Blues du lundi …

Vendredi soir, c’était le pot de départ de deux de mes plus vieux collègues de boulot. L’une est devenue une amie, l’autre est maintenant un très bon camarade, qui m’a supporté comme co-bureau pendant 3 ans (autant dire qu’il mérite une médaille, rien que pour cela, oui Ma Brisse). Tous les deux avaient comme moi 10 ans de maison (putain 10 ans, je sais je sais).

Les uns partent, les autres restent, et je crois qu’être parmi ceux qui restent (surtout quand on devient le dernier des Mohicans, à 32 piges), c’est un peu (beaucoup) la looze.

Notre longévité dans l’entreprise était assez exceptionnelle,  mais on était bien, au quotidien, cette bande de vieux lascars. Piliers de bar à la machine à café (LA pause de 9 h 30 et LA pause de 16 h, de vrais fonctionnaires de l' »espace détente » et son affreux café à 30 centimes), organisateurs de déjeuners stratégiques (non, pas le mexicain, sinon je vais boire une bière / non pas une pizza, je suis ENCORE au régime / non pas le japonais, j’aime pas les sushis / non pas là c’est moche – le service est long – la bouffe dégeu / ouiiiiiii un mac do j’en ai trop trop envie / pas le subway pitié / … vous pouvez nous demander pour n’importe quel restau dans un environnement de 10 minutes à pieds de la Part Dieu, on est incollables), et surtout instigateurs d’interminables séances de daubing et autre colportage de rumeurs via messageries instantanées et mails.

J’aime beaucoup mon métier, malgré ses contraintes (vis ma vie de VRP, dans les trains, les avions, les hôtels), malgré mes clients, plus ou moins gratifiants (dans une prochaine vie, je ne serais plus prestataire de service, c’est juré), et beaucoup beaucoup grâce aux conditions dans lesquelles je l’exerce. Conditions matérielles naturellement (salaire, locaux, moyens logistiques confortables …) et humaines surtout. Avoir une bande de potes au boulot, pas forcément ceux avec qui tu travailles en direct (c’est d’ailleurs sans doute mieux comme ça), mais qui sont là, toujours une oreille compatissante quand le ras-le-bol se fait un peu trop fort, prêts à nous soutenir dans nos croisades anti-patrons, à conspuer en coeur telle assistante imbuvable, à recadrer tel stagiaire déjà « flashouillé » (càd relayant de manière inquiète le discours de la feurme), ou à mater le cul du petit nouveau, ben c’est tout con, mais ça t’aide à aller le coeur léger au boulot le matin, parce que même si tu sais que la pile de dossiers à abattre est immonde, tu auras forcément deux ou trois respirations dans la journée.

Depuis ce matin, mes petites bonbonnes à oxygène ne sont plus là. Il y en a quelques autres, des camarades de machine à café et pause déjeuner, mais c’est pas pareil, ils sont plus jeunes, pas de la même « promo », ceux arrivés en 2000 (les dinosaures, dans une entreprise où l’ancienneté dépasse rarement les 3 / 4 ans). Je me sens comme une orpheline, l’espace détente, les pauses déjeuner, ne seront plus jamais les mêmes. Snif. Heureusement, un déménagement est programmé en septembre, on échange notre tour contre une autre, à 200 m d’ici. Au moins, je n’aurais plus à supporter ces bureaux vides qui étaient ceux de mes compagnons d’armes.

Vous me manquez les gars ….

6 réponses sur “Blues du lundi …”

  1. Tu me manques aussi Sasa !
    T’as failli me faire chialer et regretter d’être parti avec ton post !
    En tout cas, si j’avais su, je t’aurai fait écrire mon mail de départ 😉

    En tout cas, soit certaine que je serai toujours ton oreille compatissante, ton collègue virtuel maintenant!

    LaBriss
    (qui au passage, n’est pas très loin)

  2. Roh lalaaa, t’es toute émotionnée dans ton toi… Pleure un bon coup 🙂
    Et puis pense que maintenant, c’est à toi de passer le flambeau, pour que les petit(e)s jeunes d’aujourd’hui puissent t’écrire dans 10 ans un superbe post sur « putain sasa elle s’casse de la feurme, bordayl »….
    Une page se tourne, à toi d’écrire les suivantes, c’est sympa aussi ! 😉

  3. Rooohhhh tout le monde a le blues … Ceux qui partent et ceux qui restent …
    Dur dur de toucher a la tribu ;(
    bon faut se reprendre en main :
    planning apéro . Projet soirée et week end merde !! Du tonus !!
    Pis défoules toi sur les ptits jeunes 😉 gniarc gniarc

  4. Tiens, ça tombe bien ! Je cherche une p’tite cantine sympa dans le quartier de la Part Dieu, qui me changerai du plat du jour du bistrot du coin…
    Une idée ?

  5. @ les zamis : haut les coeurs hein !

    @ Mart1 : une cantine ? ça dépend de ton budget en fait. Nous on varie les plaisirs (Peperoni pour les pizzas / Toya pour le japonais / Suelta Verde pour le mex / Le Gabion pour le poisson / …) Mais après on a pas vraiment de cantine, parce qu’on se lasse de tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.