 : J’ai à peine une demi-fesse dans le fauteuil que 1/ le téléphone sonne 2/ l’Héritier réclame à bouffer (ah ah ah, mon instinct de mère ne m’a pas trompé !). Je réussis à répondre tout en dégainant le sein et sans lâcher l’Héritier. Quel talent (mais moi aussi, comme dans les pubs d’opérateurs téléphoniques, j’aurais bien l’usage d’un troisième bras). C’est pour mon annonce de recherche de garde partagée (oué parce que l’Héritier, si je peux m’en débarasser ASAP, cé good). Yeeees. La maman a l’air tout aussi psychorigide que moi, y’a moyen que ça matche. Elle vit à moins de 10 minutes à pied de la maison, et SURTOUT elle a déjà une nounou dont elle est satisfaite. Je fais mon possible pour ne pas lui montrer que je suis au bord de l’orgasme ….

20 h 30 : Dingue, il a fini de bouffer y’a à peine une heure, mais on est repartis pour un tour. Pourtant on était parés pour une séance glande d’au moins deux heures : l’Epoux avait préparé à manger, et on avait lancé le DVD de « Un jour sans fin » (toute ressemblance avec ma vie actuelle n’est pas à exclure). Cékiki va manger froid ???

22 h 30 : Gnuuuurf. L’Héritier se réveille à nouveau, avec force cris stridents. Damned, on est à 5 minutes de la fin du film. L’a faim ? Je le pose sur ma poitrine, pour le test dit de Parkinson (appellation non homologuée par le corps médical). Effectivement, il balance sa tête d’avant en arrière (hé, appellez pas la DASS, je la retiens sa tête) comme un furieux, en ouvrant la bouche en cul de poule. Test de Parkinson confirmé. Tournée générale de nichons, yeeepi.

23 h 30 : Deux seins, un rot et un assoupissement bienheureux sur le deuxième sein plus tard, on couche l’Héritier. Avant d’en faire de même. Parce que le 24 octobre, à 03 h 30 très précisement, on aura le droit à un nouveau réveil matutinal. Mais on est plus dans la journée de la glande … DEBOUT l’Epoux.

11 réponses sur “Ma journée de la glande”

  1. Bravo pour ton blog, enfin une mère qui ne parle pas que des plus beaux yeux de son fils / des ressemblance avec la famille / de la perfection incarnée. On se doute (celles qui n’ont pas encore d’héritier) que c’est une sacrée organisation, et un grand chamboulement mais là, je reste sur les fesses quand même !

  2. Bravo pour ton blog, enfin une mère qui ne parle pas que des plus beaux yeux de son fils / des ressemblance avec la famille / de la perfection incarnée. On se doute (celles qui n’ont pas encore d’héritier) que c’est une sacrée organisation, et un grand chamboulement mais là, je reste sur les fesses quand même !

  3. Hum. Le crépuscule, c’est lorsque le soleil s’est couché et que la nuit tombe. Quand il va se lever et que le jour arrive, c’est l’aube.

  4. Wahhh… c’est sûr que mis à part pour l’héritier la journée de la glande chez toi n’avait rien d’une journée de la glande… Qui a dit que maman n’était pas un boulot à plein temps?
    En ce qui me concerne je pense bien avoir joué le jeu pour la journée de la glande ! J’étais en formation, dans une salle bien chaude, avec des fauteuils bien confortables… Je ne saurais jamais vous dire la moitié de ce dont parlait la dite formation mais en tous cas j’ai bien dormi… ^^
    bonne journée !

  5. @ codornew : je te confirme tout de même que mon fiiils, c’est le + beau ;D

    @ maitre : au temps pour moi !

    @ isidora : je t’en prie, je t’en prie, exploite moi

    @ lilou : pourquoi tu crois que les mères sont généralement RAVIES de reprendre le taff ? pour pouvoir enfin glander !

  6. Ça me rappelle des souvenirs (le rythme effrené, pas les nichons, j’en ai pas). Bon courage et conseil peut-être un peu décalé, profite ! Parce que ça passe super vite…

  7. aaaah c’est donc pour ça qu’il faut chercher les places en crèche dès l’annonce de la grossesse…. pour vite le confier à quelqu’un d’autre et enfin se reposer… ah ben tout s’explique ! 🙂

  8. oui, ça me rappelle terriblement des trucs tout ça … tout ce qu’on imagine même pas avant d’être plongé dans le monde sidérant de la petite enfance …
    aussi, je ne dirai rien sur la vie avec un enfant de deux ans, réclamant encore beaucoup d’attention, et une petite fille nouvelle-née, dont chaque change nécéssitait une heure de soin, pour cause d’éczéma. Je dirais juste: pour le second, ne cochez pas la case " eczéma", la journée de la glande en patirait à coup sûr !!!
    ( moi je m’en fous, j’m’en suis sorti !)

  9. haaa excellent le post. quelle dure journee de glande n’empeche … pfiuuuuu ! moi qui pleure par envie d’avoir un ptiot, des fois me dis que je suis bien tranquille sans ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.