Baiseurs & jouisseurs.

Petit liminaire (comme un préliminaire, mais en pas drôle)

Cet article, que j’ai mis plusieurs jours semaines à cogiter, est ici au départ d’une conversation (d’ivrognes) sur ces filles qui couchent le premier soir (les vilaines). A quoi s’est rattaché ensuite un débat concernant une interview de Michel Onfray dans Playboy (vous regarderez les archives d’août). Et puis j’ai interrogé, discuté, échangé avec pas mal de monde (intimes, lecteurs, …), pour avoir des opinions différentes, et arriver à consolider une analyse un peu consensuelle. Dans l’idéal (si j’étais journaliste par exemple), je vous aurais rajouté des témoignages pour appuyer ma démonstration, mais pas le temps, pas le temps.

Pour autant, tout cela n’est évidemment pas à prendre au pied de la lettre. Je ne suis ni sociologue (la seule que j’aie étudié, c’est la sociologie politique, avec Denis Barbet, autant dire qu’il n’a pas beaucoup contribué à mon éducation sentimentale, à mon grand regret), ni sexologue (toute ma formation est complètement empirique), ni philosophe (ça se saurait), et tout ce que j’ai cherché à faire, c’est avoir des clefs de compréhension des différentes parties (autant dire qu’au passage, tout de même, on s’est bien marrés).

Je ne traite pas l’universalité, et je suis bien certaine qu’on pourra m’apporter 100 contre-exemples à ce que je vais énoncer. Tant mieux et tant pis. Moi en tous cas, j’ai eu le sentiment d’avancer. « C’est déjà ça », comme dirait ce grand philosophe, Alain S.

Hommes en chasse versus femmes en quête d’un foyer …

Le questionnement de départ, c’est le même qui sous-tend en partie celui d’ouvrages comme « Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus » (une daube que j’ai essayé de lire cette été, laissez tomber et continuez plutôt de venir en discuter ici). A savoir qu’intrinsèquement (par nature et / ou par culture), les hommes et les femmes ne pensent pas pareil, ne vivent pas pareil, ne mettent pas la même intentionnalité dans leurs actes, n’ont pas les mêmes objectifs vitaux. Bien évidemment, s’agissant de l’acte qui fonde un rapprochement entre deux personnes majeures et consentantes (une bonne séance de sexe), les points de vue divergent (et comme disait Desprogres, 10 verges, c’est énorme).

Donc Michel Onfray disait (c’est plus classieux que la conversation à 5 h du matin après la douzaine de Jet 27 vodka), à propos du passage à l’acte :

“Les hommes … ont simplement envie d’honorer le vieille tradition du chasseur qui tue son gibier, qui couche rapidement. L’homme est un chasseur qui désire mettre un trophée de plus dans sa chambre à coucher… Je pense qu’il y a un destin hormonal très différent chez l’homme et chez la femme. Quand un homme a couché avec une femme, c’est fini… Quand une femme a couché avec un homme tout commence…”

Je trouve ça donc un peu court comme raisonnement (même si de toutes manières, qui connaît Onfray sait que sa pensée est un tout petit peu plus construite et argumentée). Mais la description des hommes comme « chasseurs » me paraît juste. Un homme séduit, cherche à mettre une femme dans son lit, pour la conquête, la « prise de guerre », j’en suis bien certaine. Onfray considère (dans l’entretien qu’il livre) que les femmes sont plus complexes, fines, subtiles et finalement plus « humaines » que les hommes. Que notre destin physiologque est différent, qu’on ne peut pas (nous les femmes) donner notre corps sans donner notre âme. La logique du pénétrant (l’homme) et du pénétré (la femme). Il pousse la démonstration à la caricature, en affirmant que pour la femme le passage à l’acte est forcément un commencement, parce qu’en fait elle veut être épousée, fonder un foyer, pondre des schtroumpfs, etc.

