Désir(s) de Romy

L’enfer, d’Henri Georges Clouzot, est un film inachevée, avec Romy Schneider en interprète principale.

Voir ici un très beau portfolio sur ce film, et surtout sur elle, Romy, actrice qui a toujours été l’objet de nombreux fantasmes, dont les miens.

Un documentaire sort, que j’espère pouvoir aller voir très vite.

Quelques extraits du film en question …. Intriguant non ?

Ce soir évènement intergalactique.

Si si si.

Je vais regarder le 20 h de TF1.

Oui je sais, dit comme cela, de but en blanc, ça paraît abominable, je suis bien d’accord.

Mais j’ai une bonne raison.

Robert Pattinson est l’invité de Laurence Ferrari.

(J’en profite à la fois pour féliciter ET dénoncer Sharky, qui a twitté la news. Je le félicite pour avoir RT la bonne nouvelle, par contre tout de même, follower Laurence Ferrari, c’est un peu la Teuhon, non ?)

Alors, donc, Robert, à Paris, mais bordel …. PIPI CULOTTE.

Oui, je sais, il ne me faut pas grand chose, mais que voulez vous, les temps sont durs, le quotiden pas toujours simple et funky comme disait l’autre, la météo pourrie, demain c’est le 11 novembre, et on n’a pu un seul poilu.

Donc ça nous fait au moins une bonne raison de nous réjouir.

A part ça, on avance hachement dans l’éducation de l’Héritier. Il prononce « Sarkozy caca boudin » de mieux en mieux (bientôt la vidéo, promis promis). Par contre, je me suis faite tancée par son père, bicoz j’avais pillé une partie des piles qu’il avait acheté pour recharger les jouets du petit. Je vous raconte pas la consommation de piles de ces jouets modernes. Et puis j’avais une excuse (de taille, ha ha) : j’avais 2 vibros qu’étaient HS.

Y’a des priorités merde.

Allez y, fouettez moi, mauvaise mère ….

Pan sur le nez de Zemmour

Je ne regarde jamais l’émission de Ruquier (trop tard, trop long, trop polémiste sans être constructif), et pourtant j’adore Ruquier (moins qu’Alexiane, mais beaucoup quand même).

Pour autant, il semblerait bien que j’ai loupé un bon moment. A savoir Zemmour qui s’en prend deux ou trois bien senties par un Frédéric Lopez (que j’aime beaucoup aussi) bien en forme.

(Hélàs pour nous mesdames, je sais de source TRES certaine que le Frédo est passé du côté obscur de la force …)

Via Renaud Revel.

(Avec tout ça, toujours pas la queue d’un stagiaire à l’horizon pour moi …)

L’amour avec Ludéal

(oOOOoooh oui.)

Je ne connais pas ce garçon.

Mais j’aimerais beaucoup faire sa connaissance (si ce blog pouvait me servir à quelque chose, en dehors de me coûter du temps et de l’argent*).

(Aaah ben je vois que je suis encore en retard d’une guerre, Violette lui a déjà tapé des bisous y’a un an et demi. Veinarde.)

Vu chez A cause des garçons (moi j’ai reconnu tous les films). Je les rejoins les Garçons, quelle joie tous ces tee shirts enlevés, ces chemises déboutonnées, ça m’a illuminé mon dimanche tiens. (Le figurant qui fait Jaaaake lui ressemble pas mal, c’est assez réussi aussi.)

Par contre, petite remarque féminine et ouèbe2point0, choisir comme nom d’artiste celui d’une pilule contraceptive, non seulement c’est un peu moyen pour chanter l’amour (bien qu’on pourrait faire de bonnes blagues crasses), mais alors pour les requêtes Gougueule, c’est carrément la grosse looze.

* Soyons honnêtes j’ai couché rencontré plein de gens grâce à ce blog. Mais pas Ludéal.

Un coup de pied dans le fondement à David Douillet peut être ?

Des fois, Twitter, c’est zarbi. D’un coup d’un seul, circulent des bribes de conversations dont tu ne comprends rien. Tu sens qu’il y a un truc dans l’air, ça bruisse (ça twitte, hé hé hé), mais impossible de comprendre d’où ça vient et où ça va. En général d’ailleurs, ça repart aussi sec que c’est venu.

Brice Hortefeux, les auvergnats, les arabes.

Frédo Mitterand et la pédophilie.

Le fils Sarkozy et l’EPAD.

Ce matin donc: David Douillet et les tapettes. David Douillet et les femmes. Double salve.

Comme souvent dans ces cas là, c’est dans les « vieux médias » qu’on trouve l’explication. Chez Libé par exemple. David Douillet serait donc un poil homophobe, et franchement misogyne, ce que révèlerait ses « mémoires » (sorties en 1998), ressorties du placard par le Canard Enchaîné.

