A star iz borne

Qu’il est beau mon fiiiiiils !!

Vi, d’accoooord, il faut aussi compter sur le talent de la photographe en chef, La Lène, et de son gros engin magique.

Quelques unes sont ici. A poil sur une peau de bête, comme sa mère en son temps … ;D (croisons les doigts maintenant pour qu’il ne me poursuive pas en justice lors de ses 16 ans pour atteinte à son image).

Faisceau d’indices

Il est des signes qui ne trompent pas. Je suis de retour au taff. Dans ma revue de presse, j’apprends la nomination d’un certain Jérôme de Maupeou d’Ableiges au poste de directeur général des services de l’entente interdépartementale de démoustication atlantique*. Si si si, ça existe. Ca doit claquer sur un CV ça (en sus de prendre 3 lignes). Titulaire d’une MST en aménagement du territoire et développement local le monsieur. Jolie faute de frappe. J’ose espérer que ce n’est pas contagieux comme une chlamydia … Boooon, au moins ça m’a fait rire 3 minutes …

SORTEZ MOI DE LA !

* Page 84 de la Gazette des Communes du 5 novembre 2007. Pour les dubitatifs.

Tomber dans le commun … ou pas

Finalement, je m’en rends compte, la nudité s’est gravement banalisée. Et quand un phénomène devient banal, on tombe vite dans le commun, puis dans la vulgarité. Un peu comme les blogs. Alors ceux qui se foutent à poil sur les blogs (hé hé hé) …

Mais bon, ne boudons pas notre plaisir, y’a du coup souvent matière à se rincer l’oeil (voire les deux, yeux). Alors coup sur coup, j’apprends qu’après les Dieux du Stade, on vient d’hériter des Dieux du Web (tous les blogs de geeks s’en font l’écho). Par contre sont pas tous forcément bandants, mais couillus au moins.

Et puis sinon, plus gay-friendly dans la conception, on a les Princes du Bled, avec des ex-candidats de tévé réalité. Bof bof bof, quand je parlais de vulgarité. Mais paraît-il que c’est pour une cause humanitaire …

Finalement, le plus malin, c’est celui qui a su passer à l’étape d’après. Chabal. La chanson. Enfin le lip-dub, pour commencer. Enhaurme (matez la taille des doigts de pied ….).

La vidéo merdoie alors allez donc plutôt la regarder là bas.

Délectation de la délation

Mon quartier (Jean Macé pour les locaux) abrite un nombre impressionnant de petits bars crasseux, hors d’âge, survivances de sa population ouvrière (parce que maintenant, à 3.000 euros du m²*, ça se bobo-ifie grave par ici, je sais de quoi je parle). Je me suis toujours promis d’y faire un safari photo (c’est pas aussi dépaysant que le Kenya, mais moins dangereux semble t il), immortaliser devantures ringardes, comptoirs et tables de bar en formica antédéluviens auxquels s’accoudent des retraités amorphes et jaunis, clopant mollement de la main gauche, la main droite étant quasiment soudée à une p’tite mousse qu’ils descendent lentement. Ces gars, tu sens qu’ils sont pas là pour se retourner la tête. Non juste fumer tranquillement et tailler la bavette avec les copains, loin des yeux de bobonne. C’est beau de vieillir …

Il y en a à tous les coins de rue de ces refuges à retraités dépités, mais y’a jamais plus de trois consommateurs en même temps, faudrait pas que ça devienne trop bruyant. Je me suis toujours demandé comment tous ces bistrots ne faisaient pas banqueroute, avec le peu de fréquentation qu’ils ont. Avec l’interdiction complète de fumer dans les lieux publics, je crains cependant que leur arrêt de mort ne soit signé pour de bon. A la radio, je ne sais pas ce qu’il leur prend, ils diffusent dans tous les journaux des reportages rassis, pour nous raconter combien l’interdiction est bien entrée en vigueur, et comment tout le monde se tient bien à carreau derrière et devant les comptoirs. Comme si notre peuple d’indiciplinés avait besoin d’exemplarité pour ne pas déraper d’entrée de jeu … Personnellement, en tant qu’ancienne fumeuse aigrie, je prendrais un malin plaisir à dénoncer le premier non respect du décret, rien que pour le sport et voir si effectivement des sanctions sont prises. Oui, c’est vrai je suis un peu revancharde …

Cette photo n’a rien de contractuelle. Je l’ai prise au Café Brunet à Annecy, sympathique et authentique bistrot tenu par un ami (et jusqu’à cet été, y travaillait le serveur hétéro le plus sexy que je connaisse mais il est exilé en Sibérie depuis, c’est trop dommage). Je précise encore qu’accoudé au comptoir, c’est pas un des retraités dont je causais, mais l’Epoux, qui s’accoude avec beaucoup de distinction je trouve, et c’est bien naturel, l’Epoux est classe par essence.

* Toi le parisien qui lit ce blog, ne t’étonnes pas. Non, il n’y a pas de faute de frappe. Oui 3.000 euros du m² c’est cher pour nous, les provinciaux.

Dans un prochain post, je te raconterai comment la nounou toute neuve qu’on vient d’embaucher, avec 13 ans d’expérience, met les bodys de l’Héritier à l’envers. Comme quoi, pour confier son enfant, faut une bonne part de confiance et de détachement distancié. Pas facile quand il s’agit de SON bébé. Mais je saurais être forte et courageuse. Oui oui oui, je peux le faire.

Numbers

1er janvier 2008.

En 2008, le 12 avril, j’aurais 30 ans.

Ce blog a 2 ans. Plus de 800 notes (quelle pisse copie). Plus de 4.300 commentaires (bande de feignasses).

L’Héritier a 3 mois. Il pèse 6,870 kilos pour 61 centimètres.

Des kilos, à moi, il m’en reste au moins 5, à perdre. Je ne rentre pas dans tous mes pantalons. J’ai envie de changer toute ma garde robe (et si j’allais lire des blogs de fille, pour me documenter sur les meilleurs choix à faire ;D).

Je reprends le taff demain, après 5 mois d’arrêt. A 8 h 30, la nounou arrive.

Je suis d’une humeur de dogue. La perspective de reprendre le boulot. Celle de laisser l’Héritier entre des mains inconnues, loin de mes yeux et de mes bras, 10 heures (minimum) par jour. Un jour, faudra que je raconte comment je suis devenue louve, comme ça, d’un jour à l’autre, à l’insu de mon plein gré. L’Epoux encaisse ma mauvaise humeur, il est bien courageux (pour le meilleur et pour le pire, on avait dit, ben voilà, on y est). Je sais, moi aussi, je vais survivre, je suis pas la première ni la dernière à qui ça arrive, de devenir une mère-louve, alors qu’on avait juré ses grands dieux, que non, on ne mangerait pas de ce pain là …

Allez, on s’embrasse quand même hein … LA BONNE ANNéE LES CHéRIS !

Edit de 17 h 48 : j’apprends sur le blog de Matoo que 2008 sera l’année de la bite. Aaaah enfin une bonne nouvelle pour la nouvelle année 😀