C’est surtout là que je m’inscris en faux. Nous ne sommes plus au XIXème siècle (ni même au début du XXème). Je pense que les hommes ont autant envie que les femmes de fonder un foyer. Cela reste le meilleur remède à la solitude (pour qui la vit mal) et l’hostilité de ce vaste monde (pour qui ne croit pas très fort en Dieu). Même s’il est vrai que généralement l’homme envisage de se mettre en couple plus tard, avec moins de phantasmes sur la forme (ça c’est culturel), et une contrainte biologique largement plus faible (ça c’est naturel). Vous noterez bien que je préfère ne pas traiter du sentiment amoureux, ça nous compliquerait encore l’équation.

Il est donc un axiome qu’il faut prendre en considération (je l’ai validé avec un panel représentatif) : la femme moderne sait entrer dans une relation intime avec un homme sans vouloir en faire systématiquement son mari (et la première raison, c’est qu’elle maîtrise sa fertilité, et ce n’est pas le moindre des avantages). Et pourquoi pas, dès le premier soir de la rencontre, si les conditions s’y prêtent.

La confusion des sentiments

Lors d’un échange sur le sujet, un de mes lecteurs a fait référence à l’adage « une femme a besoin d’aimer pour faire l’amour alors qu’un homme a besoin de faire l’amour pour aimer ». Là encore, taratata. On n’en est plus là. En tous cas, pas en France en 2009. Comme je le disais plus haut, mettons l’amour de côté.

Par contre, ce qui fait la différence dans l’approche sexuelle entre l’homme et la femme, c’est le désir. Pour faire court, la femme est amoureuse du désir. Pas l’homme.

Que je m’explique.

Dans son approche « pré coïtale » (et je pense que c’est ce qu’expliquait Onfray au sujet de la plus grande « humanité » ou complexité des femmes), la femme éprouve son pouvoir de séduction. Elle a besoin de savoir qu’elle plaît, qu’elle suscite le désir (on a pas dit l’amour, mais ça peut être le cas bien évidemment), et elle aime aussi séduire, entrer en interaction. Alors que pour un homme, le principal moteur, bien souvent, n’est pas le souhait de plaire ou de se prouver qu’il plaît, mais celui d’assouvir une pulsion sexuelle. Ce qui ne signifie pas que la femme n’a pas de pulsion sexuelle. Et que certaines femmes ne cherchent pas à coucher parfois pour assouvir cette pulsion.

Pour faire court, le passage à l’acte chez la femme naît de l’échange, pas de l’envie de consommer l’acte sexuel dans l’absolu. Pourquoi : parce qu’une pulsion sexuelle, elle n’est jamais mieux satisfaite … que par soi même (et oui, ça peut être vrai pour un homme). Alors qu’un homme, certaines catégories d’hommes (car j’entends déjà les grands cris de ces messieurs), vont parfois rechercher un rapport sexuel, mais sans intérêt particulier vis à vis du partenaire. Bien entendu, ils choissiront si possible  quelqu’un qui se rapproche de leurs goûts. Mais pas toujours. Car ce qui compte, ce n’est pas qu’elle plaise. C’est qu’elle dise « oui ».

On y est, les baiseurs et les jouisseurs.

Baiseurs et jouisseurs

Alors une typologie, surtout quand elle est binaire, ça comporte des limites, je suis bien d’accord. Mais en même temps, il faut bien se donner des repères.`

Un baiseur, c’est un chasseur, au sens où l’entend Onfray. Point. Ce qui l’intéresse, c’est de scorer comme disent les sportifs, car il a une pulsion à assouvir. Ca ne l’empêche pas d’être parfois un bon amant et / ou un séducteur habile (question de technique). Mais une fois qu’il estime avoir fait la preuve de sa valeur (je bande dur, je jouis et parfois je fais jouir), il va passer à la conquête suivante. Vous ou une autre, vous puis une autre, c’est pas grave.

Un jouisseur, c’est un chasseur « haut de gamme ». Lui aussi à une pulsion à assouvir, mais pas seulement. Il désire les femmes, une sorte, plusieurs, mais en tous cas il n’est pas limité par la seule motivation de satisfaire sa pulsion sexuelle. Ce qui ne l’empêche pas d’être aussi un chasseur, et de se trouver dans l’accumulation.

