« Les filles de rien et les hommes entre eux »

Certes, j’ai un peu la main lourde ces jours ci, avec le féminisme. Tant pis.

Mais ce texte publié dans Libération hier, écrit par Lola Lafon et Peggy Sastre est remarquable, concernant l’affaire Roman Polanski.

J’ai la chance de n’avoir connu à ce jour que des relations sexuelles consentantes (même mineure), et je suppose que toute femme ne peut être qu’effectivement glacée par les propos qui ont pu être rendus publics par les supports de Polanski.

Je crois qu’en la matière, il faut lire (et relire) Benoîte Groult, Ainsi soit-elle (je pense que j’en ai déjà parlé ici), et Virginie Despentes, King Kong Theory, ça ferait de bien saines lectures pour l’été.

Lola Lafon a un blog.

Peggy Sastre aussi.

8 réponses sur “« Les filles de rien et les hommes entre eux »”

  1. La main lourde, Sasa, concernant le féminisme? à qui veux-tu plaire en disant cela? Toujours cet impératif d’être dans le courant, de ne pas déranger, de ne pas déplaire…
    Je rappelle la fameuse citation de Groult:
    « Le féminisme n’a jamais tué personne, le machisme tue tous les jours »
    La main lourde, vraiment?

  2. Emma les machistes comme les féministes sont deux races de gens a présenter pour qu’ils s’entretuent. (mais ils pourraient se plaire ^^)

    pour le reste je souhaite donne mon point de vue.
    Je n’apprécie pas Polansky !
    Mais l’article n’est pas le procès d’un homme mais bien celui des hommes. hors ca déborde un peu.

    Dans une affaire déjà passionnée, il n’est besoin de mettre de l’huile sur le feu.
    si un homme a fait une faute il doit être juger pour cela par une justice impartiale (s’il en est); et pas par des hordes de fanatiques fou furieux !!!
    ce quel que soit son rang et sa place homme ou femme !!!

  3. Sasa, je me sens obligée d’intervenir… sur le fonds de l’affaire on est d’accord (la même discussion pourrait d’ailleurs avoir lieu au sujet de Zahia et Ribéry) et je n’ajoute rien.
    Mais d’un strict point de vue juridique, il y a un hic et c’est le seul élément qui devrait faire polémique, les faits étant constitués et reconnus de part et d’autre : Polanski, la victime et la justice américaine ont réglé l’affaire il y a 30 ans (et là on n’y peut rien si la justice américaine marche comme çà et permet de faire un « deal » avec l’accord des deux parties). Aujourd’hui la justice américaine veut revenir sur le deal signé. C’est cela qui est contestable.
    Cela ne signifie en rien, d’ailleurs, qu’il y ait deux justices puisqu’une telle procédure est ouverte à toute personne. Enfin, la victime elle même reconnaît ce deal.
    A partir de là, à part souligner effectivement que les termes employés pour désigner les faits dans la presse sont tendancieux …
    des bises !

  4. @ QS : <3

    @ emma : disons que je veux éviter la monomanie par ici. Sur le fond, on est d'accord.

    @ muy / val : la question juridique, au fond, m'intéresse peu. Ce que je trouve choquant, et ce que Sastre et Lafon soulignent aussi, c'est le discours de soutien de ces messieurs à Polanski, qui a manqué clairement de dignité, quelques soient les tenants et aboutissants légaux par ailleurs.

  5. Si je peux me permettre, pour rebondir sur ce qu’a dit Val, et rapporter un commentaire entendu dans l’excellentissime, cultissime, Esprit Public de Ph. Meyer il y a qq semaines…
    Mitterrand (Frederic) a été lynché dans les médias pour s’être tapé des prostitués, Polanski se fait allumer pour s’être tapée une mineure (à juste titre selon moi et ce en toute indépendance du point de vue légal, les détails du procès verbal sont à vomir, merci), et on a des c*****s qui viennent défendre Ribéry, lequel cumule Mitterand + Polanski…
    On vit vraiment une époque formidable…

    Haro sur Ribéry.

  6. @ Qs : les mecs peuvent aller dans ton Q sans ton autorisation ?? Heu…

    Tous les mecs ?
    🙂

  7. D’accord sur ce qui est dit par tous et je fais le même constat sur le support de ces actes. Justifications immondes pour actes injustifiables, même s’ils ont trente ans.

    Sauf que Polansky il est pas seulement soutenu parce qu’il est un homme mais parce qu’il est un cinéaste. et que ses soutiens sont masculins et féminins. Ils sont d’une profession, d’un corporatisme.
    Au delà des ministres et des acteurs. il y avait aussi des femmes dans le rang. Les femmes ne sont pas toujours solidaires entre elles, vous devez le savoir.

    Encore une fois, on prouve par l’exemple que le jugement des hommes (au sens espèce humaine) est a plusieurs vitesses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.