Vincent Cespedes, dans mes bras !

Je l’avais dit ici il y a 18 mois (j’aime être précise), je suis tombée en amour de Vincent Cespedes. A l’époque, je l’avais écouté parler d’humour, avec pas mal d’intelligence.

Là, il vient de commettre un essai, « L’homme expliqué aux femmes » (comme je viens de terminer « La carte et le territoire« , et « Apocalypse bébé« , je pense que je vais l’acquérir de ce pas) ce qui nous donne l’occasion de le voir passer en promo dans pas mal de médias.

Au hasard, son passage sur France Inter, presque 20 minutes avec Vincent, presque pas gâchées par le crâne rasé de l’animateur au premier plan (la caméra de France Inter, elle tient plus de la ouèbecam posée dans un coin du studio qu’autre chose). C’est ça qui est beau avec la radio en 2010, tu as AUSSI l’image.


Vincent Cespedes
envoyé par franceinter. – Regardez les dernières vidéos d’actu.

(Sinon, il a eu aussi le droit à son portrait dans Libé.)

Donc le truc qui est bien, c’est que cette fois Vincent nous parle amour, sexualité, séduction. Et il est plutôt convaincant, et pas seulement grâce à ce regard acier et cette barbe éminemment virile.

Là où il gagne déjà des points, c’est en pourfendant les thèses simplistes sur la masculinité, à la Zemmour. D’ailleurs, dans l’entretien ci- dessus il dit de lui, « Zemmour, c’est le puceau fondamental » (on l’applaudit bien fort). Il a raison, pas seulement sur la qualification de Zemmour, mais sur la tendance actuelle de la société à vouloir faire de l’homme un monolithe, un phallus dressé et infaillible. Oui, je pense aussi que la pression qui pèse aujourd’hui sur vous messieurs est forte, et que l’on attend beaucoup (trop) de vous, dans une exigence de virilisme exacerbée (« l’onde de choc »). Alors que oui, vous devriez avoir le droit aussi à exercer « l’onde de charme ».

Sur sa théorie de « l’encouplement« , je le trouve assez proche d’un Pascal Bruckner. Certes, le « devoir faire couple »paraît un contre feu régressif par rapport aux courants plus libéraux des années 70′, mais je reste par ailleurs assez peu convaincue par les alternatives. Si l’on refuse l’encouplement, par peur des conformismes, de la lassitude et de la monotonie, quels sont les chemins possibles ? Innovez qu’il dit ? Oui, tant que l’on est seul oui, c’est envisageable sans trop de dommages collatéraux, mais avec des enfants ? que peut-on leur proposer qui ne soit pas un couple et qui soit stable, constructif pour eux ?

Enfin Vincent, on en débat quand tu veux …

Pfffui.

Phallocratie ordinaire (2)

Bordel de couille, moi qui veut élever l’Héritier en féministe, je sens que je ne suis pas au bout de mes peines.

La preuve par l’exemple ce soir.

Entre la poire et le fromage (entre le petit filou et le biberon pour être précis), il me demande : « Dis Maman, pourquoi Barpapa il est rose ? » (sachant que 30 minutes avant il m’avait demandé comment son père l’avons fabriqué, ce qui était autrement plus simple comme question, ah ah. 3 ans le saligaud, j’vous jure).

GROS BLANC.

(Pour ceux qui sont nés après 1980 et qui n’ont pas la CHANCE d’avoir d’enfants, Barbapapa c’est le GROS ROSE à gauche donc.)

Me voyant désemparée, il évoque une piste « Peut être parce que c’est une fille ? »

Là, je tique. « Et pourquoi ça serait une fille ? Puisque c’est un BarbaPAPA. »

Et lui, avant de me tourner les talons, méprisant « Ben parce que le rose, c’est pour les filles, pffff. »

Voilà, 3 années d’éducation féministe foulées au pied en 2 minutes.

BLASEE.

Phallocratie ordinaire

Une petite nodule qui plairait à Olympe (je crois).

Sur touitteur, à l’instant, tout le monde toute la gente masculine s’extasie sur le sourire de Nathalie Kosciusko-Morizet. Sans blague.

Personnellement, je trouve que c’est bien mon Lolo des bois qui est le plus cute des deux (qué obsession ?). Car lui respire la santé, la joie de vivre simple et provinciale des auvergnats qui m’excite tant à longueur d’année lors de chacune de ses apparitions médiatiques (je rejouerais bien avec Lady Chatterlay dans un sous bois près du Puy-en-Velay …. mais je m’égare), alors que Nathalie, t’as juste envie de lui offrir une barre Mars (au cas où ça reparte ensuite), et lui dire que Halloween et le teint de Morticia Adams, c’est fini.

Mais bref, ne remarquez pas vous pas quelque chose d’un poil curieux dans cette photo, qui illustre le chat auquel participent actuellement les deux Ministres sur le site de 20 Minutes ?

Donc Laurent & Nathalie répondent ensemble à un chat avec les lecteurs du journal.

Devant qui est positionné le clavier ?

….

Voilà.

Choix d’autant plus misogyne que la photo doit être une mise en scène, et que je suis bien certaine que c’est un stagiaire de 20 Minutes qui tape les réponses des Ministres, et probablement pas l’un ou l’autre qui s’en charge (ou alors, c’est bien Nathalie qui s’y colle et là c’est le pompon).

(Nathalie intériorise d’ailleurs suffisamment son rôle de sténo pour que ses doigts soient en position pour tapoter, là où Laurent prend benoîtement la pose.)

Carton rouge à 20 Minutes.

Edit de 22 h 30 : en plus du commentaire de Miss Press ci- dessous, le stagiaire moustachu qui a pris la photo me confirme également via touitteur que les deux Ministres ont tapé eux mêmes leurs réponses au chat. Donc acte. Un ministre, homme ou femme, en 2010, sait taper sur clavier. Good news.

Il reste à mes yeux que la pose prise pour la photo est quelque peu équivoque, entre le gars détendu du tanga et la nana prête à prendre la sténo. Comme je le disais en 140 caractères tout à l’heure, je ne lasse pas de m’étonner que lorsque l’on fait une remarque concernant ce qui nous paraît être une situation sexiste (ce qui en l’état ne va pas bien loin, on est bien d’accord, c’est plus pour l’anecdote, et pour reluquer Lolo, qu’autre chose), il y a toujours de grandes chances pour que l’on se fasse taxer de parano. Ca n’a pas loupé. Ca m’énerve.