Alors on pourra me rétorquer qu’il existe des baiseuses. Sans doute, et sans doute de plus en plus (faut bien que l’espèce s’adapte).

De l’intérêt de débusquer un jouisseur (même pour une nuit)

Ca coule de source, mais ça fait jamais mal de le dire. Le jouisseur s’intéresse, est motivé par votre plaisir. Et pas seulement par le sien. Et puisque l’on parlait de la complexité de la femme et du désir féminin, il n’y a rien qui rende meilleure amante qu’une femme qui se sent désirée (et pas aimée, j’insiste, même si c’est forcément plus grisant).

Le meilleur exemple du jouisseur donné par mes petites camarades (et que je partage) ? L’artiste. Pourquoi est ce qu’universellement, les artistes (peintres, poètes, musiciens, photographes, écrivains), ont ce pouvoir érogène sur la gente féminine ? Simplement parce qu’ils expriment leur désir, leur goût très matériel et puissant pour les femmes, au travers de leurs oeuvres. Et c’est ainsi que des hommes communément admis comme peu attirants ont mis quantité de femmes dans leur lit : parce qu’ils étaient capable de prouver aux femmes qu’elles les séduisaient.

Quand on arrête de tourner autour du pot, voilà ce qui peut faire hésiter une femme à coucher le premier soir : le risque de n’être que le moyen pour l’homme de soulager une tension. Est-ce que l’homme désire coucher, ou s’il désire coucher AVEC NOUS ?

Une femme aura toujours le choix de coucher, et de coucher le premier soir ou pas (sinon, ça s’appelle un viol, et c’est puni par la loi). Elle le fera généralement quand l’étincelle du désir sera présente, mais aussi parce que c’est une figure imposée, incontournable. Celle où tu te dévoiles, tu montres qui tu es intimement / crûment, comment tu vis ton corps et ton rapport à l’autre, ton degré d’ouverture (je suce ou pas, non pas comme ça, non pas par là, bla bla bla).

Mais il reste une vérité fondamentale (et là je rejoins Onfray, les hommes et les femmes, c’est pas pareil !!) il est très difficile pour une fille de s’accomplir et de jouir pleinement lors d’un premier rendez-vous (là aussi, j’ai mon panel, c’est quasiment scientifique, et même ces messieurs le pensent souvent, trop de pression la première fois). Et ça, le jouisseur le sait, et c’est pour ça qu’au mieux il ne se satisfera pas non plus de la première nuit, au pire il fera de son mieux pour ne pas laisser l’impression (fort détestable), que sa partenaire remplissait le rôle peu reluisant de poupée (gonflante) à fonction masturbatoire.

En guise de conclusion

La morale de l’histoire est sans doute un peu déceptive. La femme veut bien coucher, mais il faut que ce soit par quelqu’un qui ait vraiment envie d’elle, et pas juste de tirer son coup (ça vallait bien la peine d’en pondre 140 lignes).

Et pour donner la parole à un homme, je citerais Alexandre Lacroix, qui dans « De la supériorité des femmes » (il a tout compris :))

« Je me souviens de ce que j’ai éprouvé la première fois que j’ai fait l’amour avec une femme. Je me suis dit : c’est extraordinaire, il y a un lieu dans le monde fait pour moi. »

(je trouve ça très beau).

Edit : un post de CSP en « résonance ». Ici.

19 réponses sur “Baiseurs & jouisseurs.”

  1. C’est toujours un plaisir de te lire, je te rejoins sur la valeur de Mars/Venus et sur certains aspects de ton sujet, mais du coup se pose la question « et les autres ? » et là je ne vois que de réponses possibles :
    quels autres ?
    Les autres hommes … sont des femmes qui s’ignorent ?

    Et en extension du dernier point, quid des chasseresses ?