Alors je suis sur le principe assez hostile aux phrases sorties de leur contexte. On peut faire dire beaucoup de choses (et souvent tout et son contraire), à des citations. Mais bon, le DD l’a l’air un peu bas de plafond tout de même. Et maintenant qu’on parle de lui pour remplacer Yade, c’est sûr que ça devient intéressant de savoir ce qu’il a comme idées en tête …

« C’est la mère qui a dans ses gènes, dans son instinct, cette faculté originelle d’élever des enfants. Si Dieu a donné le don de procréation aux femmes, ce n’est pas par hasard »

« De fait, cette femme-là, quand elle a une activité professionnelle externe, pour des raisons de choix ou de nécessité, elle ne peut plus jouer ce rôle d’accompagnement essentiel. (…) Je considère que ce noyau est déstructuré. Les fondements sur lesquels était bâtie l’humanité, l’éducation en particulier, sont en partie ébranlés« .

Tu sais quoi mon Dédé ? Je t’emmerde.

C’est juste que j’ai pas le temps de donner plus d’arguments, là, parce que mon activité professionnelle externe m’empêche beaucoup, et pas seulement s’agissant de l’accompagnement de ma progéniture.

Nan mais sans blague, ça me fait grimper aux rideaux ce genre de conneries.

Sasa vous présente son nouveau stagiaire.

Attention les yeux les filles ….

….

….

….

….

….

….

Scroll scroll scroll

….

….

….

….

….

….

Scroll scroll scroll

….

….

….

….

….

….

Scroll scroll scroll

….

….

….

….

….

….

Scroll scroll scroll

….

….

….

….

….

….

Scroll scroll scroll

….

….

….

….

….

….

Baaaah bien évidemment, ceci n’est que pur phantasme de ma part. Sgnurf.

J’ai bien eu l’occasion de faire passer comme prévu mes entretiens à mon champion d‘aspirant stagiaire. Hélas, ce fut beaucoup moins rigolo que prévu. La belle assurance affichée sur le CV a fait pschitt dès que je suis entrée dans la salle de recrutement. Non seulement le candidat était de taille fort modeste (à peine 1 m 70), mais surtout je me suis vite rendue compte qu’il était très impressionné par le cadre de l’entretien, et à moitié tétanisé par les enjeux. J’ai donc passé plus de temps à le mettre un minimum à l’aise, histoire qu’il soit capable d’enchaîner 2 raisonnements corrects.

Journée looze quoi.

(Là je regarde Dollhouse, je suis très très déçue. Je m’emmerde comme un rat mort.)

In love

La baignoire est désertée ces temps ci, j’en suis la première navrée mesdames. Hélas je n’ai pas grand chose à me mettre sous la dent, les temps sont durs, les beaux gars qui me font vibrer se font (trop) rares.

Alors quand j’ai un petit coup de foudre, autant en faire profiter.

Merci à Garance Doré, qui ne photographie que trop rarement des hommes.

Raah quoi.

(Et en plus il est photographe. Je vous ai déjà parlé du potentiel érotique des photographes ?)

Paie ton stagiaire !

A chaque saison ses marroniers dans les entreprises. Là on entre en phase de recrutement des stagiaires longue durée, à savoir ceux qui cherchent un stage de 6 à 9 mois, à compter de janvier prochain (faites passer vos CV et lettres de motivation à tata Sasa).

(Et oui, chez nous, les stagiaires sont payés. Et grassement.)

Comme d’hab, les encadrants sont sollicités par la RH pour faire passer :

1. des tests de mise en situation professionnelle (études de cas, capacité à construire un raisonnement, aisance orale, maîtrise de la langue anglaise)

2. des entretiens de motivation.

C’est un exercice auquel je me prête volontiers (rappellez vous, on m’a même formé), car autant choisir (un peu) les gens avec qui on passe ses journées, quand on peut le faire.

Même si je m’interdis bien évidemment de trop en dire ici, j’avoue que parfois, j’aurais un peu envie de leur secouer les puces à ces candidats tout de même (et c’est un doux euphémisme).

Le candidat de lundi, brave garçon au demeurant, s’est fourvoyé complet sur toute la durée de l’entretien, malgré mes efforts pour lui faire remonter la pente. On a ramé les enfants, mais ramé …. Complètement incapable de se mettre en situation, de valoriser ses expériences, répondant complètement à côté des questions. A un moment, pour le détendre (parce qu’en plus, il se rendait bien compte qu’il ne répondait pas du tout à mes questions, et il était un peu en mode panique), je le fais parler de ses centres d’intérêt persos. Et le drame. Il commence à m’expliquer le ouèbe deux point zéro. J’ai pas pu m’empêcher de faire la candide « mais ouiii, c’est quoiiii donc, racontez moiiiii, j’ai toujours voulu savoir ce que c’était ça ».

