Une (vod)kapone siouplé !

(Fouettez moi pour ce jeu de mots pourri !)

J’ai découvert le jeune (très jeune ?) Jérémy Kapone dans le film qui nous a été présenté comme « la Boum » du XXIème siècle, « LOL« . Un très bon film de dimanche soir pluvieux.

L’est charmant non le Jérémy ? Siiiiiiii. Il me rappelle Gaspard Ulliel, et j’aime beaucoup Gaspard Ulliel. D’ailleurs, c’est un très joli prénom Gaspard …  (par rapport à ce prénom pourri de M. Kapone).

Ravissement béat devant tant de chair fraîche mis à part, il va bien falloir se l’avouer, je suis hélas plus proche de la génération Vic que de la génération Lol (sachant que moi aussi j’aimerais beaucoup bien vieillir comme Sophie Marceau, et montrer mes seins fermes au Festival de Cannes, et me taper Jocelyn Quivrin). Parce que perso je ne me suis jamais fait des plans cul sur le ouèbe, ni niqué dans les toilettes du lycée, ni tchaté des heures sur MSN avec mes keupines sur mon Mac. Par contre des séjours tous pourris en famille d’accueil en Angleterre, ça j’ai donné, et le film réserve quelques moments pas tristes à cet égard (spéciale dédicace à Kek « c’est un peu le monospace de l’angoisse là« ).

(Je trouve que les bracelets, ça érotise un max les bras des garçons. Non ?)

En tous cas, je ne peux que regretter que « de mon temps » les garçons ne ressemblent PAS DU TOUT à ceux que l’on voit dans le film. Point de vue dégaine et coupe de cheveux, on était très très loin de la haïpe, je vous le garantis. Tu me diras, du côté des gonzesses, on était loin d’être des minis clones made in Comptoir des Cotonniers, maquillées avec bon goût et juste un petit bandeau tout joli dans les cheveux sur un dégradé impeccable. Je note aussi l’absence totale d’acné, ce qui ma foi me paraît assez peu probable, compte tenu du poids de la junk food dans nos alimentations actuelles.

A part ça, le film est plutôt réussi dans le genre comédie de moeurs sur nos amis les adolescents, les personnages sont attachants (même si ultra stéréotypés), les personnages adultes bien brossés, et les dialogues bien troussés.

Finalement, quand on était ado, on détestait y être (je parle pour moi), rapport à l’acné, aux pulsions sexuelles non assouvies (qu’est ce que j’ai pu me masturber au lycée !), à l’absence de ressources financières autonomes (et je claque tout mon argent de poche pour un jean Cimarron si je veux !), et puis finalement, 15 ans après, on regarde ça comme un espèce de paradis perdu de l’insouciance et de la déconne.

Comme quoi parfois on a la mémoire courte.

3 réponses sur “Une (vod)kapone siouplé !”

  1. j’ai aussi envie d’ajouter… »DEPERFITE GROSSE TEPU »! comment ça c’est pas un prénom?

  2. « qu’est ce que j’ai pu me masturber au lycée » parceque t’as arrêté ? sinon vu LOL avec ma fille 13a qui part en Angleterre comme l’héroine du film…t’imagines mon état…t’as raison c’est vrai qu’on a la mémoire courte..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.