  2. Ai p’t’être pô tout compris (il est 4h du mat) mais j’suis d’accord avec toi…alors jouisseur oui! mais piètre baiseur… et si tu veux plus d’info afin élargir ton panel call me…

  3. Je suis bien d’accord sur Mars/Vénus (je crois ne pas avoir atteint la 10ème page quand j’ai essayé) et sur le pouvoir érogène des artistes surtout quand ils atteignent la quarantaine (mais cela reste un avis personnel).

    Très belle citation d’A. Lacroix, effectivement c’est beau.

  4. Et la tendresse, bordel ?
    Faire l’amour par gentillesse, dans le but de faire plaisir à la personne avec laquelle on se sent bien, et pas forcément pour se vider les c… Ça existe aussi !
    J’aurais tendance à plaindre ceux qui ne connaissent pas ça…

  5. Belle réflexion, ma foi !
    Et à mon sens, assez juste… pour ma part, catégorie « jouisseur » pour une seule femme, la mienne…

  6. C’est fou comme il y a toujours beaucoup de jouisseurs auto proclamés et combien on semble en trouver peu sur le « marché » … (mode provoc on)

    @ duke : des chasseresses, des baiseuses, on en trouve bien sur. Et ce sont des vilaines aussi.

    @ boultan : oui mais encore ?

  7. Attends, je pensais déjà avoir de quoi m’offusquer tranquille mais je viens de lire une apologie du « faire l’amour par gentillesse », je vais me droguer et le reviens

  8. ch’comprends plus rien moa …. le chasseur il couche avec quel animal ? mais vivant l’animal ?

  9. Faire l’amour par gentillesse ?! Ouh la, je détesterais qu’on me fasse l’amour par gentillesse…le début de la fin !

  10. Grâce à toi et à l’ami wikipédia, je viens de découvrir qu’on pouvait écrire « phantasme » et « fantasme » et que la signification n’est pas tout à fait la même.
    Mais le savais-tu?

    Pour le reste de ton article, je suis d’accord sur beaucoup de points et surtout sur le fait que nous ne sommes plus au XIXème!

  11. @papet croûton : par gentillesse ? eurk, c’est presque lui faire l’aumône.
    Tu aurais parlé d’échange de tendresse, ça aurait pu passer 🙂
    @sasa : la proportion de jouisseur est variable, si certains baiseurs ne sont que cela, beaucoup de jouisseurs ne le sont pas 100% du temps. Ca dépend aussi du point de vue, un jouisseur maladroit ne sera-t-il pas trop vite classé dans la catégorie des baiseurs indélicats ? 😉
    Et puis une femme qui trouve un jouisseur voudra le garder, ce qui explique la proportion plus faible de jouisseurs encore en liberté 🙂

  12. Mouais.
    Tu y crois vraiment à cette typologie ?
    Et sinon le monsieur de la dame (toi), tu le mets où ?
    (La réponse est forcémment un peu sans intérêt).

    Moi je préfère l’analyse marxiste du truc; en matière de cul, il y a les riches et les pauvres. Les comportements découlent principalement de ça. On pourrait tous être classé en fonction d’une échelle de séduction, d’un pouvoir d’achat sexuel. Il y a des classes sexuelles (d’ailleurs y a t il une différence entre classe sociale et classe sexuelle ?).

    Après le rapport au cul en découle. Les pauvres, les fous, les aliénés les abonnés à meetic et autres blogueurs utilisent la baise rapide comme recours, qu’ils soient filles ou garçons. C’est toujours ça de pris.
    Les riches eux (dans les cas parfaits, mais est on parfaitement riche?) n’en ont rien à battre de cette discussion. Ils ne draguent pas, ils ne désirent pas, ils ont. Ils ont le choix surtout, et par lassitude à l’égard du sexe, préfère les joies de la famille, de l’amour ou de je ne sais quoi d’autre. Mais il y a très peu de riches…et tellement d’amoureux…étrange…

    Et les artistes sont des pauvres qui adoptent des techniques de jouisseurs pour rendre les filles malheureuses. Onfray par exemple. Ou les guitaristes. Les idoles quoi.

