La quille. ENFIN.

Mes petits camarades, mes lecteurs bien aimés.

La trêve estivale a enfin sonné. Je vais pouvoir m’effondrer comme une grosse bouse pour les 3 semaines qui viennent, regarder mes ongles pousser, poursuivre l’apprentissage poussif (c’est le cas de le dire) à la propreté de l’Héritier (faut que je vous raconte Monsieur Caca et Madame Pipi), vivre au jour le jour, sans planning, au soleil, entre amis, en famille, ces journées qui s’écoulent au ralenti, où l’on se félicite qu’il ne se soit pas passé grand chose. Je peux vous le dire, cette année, je ne les ai pas volé, mes congés payés. Surtout quand on sait par ailleurs que mon employeur m’a honteusement peu augmenté compte tenu des se(r)vices rendus (je l’ai un peu encore en travers de la gorge, le minuscule chiffre qui ne couvre pas même l’inflation).

Comme chaque année, vous en avez l’habitude maintenant, la connectivité sera à la hauteur de la tolérance de l’Epoux à la chose, et de l’accès qu’il me laissera (ou pas) au Mac Book.

Profitez vous aussi, de l’été, du temps qui passe, des vôtres, de la vie.

(Et puis y’a touitteur, si vous êtes vraiment en manque de Sasa.)

4 réponses sur “La quille. ENFIN.”

  1. En fait c’est ici que je voulait dire bonnes vacances, mais j’ai oublié en commentant sur Sardou…
    Reviens vite petite Loute 😉
    D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.