Gasp.

Voyez Ségolène en train de recompter les sous-marins nucléaires en 2007 ?

Ben pareil, appliqué à l’internet mondial. Une soupe qu’il m’a servi le gars, affreux affreux.

Enfin, toujours est-il que j’attends aussi avec IMPATIENCE le candidat de jeudi, parce que celui-là, il doit savoir se vendre, j’ai pas de doute là dessus. Déjà son CV, il fait deux pages. Il a 22 ans. Et en plus il réussit à faire du teasing.

Sous le chapitre « Références », y’a juste marqué :

Sur demande.

Je JURE que c’est vrai. J’en suis tombé de ma chaise. Sans déconner. C’est comme dans les agences immobilières, les annonces avec les maisons de prestige, le prix est tellement exorbitant qu’il n’est pas affiché. Là pareil, le pauv’ recruteur que je suis, il va falloir que je lui DEMANDE ses références.

Je suis très très impatiente.

(Par contre, j’ai 6 lignes très poétiques sur ses pratiques sportives. Mythique le CV.)

Pour compléter la semaine, vendredi j’interviens 3 heures dans un MASTER (mon ancien DESS), autant dire que je vais finir à la fois complètement vannée ET remontée comme un coucou. Mais peut être que j’y dénicherais d’autres profils à voir en entretien … La boucle sera bouclée.

Numérique / Bridge / Réflexe numérique – je prends quoi ?

Ca fait quelques semaines mois que je tergiverse (depuis cet été en fait).

Je me suis lassée de mon appareil photo numérique (peut être parce que ça fait presque 2 ans que je l’ai, ha ha, d’habitude leur durée de vie est bien plus courte à ces petites bestioles fragiles). J’en suis même à prendre de plus en plus de photos avec mon iPhone, ce qui est quand même le niveau zéro de la jolie photo.

1. Je prends moins de photos (après la folie des soirées avinées à 450 photos, après la gagaterie des 50 photos par jour pendant les 6 premiers mois de vie de l’Héritier, et avec la japonaiserie des 150 photos par jour en vacances), car je ne les trie pas, ne les imprime pas (au passage, si quelqu’un utilise un site FACILE pour faire des albums en ligne, et que ce n’est pas Photo Service, je prends volontiers l’info).

2. Je me rends compte à l’impression papier de certaines que la qualité est vraiment moyenne. Parce que je ne m’applique pas beaucoup certes, mais aussi parce que je déteste les photos prises au flash avec les numériques (tout le monde il sort tout blanc et pas beau, on dirait des lapins pris dans les phares d’une voiture), et donc généralement les personnes sont floues (mais beaucoup moins intimidées du coup), le grain terrible (ça passe à l’écran, à l’impression c’est que du vilain).

3. J’ai envie de reprendre de plus belles photos, en étant contente du résultat, parce que de toutes manières, je préfère toujours mes photos à celles des autres (question de regard et de point de vue je suppose).

Je me tâte donc à acquérir un réflexe numérique, pour vraiment sauter un pas vers la belle photo. Tout en sachant que je suis une quiche techno, doublée d’une feignasse, et que je ne passerais jamais des heures à potasser des modes d’emploi dans tous les sens, ou à régler 15 minutes des petits boutons avant de prendre une photo. Et que de ce que je vois chez les autres, ça prend pas mal de place, et il faut acheter plein de trucs en sus (boîtier + zooms + flash + …).

Pluôt que de dépenser une grosse somme d’argent (même si soyons francs, même pas peur) pour un gros bouzin dont je n’utiliserais que 15% des capacités, on m’a soufflé l’idée intermédiaire d’un appareil de type Bridge (rien à voir avec les chicots semble-t-il). Parce que plus simple d’usage, moins coûteux, et tout de même avec un saut qualitatif.

Qu’est ce que vous en pensez les gens ?

(et me renvoyez pas vers des trucs trop techniques hein, merci.)

(Ceci est une photo prise par l’Epoux avec son iPhone. Oui on a deux substituts phalliques à la maison maintenant, mais il paraît que c’est toujours moi qui en fait le plus l’usage. Calomnie je dis. Dans mes bras, Raphael, dix jours tout juste. On oublie vite comme c’est MINUSCULE quand ça nait ces petites choses. Il est trop beau, je veux le même. Mais en fille, pour changer. Et sans grossesse à + 16 kilos. Merci petit Papa Noyelle.)

(Au meilleur conseil, je promets une séance photo privée. C’est MOI qui prendrais les photos. Chacun son tour. Et puis y’a pas le choix, y’a l’Epoux qu’a dit qu’il en avait marre de tomber sur mon cul ailleurs qu’en soulevant la couette conjugale. Calomnie. Encore.)