    Ce qui est intéressant dans tout ça, ce sont tous ces gens qui n’ont pas ce qu’ils veulent, Onfray encore par exemple… Je suis sur qu’il y a des couples de « baiseurs » qui fonctionnent très bien et longtemps.

    Et puis moi, dans mon entourage, pour tous les beaux couples, les grandes histoires, il y a toujours eu baise le premier soir… voir limite avant même. La nature ne se trompe pas, et ne perd pas de temps. La culture par contre fait souvent dire ou faire des conneries; mais elle rapporte des sous. Des lecteurs à défaut.

    Ah le fantasme de l’écrivain (ou de la lectrice)…
    Du californication pur jus si j’ose dire.

    Nan, le vrai critère, c’est la tune.
    Duchovny sans sa bagnole, la série elle marchait pas.

    La force, la puissance et le fric, voilà ce qui gagne à la fin.
    Les valeurs mâles.
    Tout ton mec non ?

    (un peu suffit remarque…la modestie est une grande qualité…que je ne trouve pas chez Onfray)

  13. @ QS : la nécro-zoophilie c’est tendance ;D

    @ Clea : je crois que les avis se rejoignent là dessus (même si moi par contre, j’ai pensé des fois à créer des restos du coeur du cul, mais c’est une autre histoire)

    @ kate : je savais qu’on pouvait écrire les 2 (je suis fille de prof de français bordel), par contre j’ignorais qu’il y avait une différence de sens. Je vais aller voir ça.

    @ duke : t’as tout compris !

    @ alexis75012 : moué, je reste un peu dubitative sur ton analyse « marxiste ». Et encore moins sur Californication, qui de mon point de vue rejoint tout à fait ma théorie (sans sa voiture ? où ça une voiture ?).
    Quand à ma situation personnelle, elle n’apporte pas grand chose au bouzin, effectivement.

  14. @Duke :
    J’avais déjà employé le mot tendresse à la ligne au-dessus…
    Cela dit, « par gentillesse » ne signifie pas avec mépris ! J’aurais peut-être du mettre « avec » au lieu de « par »…
    Synonymes donnés par Le Robert : « Finesse, délicatesse, attention, prévenance, douceur… »
    Z’avez quelque chose contre ?

  15. Allez baiser au lieu de vous engueuler… On se rapproche gravement du point de Godwin
    (je le replace ici, car c’est ici que je l’ai aprris) 😉

    Moi j’aime bien : Et les artistes sont des pauvres qui adoptent des techniques de jouisseurs pour rendre les filles malheureuses.

  16. J’ai pas lu les bullshits à la Mars et Vénus, ça je risquais pas. Et je perdais rien, apparemment.
    Moi, les classifications du genre les-hommes-sont-ceci-les-femmes-sont-cela, ça m’a toujours gavée.
    Et le fait que la question du 1er soir ne se pose que pour les secondes, aussi.
    C’est une question de feeling, avant toute chose, il me semble. Et de liberté par rapport à soi-même.
    Sinon j’aime assez l’approche marxiste d’ALexis.

  17. Oh mon dieu en squattant le pc de môssieu je tombe là-dessu et je me souviens de ce cri du coeur : « CHERIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIE ! Il FAUT que tu lise ça !! ». Voilà comment je suis tombée dans l’eau du bain…

    En attendant je ne l’avais jamais lu jusqu’au bout cet article (honte à moi). Pourquoi ? Je ne sais pas. Parce qu’il sonne faux (ou en tout cas ne résonne pas à mes oreilles) probablement.

    Pour moi si on veut comprendre l’amour et le cul il faut lire le banquet de Platon tout en descendant un verre en charmante compagnie.
    Je ne sais pas pourquoi mais l’image qui s’y trouve, le mythe des demi-humains amputés d’une partie d’eux même et courant partout, frénétiquement toute leur vie pour se retrouver, m’a toujours parlé. Et en plus cette théorie à le mérite de placer homme et femme sur un pied d’égalité.

    Et plus ça va plus je suis persuadée que les hommes et les femmes ont des chemins différents mais des buts et des problématiques identiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.