Mon Parrain chez les Mexicains, épisode 2

Résumé des épisodes précédents : après une arrivée mouvementée, el Padrino entame son installation chez ses nouveaux amis les mexicains.

Episode 2 – La casa de las cucarachas

Buenas tardes !

J’ai enfin reçu mes valises (note de l’Editeur – il est étrange que l’on aie eu que peu d’informations sur ce que le Padrino a mis sur son derrière pendant ces quelques jours. A titre personnel et en tant que Frangine, je le soupçonne fortement d’avoir fait une première razzia dans des boutiques de sapes locales). La belle valise delsey rouge de la Reine Mère a pris un coup dans l’aile et les douaniers ont fouillé tous mes médicaments (doliprane, allergie) et ont tout foutu en vrac. Devaient chercher de la drogue…

Je ne comprends toujours rien en cours , mais ça va tout de même un peu mieux, je suis surement le plus nul des étudiants étrangers. J’assume le front haut ce statut, tout le monde me traduit tout et tout le temps.

Gros point noir, la maison que nous ont refilé les étudiants de l’année dernière est vraiment pourrie. Pas d’eau chaude , un dégât des eaux dans une chambre, de l’humidité, des factures impayées. Nous avons donc pris la décision d’en chercher une autre. On attend la réponse d’une belle maison à côté, vraiment propre et neuve. Sinon, mes colocatrices se portent bien, tout comme notre personnel de maison : femme de ménage , jardinier et le gardien (note de l’Editeur – voici des facilités de personnel qui ne vont pas améliorer la tendance « baobab dans la main » du Padrino, c’est la Reine Mère qui va être contente. Et je ne parle pas de l’exploitation des autochtones par les petits blancs européens). C’est la belle vie, je mange pour deux euros, boit pour pas beaucoup plus cher.

J’ai aussi fait la rencontre d’habitants qui peuplent les sols locaux . LAS CUCARACHAS !!!!! HAAAAAAA !!!! Horrible , des bêtes grosses comme des cafards d’Algérie (note de l’Editeur – j’ai beaucoup de mal à vous faire partager cette référence familiale très particulière remontant aux étés passés dans la maison familiale à Alger, mais en bref, ça signifie que las cucarachas sont des méga gros monstres, je le crois sur parole), ultra rapides et qui vous attaquent dans votre lit sur des airs de cuaracha !! Ultra flippant ces bêtes, je vais dès ce soir à Wall Mart me choper des armes pour me défendre ainsi que ma maison !

Pues, à l’école , nous côtoyons la jeunesse dorée de Léon : hier, on m’a ramené chez moi en Hummer ! Avouons le, ce lift de luxe a été permis grâce au concours de mes colocatrices qui ont beaucoup de succès. Le vieux coup de la femme blanche est toujours d actualité (note de l’Editeur – et je ne doute pas que le Padrino soit disposé à en faire la traite pour pas cher). Autre bonne nouvelle , il y a des cours de tennis (note de l’Editeur – nous sommes de fiers pratiquants de ce sport). Trois fois deux heures par semaine, avec un pote français qui est 15/4 : je suis heureux de pouvoir pratiquer du sport et de plus à cette altitude, et espère pouvoir mettre une branlée à mes partenaires favoris (Tonio & Papa).

Ce week end , on devait partir vers Acapulco mais nada, il faut déjà trouver une nouvelle maison, donc au programme : recherche immobilière, booling, tacos y tortes con cerveza !!

Soit dit en passant, la ville est vraiment moche : c’est plein de centre commerciaux, de grosses voitures américaines, on se croirait vraiment aux states. Heureusement la montagne est belle et les gens très accueillant ( note de l’Editeur – il faudra vérifier dans les semaines à venir que le sens de l’accueil n’est pas proportionnel à la taille de ton portefeuille, Padrino).

A suivre ….

Une réponse sur “Mon Parrain chez les Mexicains, épisode 2”

  1. j’ai fait le même genre d’échanges Erasmus à mexico city il y a 10 ans, je sens que je vais adorer les histoires du parrain. Surtout, s’il dit qu’il va à l’université et qu’il joue au tennis, ne le crois pas : il est surement en train de vagabonder dans le sud du pays, à boire du mezcal et fumer de la drogue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.