Bilan de chouille post partum*

(* Partum, c’est lié à la parturie, l’accouchement, rien à voir avec une partouze.)

Comme disait l’ami Georges (Marchais), le bilan est globalement positif. Ma soirée Super Héros (en Morticia Adams pour moi) s’est bien passée, enfin super bien jusqu’à une heure du matin. Après plus compliqué.

J’ai réussi à danser avec mes 10 centimètres de talons, et à socialiser avec mes frères humains (et ce sans être sous l’emprise de la boisson, ce qui est assez remarquable pour une grande timide comme moi).

J’ai réussi à ne pas penser à l’Héritier toutes les 10 minutes (tous les quart d’heure on va dire), tout en essayant de ne pas en faire mon principal sujet de conversation (ce qui est assez difficile somme toute quand on est à la maison avec une usine à caca et à vomi avec son enfant bien aimée pendant deux mois). Surtout que j’ai tout de même constaté que les personnes autour de 25 ans sont moyennement sensibles aux problématiques des jeunes parents …

Deux points noirs à souligner : l’ambiance enfumée (je n’ai vraiment plus l’habitude, et j’ai eu l’impression de fumer deux paquets de Gitane dans la soirée) et … mes seins. A une heure du matin, c’est simple, ils étaient au bord de l’explosion, pleins à craquer. C’était visible à l’oeil nu (mon décolleté s’approfondissait au fil de la soirée), y’en a qui ont rien manqué du spectacle. Y’en a même un qui a remarqué qu’un était plus gros que l’autre, et m’en a gentillement informé. Du coup, assez rapidement, on a du regagner nos pénates, pour me permettre d’évacuer le trop plein. C’était bien la première fois que j’étais impatiente de me faire traire les seins par la satanée machine que j’ai loué à la pharmacie à prix d’or.

Par contre, pour la grasse matinée, je me suis contentée d’un réveil à 8 h 40 (incroyable les transformations qu’opérent en vous la maternité, z’avez même plus envie de dormir jusqu’à 13 heures comme une grosse bouse comateuse). Ensuite j’ai résisté encore une heure avant d’appeller ma mère, pour savoir comment s’était passée la nuit avec l’Héritier. Comme de bien entendu, il a passé une très bonne nuit, ce bel enfant, aucune différence par rapport à quand il est chez lui. Quand on dit que le sevrage, c’est plus pour la mère que pour l’enfant ….

(A gauche avec moi, ma soeur / à droite le grand schtroumpf, qu’avait plus son bonnet.)

Prochaine étape de ma re-socialisation : la chouille avec murge !

3 réponses sur “Bilan de chouille post partum*”

  1. Et ben, toutes mes félicitations !
    Moi j’ai pas pu laisser la mienne d’enfant (et juste une soirée et une nuit) avant qu’elle ait soufflé sa première bougie.

  2. viens minette à paris … pour te mettre sur le toit … allléééééééééééééé fé pas ta timiiiiiiiide !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.